Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FISHER IRVING (1867-1947)

Si son nom est essentiellement attaché de nos jours à une formule résumant la théorie quantitative de la monnaie, Irving Fisher, professeur à l'université Yale, fut considéré en son temps, comme le plus grand économiste américain. Il est aussi l'auteur de plusieurs manuels mathématiques à succès. Tuberculeux dans sa jeunesse, il s'est également intéressé aux problèmes de santé dans son ouvrage How to Live : Rules for Healthful Living Based on Modern Science, où il mène campagne pour la prohibition, l'eugénisme, le végétarisme. Inventeur, il crée, parallèlement à d'autres gadgets (nouvelle mappemonde, nouveau calendrier, pansement pour tuberculeux), les cartes perforées dont le brevet lui rapportera près d'un million de dollars. Homme d'affaires, il fonde en 1927 une société, la Remington Rand, qu'il dirigera jusqu'à sa mort en 1947. Statisticien, spécialiste notamment des indices (The Making of Index Numbers 1922), et économiste, Fisher a élaboré une œuvre abondante d'où émergent, outre une importante contribution à la théorie statistique, quatre apports essentiels à la théorie économique concernant respectivement la valeur, l'intérêt, la monnaie, et l'instabilité financière. Le renom en leur temps de ces travaux a conduit Fisher à présider tour à tour l'American Economic Association et l'Econometric Society. Bien que traduit en plusieurs langues, Fisher n'as pas vraiment eu de disciples, ni fondé d'école.

La valeur

Dans sa thèse de doctorat, Mathematical Investigation in the Theory of Value and Prices (« Recherches mathématiques sur la théorie de la valeur et des prix »), influencé par les travaux de Léon Walras au plan théorique et par ceux de William Graham Sumner du point de vue méthodologique, Fisher débarrasse de ses relents d'hédonisme la théorie des choix du consommateur ; il examine les problèmes de mesure d'une fonction d'utilité et définit une méthode pour mesurer l'utilité marginale du revenu, discute les questions de complémentarité et de substituabilité, et montre que l'utilité d'un bien est fonction, à travers les phénomènes d'interdépendance, de l'ensemble des biens qui existent sur un marché ; il utilise le traitement graphique du problème en termes de courbes d'indifférence, condensant ainsi succinctement une grande partie de la théorie moderne de la demande.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-X-Nanterre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LE POUVOIR D'ACHAT DE LA MONNAIE, Irving Fisher - Fiche de lecture

    • Écrit par Nicolas CHAIGNEAU
    • 1 143 mots

    Avec cet ouvrage, l'Américain Irving Fisher (1867-1947), professeur à l'université de Yale, s'inscrit dans une tradition d'économistes (David Hume, David Ricardo, John Stuart Mill) qui prônent une approche dite réelle des phénomènes économiques. Selon cette tradition, il convient...

  • ANTICIPATIONS, économie

    • Écrit par Christian de BOISSIEU
    • 6 072 mots
    • 4 médias
    ...nominaux (ceux qui sont observés sur les marchés de capitaux) peuvent être décomposés comme la somme de taux d'intérêt « réels » et de l'inflation anticipée. Cette décomposition, suggérée par Irving Fisher (1930), part de l'idée que les créanciers sont dégagés d'illusion monétaire et qu'ils vont chercher à se...
  • CRISES FINANCIÈRES - Krachs boursiers

    • Écrit par Christophe BOUCHER
    • 4 296 mots
    • 13 médias
    ...définie par la stabilité politique et économique retrouvée et par l'essor des nouvelles technologies (radio, cinéma, automobile, aviation, etc.). Ainsi, en septembre 1929, quelques semaines avant le plus important krach qu'aient connu les États-Unis, Irving Fisher, celui-là même qui tentera quelques années...
  • FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)

    • Écrit par Dominique LACOUE-LABARTHE
    • 8 588 mots
    • 1 média
    Le nouveau système n'est pas conçu, au départ, pour stabiliser les prix. La discipline de l'étalon or est censée assurer cette fonction. Du reste, malgré les efforts d'Irving Fisher, professeur à Yale, relayé par le très conservateur sénateur démocrate Robert Owen, coauteur, avec le représentant...
  • FRISCH RAGNAR (1895-1973)

    • Écrit par Vladimir Claude FISERA
    • 461 mots

    Titulaire du prix Nobel pour son rôle de pionnier en matière d'économétrie, Ragnar Frisch, né à Oslo, était le fils d'un célèbre orfèvre, Anton Frisch, et commença à s'initier à cette profession, selon une tradition familiale qui remontait à 1630. Il fit son propre apprentissage à l'entreprise...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi