Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

THÉORIE DE LA VALEUR, Gérard Debreu Fiche de lecture

Théorie de la valeur de Gérard Debreu, publiée en 1959, s'inscrit dans le cadre de la théorie de l'équilibre général, théorie de référence en économie qui se propose d'étudier l'interaction d'individus dont les décisions sont supposées indépendantes. Caractérisé par son formalisme et la grande concision de ses interprétations économiques, l'ouvrage marque l'apogée du mouvement, amorcé dans les années 1930, d'axiomatisation de cette théorie dont il expose les principaux résultats, postulats et hypothèses. Son mode de présentation épuré et élégant sera adopté par la majorité des théoriciens en économie mathématique.

Existence et optimalité d'un équilibre général concurrentiel

Théorie de la valeur établit sous quelles conditions une économie concurrentielle possède un équilibre général, un état pour lequel les actions individuelles sont compatibles. Les individus offrent et demandent des marchandises en maximisant la satisfaction qu'ils en retirent ; le caractère concurrentiel de l'économie se traduit par l'hypothèse qu'ils déterminent leurs choix sur la base de prix donnés, sur lesquels ils pensent n'avoir aucune influence.

Le plan de l'ouvrage éclaire la démarche de l'auteur. Debreu se consacre, dans un premier temps, à la définition économique des concepts de base de la théorie – marchandise, prix, consommateur et producteur – et à leur représentation mathématique. À chaque marchandise est associé un prix unique. Les consommateurs, caractérisés par des préférences et des ressources, déterminent alors, sur la base de ces prix, les quantités de biens ou services qu'ils souhaitent offrir et demander en maximisant « l'utilité » qu'ils en retirent ; les producteurs, caractérisés par des techniques de production, en maximisant leur profit.

Ces concepts étant ainsi définis, Debreu démontre, dans un second temps, qu'il existe – sous certaines conditions – au moins un « équilibre général concurrentiel », c'est-à-dire au moins un système de prix – parmi tous ceux envisageables – qui égalise les offres et demandes de l'ensemble des individus pour chaque marchandise. Après cette démonstration, point culminant de l'ouvrage, Debreu établit qu'un tel équilibre est optimal, c'est-à-dire qu'il correspond à une allocation des ressources qui ne peut plus être modifiée de manière à augmenter la satisfaction d'un individu sans baisser celle d'au moins un autre. Cette propriété d'optimalité garantit à l'équilibre général une forme d'efficacité et lui confère alors un caractère normatif.

Théorie de la valeur présente ainsi les résultats de la théorie de l'équilibre général et Debreu précise explicitement qu'il n'aborde pas un certain nombre de questions soulevées dès lors que l'existence d'un équilibre est garantie. Ainsi, il ne traite pas du problème de la stabilité de l'équilibre, c'est-à-dire de la convergence nécessaire des prix vers un tel équilibre, sous l'effet notamment de la loi de l'offre et de la demande.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DEBREU GÉRARD (1921-2004)

    • Écrit par Françoise PICHON-MAMÈRE
    • 839 mots

    Disparu le 31 décembre 2004, Gérard Debreu fut le premier économiste français à recevoir le prix Nobel, en 1983, pour ses travaux sur la théorie de l'équilibre général, cinq ans avant celui qui fut son maître dans la discipline, Maurice Allais.

    Issu d'une famille d'industriels fabriquant...

  • VALEUR, économie

    • Écrit par Nathalie BERTA
    • 1 274 mots
    ... siècle et aujourd'hui dominant, propose une théorie de la formation des prix résumée dans l'ouvrage fondateur de Gérard Debreu, intitulé justement Théorie de la valeur (1959). Cette théorie de la formation des prix est directement fondée sur l'utilité que les agents retirent de la consommation des...

Voir aussi