Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HUPPERT ISABELLE (1953- )

<it>Tip top</it>, de Serge Bozon

Tip top, de Serge Bozon

Le principal objet de désir offert à une actrice reste encore aujourd'hui une certaine idéalisation de son image, et son plus beau rôle semble être de représentation. Isabelle Huppert en a choisi un autre : celui de comédienne en action, au travail. Avec une capacité inégalée à multiplier les expériences, elle a tracé un chemin fait d'exigence et d'inventivité, ne fuyant pas les feux de la célébrité, mais brillant d'abord par des qualités d'interprète qui lui ont valu la reconnaissance des cinéastes et du public. Longtemps jugée trop « intellectuelle », Isabelle Huppert a fini par réaliser son désir : ne pas plaire en tant que femme, mais en tant qu'actrice.

La part de l'ombre

Cette carrière peu ordinaire commence pourtant de la manière la plus traditionnelle qui soit. Isabelle Huppert est née à Ville-d'Avray le 16 mars 1953. Après le Conservatoire d'art dramatique de Versailles, où elle a passé son enfance, celui de Paris, elle tient une série de petits rôles, parfois marquants (Les Valseuses de Bertrand Blier, 1974 ; Dupont-Lajoie d'Yves Boisset, 1975 ; Le Juge et l'assassin de Bertrand Tavernier, 1976). C'est La Dentellière (1977, d'après le roman de Pascal Lainé) de Claude Goretta, qui la révèle : dans le rôle d'une jeune fille sage, silencieuse et douce, mais dévastée par l'amour, elle se distingue par un jeu qui, sans cesser d'être expressif et sensible, ne cède jamais à la lisibilité, à l'évidence. Douée pour suggérer l'insaisissable, elle apparaît comme l'incarnation rêvée d'un mystère féminin, trouble mélange de fascination et d'effacement, de fragilité et de menace. Cela n'échappe pas à Claude Chabrol. Avec lui, elle sera Violette Nozière (1978), l'énigmatique criminelle des années 1930, et dix ans plus tard, dans Une affaire de femmes, une avorteuse condamnée à mort sous le régime de Vichy, puis une postière prête à faire le bien comme le mal dans La Cérémonie (1995), et une respectable industrielle tout entière au service (de la mort) des autres dans Merci pour le chocolat (2000). De cette collaboration, également marquée par une adaptation de Madame Bovary (1991), par la comédie grinçante Rien ne va plus (1997) ou encore par L'Ivresse du pouvoir (2006), sur les milieux d'affaires, Isabelle Huppert dit, dans un documentaire que lui a consacré Serge Toubiana (Une vie pour jouer, 2001) : « Chabrol, c'est l'art de la part cachée. » Une remarque qui éclaire également cette volonté qu'elle a souvent exprimée : ne pas jouer des personnages (parfaitement écrits et explicités), mais des personnes, c'est-à-dire des êtres qui ont encore une part d'ombre, d'irrésolution, et qui nous touchent en même temps qu'ils nous échappent.

Cette ambition s'est affermie au fil d'une suite de rencontres avec des cinéastes qui placent également la plus haute ambition en leur art : Jean-Luc Godard (Sauve qui peut la vie, 1979 ; Passion, 1982), Maurice Pialat (Loulou, 1980), Michael Cimino (La Porte du paradis, 1980), Bertrand Tavernier (Coup de torchon, 1981), Benoît Jacquot (Les Ailes de la colombe, 1981 ; L'École de la chair, 1998 ; Pas de scandale, 1999 ; Villa Amalia, 2009), Joseph Losey (La Truite, 1982), Marco Ferreri (L'Histoire de Piera, 1983), Andrzej Wajda (Les Possédés, 1988), Jacques Doillon (La Vengeance d'une femme, 1989), Werner Schroeter (Malina, Deux, 2002), Patrice Chéreau (Gabrielle, 2005), Paul Verhoeven (Elle, 2016). Ou encore Michael Haneke, qui, avec La Pianiste (2001, d'après le roman d'Elfriede Jelinek), a donné à Isabelle Huppert son rôle le plus spectaculairement secret, celui d'une femme aux prises avec la beauté (de la musique, et de l'élève à qui elle l'enseigne), avec la jouissance et avec la douleur.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Tip top</it>, de Serge Bozon

Tip top, de Serge Bozon

Autres références

  • BOZON SERGE (1972- )

    • Écrit par Pierre GRAS
    • 965 mots
    • 1 média
    ...inexpliqué d’un indicateur, un ancien policier algérien réfugié en France dans les années 1990. L’atmosphère provinciale comme le rôle principal attribué à Isabelle Huppert (au côté de Sandrine Kiberlain) pourraient faire croire que le film tend vers l’étude de mœurs chabrolienne. Mais si Bozon admire Chabrol...
  • DENIS CLAIRE (1948- )

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 1 620 mots
    • 2 médias
    Material(2010), écrit en collaboration avec la romancière Marie NDiaye, montre l’attachement viscéral d’une jeune femme blanche, Maria (Isabelle Huppert), à « sa » terre africaine, dans un pays en proie à une guerre révolutionnaire naissante. Le film, tourné au Cameroun, repose sur la biographie –...
  • ELLE (P. Verhoeven)

    • Écrit par Joël MAGNY
    • 1 003 mots
    • 1 média
    ...susciter la compassion, se révèle égoïste, manipulatrice sans scrupules, ne respectant ni mère, ni père, ni progéniture, et encore moins sa meilleure amie. C’est l’intérêtqu’Isabelle Huppert porta au roman, soutenue par le producteur Saïd Ben Saïd, qui permit à Elle de voir le jour en France.
  • HONG SANG-SOO (1960- )

    • Écrit par Adrien GOMBEAUD
    • 1 114 mots
    • 1 média
    ...(2008) dévoile une nouvelle figure dans l’œuvre de Hong Sang-soo : l’étranger égaré en pays lointain. Elle reviendra en 2012 dans In AnotherCountry, avec Isabelle Huppert puis, en 2017 dans Seule sur une plage la nuit et La Caméra de Claire, de nouveau avec Isabelle Huppert. Au début des années 2010, Hong...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi