Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

INTERFÉRENCES LUMINEUSES

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

Bibliographie

M. Bertin, J.-P. Faroux & J. Renault, Optique et physique ondulatoire : optique géométrique et optique physique, phénomènes de propagation, Dunod, 3e éd. 1990

M. Born & E. Wolf, Principles of Optics, Pergamon Press, New York, 6e éd., 1980

G. Bruhat, Optique, Masson, Paris, 6e éd., 1990

R. W. Ditchburn, Light, Dover Publ., New York, 1991

R. K. Erf, Speckle Metrology, Academic Press, 1979

M. Françon, Les Interférences lumineuses et leurs applications, multigr., C.D.U., Paris, 1961 ; L'Optique moderne et ses développements depuis l'apparition du laser, Hachette, Paris, 1986

La Granularité laser (speckle) et ses applications en optique, Masson, 1978

J. W. Goodman, Introduction à l'optique de Fourier et à l'holographie, Masson, 1972

P. Hariharan, Optical Interferometry, Academic Press, San Diego (Calif.), 1986

N. Kaliteevski, Optique ondulatoire, Éd. Mir, Moscou, 1980

S. G. & H. Lipson, Optical Physics, Cambridge University Press, Cambridge (Mass.), 1981

A. A. Michelson, « Interference Phenomena in a New Form of Refractometer », in Phil. Mag., vol. V, no 13, p. 236, 1882

J.-P. Pérez, Optique géométrique, ondulatoire et polarisation, Masson, Paris, 3e éd. 1991

G. Robinson, D. Perry & R. Peterson, « L'Examen des surfaces par interférométrie optique », in Pour la science, no 167, septembre 1991

W. H. Steel, Interforemetry, Cambridge University Press, Cambridge (Mass.), 2e éd. 1985

G. W. Stroke, An Introduction to Optics of Coherent and Noncoherent Electromagnetic Radiations, University of Michigan, Ann Arbor, 1965

M. Young, Optic and Lasers, Springer-Verlag, Berlin, 1977.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire de la faculté des sciences, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : agrégé de sciences physiques, docteur ès sciences, maître de conférences à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Pour citer cet article

Maurice FRANÇON et Michel HENRY. INTERFÉRENCES LUMINEUSES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Propagation d'une vibration lumineuse - crédits : Encyclopædia Universalis France

Propagation d'une vibration lumineuse

Franges de Young - crédits : Encyclopædia Universalis France

Franges de Young

Variations en lumière blanche - crédits : Encyclopædia Universalis France

Variations en lumière blanche

Autres références

  • COULEUR DES MINÉRAUX

    • Écrit par
    • 3 516 mots
    • 3 médias
    ...(ClK, ClNa), qui doit sa couleur rouge à de petits cristaux de Fe2O3. Des impuretés de plus grande taille de forme aciculaire peuvent aussi produire des phénomènes d'interférence et de diffraction. Dans l'œil-de-faucon ou l'œil-de-tigre, ce sont de fines aiguilles de crocidolite (sorte d'...
  • DÉCOUVERTE DE L'HOLOGRAPHIE

    • Écrit par
    • 216 mots
    • 1 média

    Alors qu'il s'efforçait d'améliorer la qualité des microscopes électroniques en privilégiant la phase et non l'amplitude de l'onde, Dennis Gabor (1900-1979) découvre le principe de l'holographie, ce qui lui vaudra le prix Nobel de physique en 1971. Cette technique...

  • EXPÉRIENCE DE YOUNG

    • Écrit par
    • 200 mots
    • 1 média

    Le médecin et physicien anglais Thomas Young (1773-1829) s'intéressa particulièrement au problème de la nature de la lumière dont il disait qu'il pouvait nous aider à comprendre la nature de nos sensations et la constitution de l'Univers en général. En 1803, après avoir observé des franges...

  • FABRY CHARLES (1867-1945)

    • Écrit par
    • 547 mots

    Physicien français né à Marseille et mort à Paris, Charles Fabry entra à l'École polytechnique à dix-huit ans. Il s'orienta ensuite vers l'enseignement secondaire, puis, son doctorat obtenu, fut nommé à la faculté des sciences de Marseille en 1894. En 1921, il occupa une chaire de physique à la Sorbonne...

  • Afficher les 19 références