ISAÏE (VIIIe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Second- ou Deutéro-Isaïe

Le prophète anonyme responsable des chapitres xl à lv du Livre d'Isaïe a vécu à la fin de l'exil babylonien, au vie siècle avant J.-C., en terre étrangère. Son intervention se situe entre les années 550 et 538, c'est-à-dire entre les premiers grands succès remportés par le souverain perse Cyrus et la victoire définitive de celui-ci contre Babylone. On sait fort peu de chose de lui ; les textes font une allusion à sa vocation (chap. xl) et peut-être à ses souffrances, si les cantiques du Serviteur (chap. xlii, l et liii notamment) le concernent. Son style est beaucoup plus chaleureux, passionné, plus « romantique » que celui du prophète du viiie siècle ; les formules hymnologiques et les oracles de salut abondent dans ses déclarations. Le plan de son livre est difficile à établir, car ce sont sans cesse les mêmes thèmes et les mêmes expressions qu'on retrouve dans ces chapitres.

Le message du Second-Isaïe est essentiellement un message de salut. Il s'ouvre de façon significative par le verbe « consoler » (chap. xl) et continue par une série de paroles qui ont trait à la fin de l'exil et au retour des déportés juifs en Terre sainte. Le prophète prévoit la chute de Babylone (chap. xlvi et xlvii), il annonce un nouvel exode sous la conduite de Yahvé lui-même (chap. xli, xliii et lii), il sait que Cyrus est l'oint de Dieu et que ses succès ont pour but la reconstruction du temple de Jérusalem (chap. xliv et xlv). Le Proche-Orient tout entier est bouleversé pour permettre la libération du peuple de Yahvé.

Mais le prophète se heurte à l'incrédulité, au découragement, à la mauvaise conscience de ses auditeurs. Les exilés doutent que leur Dieu veuille et puisse agir en leur faveur ; la fin de Juda n'a-t-elle pas prouvé son impuissance face aux divinités étrangères et sa colère vis-à-vis d'une nation infidèle à l'alliance ? Le Deutéro-Isaïe est obligé de reprendre son message, de répondre aux objections, d'argumenter ; c'est dans cette perspective qu'il insiste sur le fait que Yahvé aime toujours Israël et lui conserve sa faveur, ou encore que le Dieu d'Israël a créé l'univers et que rien ne s'oppose à la réalisation de ses projets. Si le prophète parle constamment de l'unicité de Yahvé, c'est qu'il y va du salut de son peuple : le Dieu d'Israël ne peut partager avec aucun autre le privilège d'être Dieu ; le sort final d'Israël et celui de l'humanité en dépendent. Le but ultime de l'intervention divine en faveur des exilés juifs en Babylonie est, en effet, la révélation de la grandeur unique de Yahvé à la terre entière ; les nations et l'univers doivent s'associer dans une commune louange du Dieu créateur et sauveur d'Israël (chap. xliv, xlv, xlviii et lv).

Aux thèmes déjà relevés (le salut du peuple de Yahvé, l'élection d'Israël, la création de l'univers, la conduite de l'histoire par Yahvé et sa révélation finale au monde), il faut ajouter celui du serviteur de Yahvé, dont quatre « cantiques » font état (chap. xlii, xlix, l, lii et liii). Le prophète évoque dans ces chants un personnage mystérieux, en qui on a vu tantôt Israël lui-même, tantôt un membre du peuple élu (un prophète ou un roi, un nouveau Moïse, le Second-Isaïe lui-même, le Messie), dont l'activité contraste avec celle de Cyrus et la complète. Par l'humilité, le dépouillement, le sacrifice de soi, le Serviteur assure le salut aux autres, il meurt pour que ses frères retrouvent la justice et la vie. Il n'est pas étonnant qu'en relisant ces cantiques, et surtout le quatrième qui parle de la passion du Serviteur et de son exaltation, l'Église chrétienne ait vu en eux une prophétie de la destinée du Christ Jésus de Nazareth.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ISAÏE ( VIII e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

BIBLE - Les livres de la Bible

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SANDOZ
  •  • 7 684 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le prophétisme »  : […] Un esprit similaire anime la prédication des deux premiers « prophètes écrivains ». Si celle d'Amos, le Judéen (750 av. J.-C.), n'a pas de lien direct avec le Nord, où cependant il exerça sa prédication rude et populaire, au point que son influence se retrouvera seulement quelques décennies plus tard en Juda chez Isaïe et Michée ; celle d' Osée, en revanche, est profondément enracinée dans les tra […] Lire la suite

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « Alliance et fidélité dans la Bible »  : […] Nous avons pris l'habitude de parler globalement de « la foi biblique », de « la foi chrétienne », de « la foi juive »..., en supposant que le mot « foi » résume la totalité du rapport de l'homme à Dieu. Il n'existe pas de mot en hébreu qui corresponde à cette acception. Les seuls termes capables d'évoquer dans sa totalité le message biblique sont ceux qui se rapportent non pas aux attitudes de l […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 022 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La civilisation hébraïque au viiie siècle »  : […] Malgré le schisme politique, la vie n'est guère différente en Israël et en Juda. L'économie est fondée sur l'agriculture (céréales, vignes, oliveraies). L'élevage est pratiqué de façon intensive pour approvisionner les villes nouvelles ou rénovées : Mizpa, Meggido, Debir, Lakish, Samarie, Jérusalem. Dans ces villes – les fouilles du xx e  siècle ont dégagé les sites d'une vingtaine d'entre elles, […] Lire la suite

PROPHÈTES D'ISRAËL

  • Écrit par 
  • Robert MARTIN-ACHARD
  •  • 4 177 mots

Dans le chapitre « Le prophétisme classique »  : […] La tradition biblique accorde à Abraham (Gen., xx ) et à Moïse (Os., xii  ; Deut., xviii ) le titre de prophète (pour la théologie judéo-chrétienne, ils inaugurent la successio prophetica ) et rappelle ainsi le lien qui existe entre le mouvement prophétique et la période qui a précédé l'entrée du peuple de Yahvé en Canaan. Mais c'est sur sa terre qu'Israël verra se développer le prophétisme, d'a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MARTIN-ACHARD, « ISAÏE (VIIIe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/isaie/