Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BLIER BERTRAND (1939- )

Bertrand Blier - crédits : Louis Monier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Bertrand Blier

En Bertrand Blier le cinéma français de comédie a trouvé un disciple dissipé, attentif à remettre en cause les lois d'un genre commercial, en le précipitant dans un univers très personnel, qui bouscule tout autant les repères du cinéma d'auteur.

Fils du comédien Bernard Blier, Bertrand Blier débute à la fin des années 1950 comme assistant, notamment de Georges Lautner, tenant de la comédie traditionnelle. Une commande lui donne l'opportunité de passer à la réalisation dès 1963 avec Hitler, connais pas !, un documentaire sur la jeunesse de l'époque, qu'il choisit de tourner en studio, n'ayant aucun goût pour le cinéma-vérité. Le conflit entre les sexes et le pessimisme pointent d'emblée dans sa vision, qui dérange déjà (Hitler, connais pas ! est retiré de la compétition au festival de Cannes). Son premier long-métrage de fiction, Si j'étais un espion (1967), connaît un échec. Pourtant, les artifices de la mise en scène, tissant un curieux mélange des genres entre film policier et fantastique annoncent l'œuvre qui marquera la reconnaissance de Bertrand Blier en tant qu'auteur, Buffet froid (1979).

Jean-Pierre Marielle - crédits : Serge Cohen/ Opale/ Leemage/ Bridgeman Images

Jean-Pierre Marielle

Mais c'est en faisant exploser dans la France pompidolienne une bombe nomméeLes Valseuses (1974) que le cinéaste impose son style : ce road-movie picaresque fait assaut de mots d'auteur truculents et de joyeuse effronterie pour dépeindre les antihéros d'une libération sexuelle et morale qui vire à la ruine de toute illusion, particulièrement quant à la possibilité d'un échange entre hommes et femmes. Révélateur d'une jeunesse en déroute, Les Valseuses devient un phénomène de société et de cinéma, en intronisant une nouvelle génération d'acteurs (Gérard Depardieu, Patrick Dewaere, Miou-Miou). Calmos (1976) se veut une radicalisation de la provocation par le rire : caricature de la militance féministe et de la misogynie du mâle en pleine crise identitaire, cette fable bouffonne revendique son mauvais goût, mais la folie névrotique qui y est à l'œuvre lui confère heureusement une dimension plus étrange. C'est encore au modèle des Valseuses que se rattachent, en 1986, Tenue de soirée, puis, en 1991, Merci la vie, présenté par Blier comme « l'enfant naturel de La Grande Vadrouille et de Providence ».

Si la provocation constitue, non sans pragmatisme, un mot d'ordre vendeur, elle répond aussi, dans l'œuvre de Bertrand Blier, à des fins plus secrètes qui ouvrent sur la mélancolie des fins de parties absurdes dignes de Beckett. En traduisant cette admiration pour Beckett, mais aussi Gombrowicz et Buñuel, le « polar » surréaliste Buffet froid a donné ses lettres de noblesse à l'inspiration que Bertrand Blier a toujours poursuivie, mais souvent de manière moins radicalement poétique, à travers les récits débridés qui guident ses personnages erratiques et solitaires dans un monde en proie au désordre (sentimental, social, sexuel) et au désenchantement. Ainsi, Notre Histoire réunit en 1984 Alain Delon et Nathalie Baye, couple de rêve aux yeux du public, pour le plonger dans le rêve cauchemardesque que fait un garagiste dépressif, et le conduire, au gré d'un dérèglement généralisé, dans l'impasse du romanesque. Trop belle pour toi (1988) se veut une semblable entreprise de démolition conjuguée du rapport amoureux et du scénario, dont la musique de Schubert devient un des personnages, audace presque godardienne tempérée par l'efficacité d'une distribution qui voit Gérard Depardieu préférer Josiane Balasko à la beauté parfaite de Carole Bouquet.

Soucieux de ne pas s'éloigner d'un public qu'il entend faire réagir à son projet déstabilisateur mais fédérateur (l'exploration des rapports de forces et des jeux de rôles cruels qui dominent la vie sentimentale et sexuelle), Bertrand Blier s'est régulièrement ouvert[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Bertrand Blier - crédits : Louis Monier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Bertrand Blier

Jean-Pierre Marielle - crédits : Serge Cohen/ Opale/ Leemage/ Bridgeman Images

Jean-Pierre Marielle

Autres références

  • LES VALSEUSES, film de Bertrand Blier

    • Écrit par Michel MARIE
    • 931 mots

    Les Valseuses est assurément une date dans le cinéma français d'après 1968. Le film frappe encore aujourd'hui par la crudité de ses dialogues, son apparente misogynie, la franchise provocante avec laquelle les rapports sexuels sont représentés. Bertrand Blier, né en 1939, adapte avec...

Voir aussi