HUPPERT ISABELLE (1953- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Être une actrice

Dans le beau mouvement d'ensemble que dessine cette filmographie, il faut reconnaître l'empreinte, et presque la signature d'une actrice qui sait à la fois être l'objet des projections des cinéastes mais aussi, à travers eux, l'auteur de sa propre histoire.

L'intérêt d'Isabelle Huppert pour les artistes de toutes disciplines – Nathalie Sarraute, Pierre Soulages –, sous-tend une interrogation sur la créativité dont chaque rôle peut, chez elle, devenir le vecteur. Elle a également poursuivi sans cesse une forme de dialogue avec les plus grands photographes : Doisneau, Cartier-Bresson, Lartigue, Koudelka, Boubat, Jean-Loup Sieff, Marc Riboud ou encore Peter Lindbergh. Cet intérêt pour la création artistique est directement présent dans Malina où elle interprète une femme écrivain inspirée par le livre largement autobiographique d'Ingeborg Bachman, ou déjà dans Aloïse (1975) de Liliane de Kermadec, histoire vraie d'une jeune fille qui mit sa folie – et sa vérité – dans la peinture. Les femmes dont la vie est un véritable roman lui vont bien : La Dame aux camélias (1981, de Mauro Bolognini), Madame de Maintenon (dans Saint-Cyr, 2000, de Patricia Mazuy), et, au théâtre, Médée d'Euripide (mise en scène de Jacques Lassalle, 2000), Orlando d'après Virginia Woolf (mise en scène de Bob Wilson, 1993, ou encore 4.48 Psychose, de Sarah Kane (mise en scène de Claude Régy, 2002) et Phèdre(s) (mise en scène de Krzysztof Warlikowski, 2016). Même les personnages plus anodins (La Vie moderne, 1999, de Laurence Ferreira-Barbosa ; Copacabana, 2010, de Marc Fitoussi) ou les compositions proches de l'exercice de style (Huit Femmes, 2002, de François Ozon) font de sa part l'objet d'un réel engagement. Comme si chaque film était, pour Isabelle Huppert, une manière légère ou cruciale de répondre à la question : qu'est-ce que le métier d'actrice ?

autre :

 

Crédits :

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HUPPERT ISABELLE (1953- )  » est également traité dans :

BOZON SERGE (1972- )

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS
  •  • 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contre le naturalisme »  : […] Le deuxième long-métrage de Serge Bozon, Tip Top , est une étrange comédie policière qui a divisé aussi bien le public que la critique. Adapté d’un roman policier du Britannique Bill James, sur un scénario d’Axelle Ropert, collaboratrice de longue date de Bozon, le film en transpose l’intrigue dans une ville du nord de la France. Là, deux inspectrices de la « police des polices » enquêtent au sei […] Lire la suite

DENIS CLAIRE (1948- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 630 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le corps à l’épreuve »  : […] Dans Vendredi soir (2002), c’est sur un thème minimaliste et peu spectaculaire, inspiré d’un roman d’Emmanuèle Bernheim, que la méthode de Claire Denis se révèle la plus efficace : une jeune femme est bloquée dans un énorme embouteillage parisien en compagnie d’un auto-stoppeur inconnu. Une attirance réciproque mais sans doute différente les saisit. Ils passeront la nuit dans une chambre d’hôtel […] Lire la suite

ELLE (P. Verhoeven)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un portrait de femme »  : […] Librement adapté d’un roman de Philippe Djian, « Oh... » (prix Interallié 2012), Elle pourrait se résumer ainsi : une femme est attirée physiquement par un homme qui se révélera être son violeur. Malgré les succès rencontrés par Verhoeven au cours de sa période américaine ( RoboCop , Total Recall , B asic Instinct ...), le projet rebuta les décideurs hollywoodiens, qui redoutaient la censure, le […] Lire la suite

HONG SANG-SOO (1960- )

  • Écrit par 
  • Adrien GOMBEAUD
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du marivaudage au mélodrame »  : […] Au carrefour des années 2000, avec l’avènement des multiplexes, le cinéma coréen s’oriente vers des productions plus commerciales. Dans ce contexte, Hong Sang-soo doit travailler avec des budgets de plus en plus réduits et conduire ses mises en scène vers plus de dépouillement. Tous ses films seront tournés en vidéo et bricolés avec des moyens sommaires. Les génériques sont désormais des cartons é […] Lire la suite

MERCI POUR LE CHOCOLAT (C. Chabrol)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 091 mots

Avec L'Enfer (1994) et Au cœur du mensonge (1998), Merci pour le chocolat (2000), adapté du roman de Charlotte Armstrong, The Chocolate Cobweb , constitue le terme d'une trilogie dont le thème majeur est la suspicion. Merci pour le chocolat débute dans une ambiance d'apparente normalité bourgeoise, mâtinée de douceur feutrée suisse : une réception mondaine où l'on se congratule mutuellement. A […] Lire la suite

LA PIANISTE (M. Haneke)

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 966 mots

Les trois prix décernés à La Pianiste par le jury du festival de Cannes, en mai 2001, ont salué un film et des acteurs impressionnants (Isabelle Huppert et Benoît Magimel), tout en consacrant une des révélations du cinéma européen des années 1990, l'Autrichien Michael Haneke. À l'œuvre depuis le milieu des années 1970 à la télévision et au théâtre, ce n'est qu'en 1989 qu'il commença à se faire co […] Lire la suite

SAINT-CYR (P. Mazuy)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 1 064 mots

Peaux de vaches (1988), puis Travolta et moi (1992) avaient attiré l'attention de la critique sur Patricia Mazuy. Son talent de cinéaste est confirmé avec brio par ce film. Inspiré par un livre d'Yves Dangerfied, La Maison d'Esther (Grasset), Saint-Cyr se lit à la fois comme un film historique en costumes d'époque – d'ailleurs non conforme aux conventions du genre, car il ne met en scène ni d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric STRAUSS, « HUPPERT ISABELLE (1953- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/isabelle-huppert/