SĪSTĀN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dénommé Drangiane dans l'Antiquité, appelé aussi Sakastène (Sagestān) lorsque les Saka venus d'Asie centrale s'y furent établis vers la fin du ~ iie siècle, le Sīstān (parfois écrit Séistan et, pour les géographes arabes, Sidjistān) est une vaste zone de déserts, de steppe rase, de vallées-oasis, de lacs salés et de marécages qui est partagée entre l'Iran (7 360 km2) et l'Afghānistān (10 460 km2) d'après les tracés fixés en 1872 (commission Goldsmid) et 1903-1905 (mission Mac-Mahon). Le Sīstān et le Béloutchistan iraniens sont maintenant réunis en une seule province qui couvre 177 832 km2 et comptait 2 405 000 habitants en 2006.

La morphologie de la région est caractérisée par des dépressions (hāmūn), dans lesquelles se déversent les fleuves (Hārūd et Farāh Rūd venant du nord ; Hilmand et Khash Rūd de l'est et du sud-est). En raison d'un fort débit en haute saison, le bassin de l'Hilmand a été en partie aménagé (barrages d'irrigation ; problèmes des remontées salines). La vallée de l'Hilmand (en Afghānistān) et son delta (en Iran, région de Zābul) permettent certaines cultures (céréales, melons, arbres fruitiers, vigne, sésame, cotonniers). Afghāns et Iraniens se sont souvent disputé les zones les plus propres à la mise en valeur. De nombreux villages ont été désertés du côté iranien par suite du manque d'eau. Dans la zone du delta, de véritables forêts de roseaux (nayzār) sont habitées par une population vivant dans des huttes de roseaux et se déplaçant dans les zones inondées sur des embarcations que l'on a comparées à celles des pêcheurs péruviens du lac Titicaca. Selon l'épopée nationale iranienne, cette région, patrie du « chevalier » Rostam, était autrefois très fertile. L'Avesta et les textes épiques y situent la patrie des rois kayānides et donnent au lac Hāmūn un rôle eschatologique.

Encore très prospère sous les Sassanides, la région était alors plus souvent vassale que placée sous administration directe. Sous les Saffarides, la capitale Zarandj (près de Zābul) étendit sa suzeraineté vers le Khurāsān et l'Afghānistān. La vie citadine et rurale souffrit terriblement des invasions mongoles et timourides aux xiiie et xive siècles (destruction d'ouvrages hydrauliques, destruction de Zarandj par Tamerlan). La région était administrée par des princes locaux qui devinrent vassaux des Ṣafawides après sa conquête par shāh Ismā'il en 1508-1509. Passé dans l'orbite afghāne après la mort de Nādir shāh (1747), le Sīstān devint la pomme de discorde entre l'Iran et l'Afghānistān au xixe siècle ; le différend fut réglé par l'arbitrage britannique. La région, longtemps restée pauvre, a commencé à être mise en valeur grâce à des travaux hydrauliques (barrages) qui ont permis de mettre en culture plus de 100 000 hectares (orge et blé essentiellement). Le climat est difficilement tolérable (été torride, pluies rares, vent violent soufflant vers le nord - nord-est, desséchant en été, glacial en hiver ; c'est le « vent des cent vingt jours » qui souffle dans le désert du Dasht-i Lūt dont fait partie l'ouest du Sīstān).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : chargé de recherche au C.N.R.S., chargé de conférences à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  SISTAN  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'invasion des Scythes »  : […] Les Scythes, qui furent connus en Asie plus souvent sous le nom de Saka, appartenaient à un conglomérat de tribus souvent nomades, habitant les confins septentrionaux du monde prétendument civilisé, décrit par les historiens classiques. Ces tribus ont joué un rôle souvent déterminant dans la destinée des grandes puissances de l'Antiquité, en Europe aussi bien qu'en Asie, et en Extrême-Orient. Car […] Lire la suite

BÉLOUTCHISTAN ou BALOUTCHISTAN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

Vaste région montagneuse semi-désertique, le Béloutchistan (ou Baloutchistan ou Bālutchestān) est partagé entre l'Iran et le Pākistān et comprend, au moins sur le plan ethno-linguistique, une partie de l'Afghānistān méridional. Il est formé de chaînes, parallèles à la côte du golfe d'Oman, qui rendent difficile l'accès vers l'intérieur du pays et sa mise en valeur. Morcelées et tourmentées, les ch […] Lire la suite

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 045 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le califat ‘abbāside et l'émancipation »  : […] Avec le transfert du siège du califat à Bagdad, le Nord-Est iranien se rallia bon gré mal gré à l'islam ; la vieille noblesse joua un rôle prépondérant à Bagdad où furent adoptés certains usages sassanides ou prétendus tels. Malgré l'élimination de leurs partisans extrémistes, dont Abū Muslim, les ‘Abbāsides ne purent réduire l'agitation qui se poursuivit pendant plus d'un siècle en Iran sous for […] Lire la suite

ṢAFFĀRIDES LES (2e moitié IXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 224 mots

Dynastie iranienne qui, dans la seconde moitié du ix e siècle, domine le Sīstān puis toute la partie orientale et méridionale de l'Iran. D'origine modeste, les Ṣaffārides tiennent leur nom de leur fondateur Ya‘kūb b. Layth al-Ṣaffār (le « chaudronnier ») natif du Sīstān. Cette région avait servi de refuge à divers mécontents et schismatiques (surtout khāridjites) depuis l'époque umayyade et était […] Lire la suite

Les derniers événements

13 février 2019 Iran. Attentat meurtrier contre des militaires.

Deux jours après la célébration du quarantième anniversaire de la Révolution islamique, un attentat-suicide à la voiture piégée contre un bus transportant des gardiens de la Révolution fait au moins vingt-sept morts dans le Sistan et Baloutchistan, à la frontière pakistanaise, principale province sunnite du pays. Le groupe djihadiste Jaich al-Adl (« l’Armée de la justice ») revendique l’attentat. […] Lire la suite

13-20 octobre 2009 Iran. Attentat meurtrier dans un climat de répression de l'opposition

Le 18, un attentat-suicide est perpétré à Pishin, dans la province du Sistan-Balouchistan, dans le sud-est du pays, à la frontière avec le Pakistan, lors d'une réunion de chefs de tribus avec des Gardiens de la révolution, piliers du régime. Il est revendiqué par le groupe rebelle sunnite Joundallah (les « soldats de Dieu »), créé il y a une dizaine d'années et qui, selon Téhéran, serait soutenu par les États-Unis, le Royaume-Uni et le Pakistan. […] Lire la suite

1er-19 avril 2007 Iran. Libération des marins britanniques

, à quitter l'Iran où il était retenu depuis son interpellation, le 30 janvier, dans la région du Sistan-Baloutchistan. Le 18, l'Agence internationale de l'énergie atomique indique que l'Iran a mis en service sur son site de Natanz plus de mille trois cents centrifugeuses destinées à enrichir l'uranium. Le 19, le négociateur iranien Ali Larijani et le représentant de l'Union européenne Javier Solana conviennent de reprendre leurs discussions sur les questions nucléaires. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CALMARD, « SĪSTĀN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sistan/