Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

IRAN Géologie

La structure géologique de l'Iran et son évolution au cours des ères ne se comprennent bien que si l'on examine le pays dans son cadre général. Les chaînes montagneuses qui occupent la majeure partie du territoire appartiennent à un ensemble s'étendant de la Turquie à l'Afghanistan et au Pakistan. Cet ensemble est pris en tenaille entre les grandes masses continentales suivantes («  plaques » au sens large du terme) : au nord, l' Eurasie (Caucase et plaine du Touran) ; au sud-ouest, l'Arabie ; au sud-est, le continent indien. Au sud, un hiatus entre les blocs de l'Arabie et de l'Inde est représenté par la mer d'Oman et l'océan Indien.

Toute l'évolution géologique de l'Iran est commandée par les mouvements relatifs de ces plaques : convergence Arabie-Eurasie, qui est à l'origine des chaînes des parties ouest (Zagros) et nord (Elbourz) ; convergence Inde-Eurasie, dont le poinçonnement au niveau du Pamir induit, par l'intermédiaire des montagnes d'Afghanistan et du Pakistan, les chaînes orientales de direction nord-sud (Sistān), les rotations de blocs (bloc du Lut) et, indirectement, l'arc du Makrān-Baloutchistan, face à la mer d'Oman.

Morphologie et grandes unités

Le territoire iranien épouse assez bien les formes des principales unités géologiques.

La partie nord est représentée par la chaîne de l'Elbourz et son appendice oriental, le Kopet-Dag. En dépit de ses sinuosités, cette chaîne est globalement de direction est-ouest et culmine au niveau d'un volcan récent, le Demāvend (5 760 m). Au pied nord de celle-ci s'étend la dépression caspienne et la plaine du Touran, au sud, la grande dépression intramontagneuse désertique du Dacht-e Kavir.

Toute la partie ouest et sud-ouest est occupée par un ensemble montagneux de direction nord-ouest - sud-est, de plus de 1 500 kilomètres de longueur, allant de la Turquie orientale jusqu'au niveau du détroit d'Ormuz. Ces chaînes, appelées globalement Zagros, s'élèvent jusqu'à 4 550 mètres au Zard Kuh. Comme toutes les chaînes orogéniques, elles sont bordées par une dépression frontale, localisée ici au sud-ouest : la plaine de Mésopotamie et le golfe Persique. Elles sont limitées au nord-est par un grand alignement volcanique qui va du Sahand, au nord-ouest, jusqu'au Basmān, au sud-est. Accolé à l'Elbourz au niveau de l'Azerbaïdjan, l'ensemble montagneux du Zagros s'en écarte en direction du sud-est, laissant place à la dépression du Dacht-e Kavir et aux blocs de l'Iran central et du Lut.

La partie sud-est du pays, plus complexe, est formée de chaînes qui moulent le bloc du Lut : l'arc du Makran̄, de direction est-ouest, qui borde le golfe d'Oman ; les chaînes du Baloutchistan et du Sistān, de direction nord-sud, qui s'allongent aux frontières de l'Afghanistan et du Pakistan.

Au cœur de ce dispositif quasi triangulaire s'étalent des massifs montagneux (de directions nord-sud dans la région de Kermān, et nord-ouest - sud-est dans la région de Birdjand) enfermant la dépression désertique du Lut. Ces ensembles peuvent être considérés comme des « blocs médians » par rapport aux chaînes qui les encadrent : ce sont l'Iran central et le Lut.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences, maître de conférences à l'université de Paris-Sud, Orsay

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Iran : schéma structural - crédits : Encyclopædia Universalis France

Iran : schéma structural

Coupe des structures tectoniques à travers l'Iran - crédits : Encyclopædia Universalis France

Coupe des structures tectoniques à travers l'Iran

Autres références

  • BRĀHUĪ

    • Écrit par Jean-Charles BLANC
    • 835 mots

    Confédération tribale dont l'effectif était évalué à plus de 270 000 en 1960, les Brāhuī (ou Brahoui) vivent principalement au Pakistan, dans la province du Baloutchistan, en territoire montagneux, mais aussi en Afghanistan (au sud) et en Iran (dans le Sistan et Baloutchistan)....

  • PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

    • Écrit par Nadine PICAUDOU, Aude SIGNOLES
    • 21 426 mots
    • 22 médias
    L'Iran voit son rôle renforcé par la « disparition » de ses deux frères ennemis, l'Afghanistan des talibans et l'Irak de Saddam Hussein. Le président Ahmadinejad, arrivé au pouvoir en 2005 et réélu de manière contestée en 2009, se lance dans une politique étrangère active en direction du Moyen-Orient...
  • YÉMEN

    • Écrit par Laurent BONNEFOY, André BOURGEY, Serge CLEUZIOU, Universalis
    • 14 262 mots
    • 13 médias
    ...Saoudite. L’objectif affiché est restaurer le pouvoir de Hadi, mais aussi d’anéantir le mouvement houthiste, accusé d’être la tête de pont des intérêts iraniens dans la région. L’offensive militaire génère une crise humanitaire sans précédent, entraîne la destruction des rares infrastructures et appuie...

Voir aussi