YOUNG THOMAS (1773-1829)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin et physicien anglais. Il apprend le grec, le latin, l'hébreu, le français, l'italien, le persan et l'arabe. Il rédige une analyse des systèmes philosophiques connus en Grèce et se passionne pour la botanique et les mathématiques, puis il étudie la médecine à Londres, à Édimbourg et à Göttingen, où il obtient son diplôme de docteur en médecine en 1795. Young s'installe à Londres en 1799, mais la pratique le rebute et il se consacre à la recherche, principalement en physique. Il enseigne la philosophie naturelle et la physique à la Royal Institution de 1801 à 1803 (A Syllabus of a Course of Lectures on Natural and Experimental Philosophy, 1802). De 1802 à sa mort, il est secrétaire de la Royal Society. En 1811, il entre au Saint George's Hospital. Élu secrétaire au Board of Longitudes en 1818, il quitte la médecine pour rédiger le Nautical Almanac mais une violente campagne de la presse anglaise dirigée contre lui provoque la fermeture temporaire du Board of Longitudes, ce que Young ressent profondément. À cette époque, il se passionne pour les hiéroglyphes et découvre, en 1823, l'opposition des caractères phonétiques contenus dans les cartouches et des caractères idéographiques (An Account of Some Recent Discoveries in Hieroglyphical Literature and Egyptian Antiquities). Conseiller au Parlement, il dresse une table de longévité pour les assurances-vie et s'occupe des poids et mesures. Esprit universel, il joue de nombreux instruments de musique, et publie des mémoires sur les arches des ponts, la théorie des marées, le calcul des éclipses, la charpente des vaisseaux et il fixe en 1805 les dimensions approximatives des molécules. Ses travaux médicaux portent sur la fièvre jaune, le rôle du cœur et des artères, la classification des maladies ; il invente l'ériomètre pour mesurer les cellules du sang.

Mais le grand apport de Young à la science concerne la physique et la physiologie de la vision : il montre, le premier, que l'accommodation est assurée par la déformation du cristallin (1793). En 1801, il décrit l'astigmatisme, et explique la perception des couleu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  YOUNG THOMAS (1773-1829)  » est également traité dans :

EXPÉRIENCE DE YOUNG

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 199 mots
  •  • 2 médias

Le médecin et physicien anglais Thomas Young (1773-1829) s'intéressa particulièrement au problème de la nature de la lumière dont il disait qu'il pouvait nous aider à comprendre la nature de nos sensations et la constitution de l'Univers en général. En 1803, après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience-de-young/#i_9864

ÉGYPTE ANTIQUE (Civilisation) - L'écriture

  • Écrit par 
  • Jean VERCOUTTER
  •  • 4 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Étapes du déchiffrement »  : […] L'aventure du déchiffrement commence en 1799, à Rosette, dans le Delta, avec la découverte d'un bloc de basalte portant un texte gravé en trois écritures différentes. L'une des trois était grecque : c'était un décret de Ptolémée V Épiphane (196 av. J.-C.). Des deux autres, l'une était constituée de signes identiques à ceux des monuments encore deb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-civilisation-l-ecriture/#i_9864

PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 9 971 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les procédés trichromes »  : […] C'est le Britannique Thomas Young (1773-1829) qui démontra en 1802, à partir de travaux expérimentaux sur la dissection de l'œil, que la physiologie de la perception est régie par un mode trichrome. Les cellules visuelles qui tapissent le fond de la rétine présentent une sensibilité chromatique variable correspondant aux régions bleue, verte ou rou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-procedes-argentiques/#i_9864

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « YOUNG THOMAS - (1773-1829) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-young/