Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

INSTINCT

Le mécanisme de déclenchement

Il s'agissait donc de dégager les caractères propres de l'action instinctive, en montrant les relations entre les aspects appétitifs et les aspects consommatoires des comportements. Cette mise au point fut effectuée dans une étude importante de Lorenz (1935). Consacrée au problème du « compagnon » dans la vie des oiseaux, elle établissait que les relations sociales entre les membres d'une espèce sont gouvernées par la perception de stimuli spécifiques émis par les congénères et susceptibles d'être perçus sélectivement. En d'autres termes, les stimuli-signes émis par un individu sont des déclencheurs sociaux facilement compris par les représentants de la même espèce, ce qui suppose que ces derniers sont spécialement équipés pour les percevoir. Aux stimuli déclenchants correspondent des mécanismes de réception ; leur convenance réciproque résulte de l'évolution phylétique du groupe considéré et repose, pour cette raison, sur une base génétique invariable. Le déclencheur présenté par l'animal émetteur vient donc activer chez l'animal récepteur ce que Lorenz a appelé, en utilisant le vocabulaire de von Uexküll, un « mécanisme inné de déclenchement » (angeborene auslösende Schema). Depuis la publication de The Study of Instinct, l'expression anglaise innate releasing mechanism s'est rapidement imposée et son abréviation, I.R.M. (en français M.I.D.), est passée dans le vocabulaire courant de l'éthologie. Le mérite de la contribution de Lorenz fut de préciser la notion de tendance, de substituer à la conception vague d'impulsion interne celle d'une structure organisée capable de produire une action manifeste bien définie, de faire intervenir une configuration perceptive caractérisée, elle aussi, par une organisation propre. La structure génétique du comportement (Erbkoordination) se manifeste donc sous l'influence des Gestalten particulières qui peuplent normalement l'environnement naturel de l'espèce.

Tout en soulignant le caractère configurationnel des déclencheurs, Lorenz a clairement marqué son indépendance à l'égard de la psychologie de la Forme, à laquelle il a notamment reproché ses réminiscences vitalistes ainsi que son incapacité de proposer des principes explicatifs. Toutefois, la Gestaltpsychologie, et l'éthologie comparative ont toujours, l'une et l'autre, défendu une conception de la conduite, particulièrement de l'activité perceptive, dans laquelle l'accent était mis sur le rôle des capacités innées de l'organisme. Si les lois de l'organisation perceptive sont fort semblables chez l'animal et chez l'homme, la perception d'une forme, chez ce dernier, peut avoir des conséquences exécutoires extrêmement variables, alors qu'elle n'entraîne jamais, chez l'animal, qu'un seul type de réponse (dans la mesure où on limite l'analyse aux réactions innées, car l'apprentissage discriminatif peut établir des réactions très diverses selon les formes zoologiques). Cependant, lorsqu'on présente à des sujets humains des configurations suffisamment prégnantes, sans qu'aucun apprentissage systématique soit préalablement intervenu, on obtient, dans la plupart des cas, des réponses verbales dont le contenu est très uniforme. A. Michotte l'a fort bien montré par ses travaux sur la causalité perceptive (1946), et il a même vu, dans cette constance caractéristique des réponses à l'égard d'un système de stimulation invariable, le fondement méthodologique de l'étude expérimentale des structures perceptives. Il serait hasardeux de pousser plus loin la comparaison, car un abîme sépare une réponse verbale d'une réponse instinctive. Les stimuli déclencheurs diffèrent d'ailleurs des Gestalten[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur honoraire à l'université de Louvain, membre de l'Académie royale des sciences et de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, membre correspondant du Muséum national d'histoire naturelle de Paris

Classification

Pour citer cet article

Georges THINÈS. INSTINCT [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Organisation du comportement selon Tinbergen - crédits : Encyclopædia Universalis France

Organisation du comportement selon Tinbergen

Autres références

  • BEHAVIORISME

    • Écrit par
    • 4 682 mots
    • 2 médias
    ...tard par les éthologistes de l'école «  objectiviste », qui, dans un contexte théorique quelque peu différent, l'appliqueront avec succès à l'étude des comportements instinctifs chez l'animal et, avec plus de risque théorique, à l'enfant ou à l'homme. Toutefois, ni Watson ni les behavioristes qui...
  • CONSTRUCTIONS ANIMALES

    • Écrit par
    • 7 164 mots
    • 7 médias
    ...profondeur. On peut donc conclure que les fourmis ont un sens très fin des surfaces planes et de la moindre dépression qui peut s'y produire. Mais leur «  instinct de comblement » des cavités peut les entraîner à des aberrations bizarres. Si par exemple on entoure le dôme de rubans verticaux et concentriques...
  • ÉTHOLOGIE

    • Écrit par
    • 2 528 mots
    • 2 médias
    ...entre différents courants théoriques. L'éthologie s'est cristallisée autour de la querelle de l'inné et de l'acquis, qui a stimulé soit les recherches sur l'instinct (concept considéré comme trop étroit rétrospectivement), qui se rattachent à l'éthologie dite objectiviste, soit les études sur l'apprentissage,...
  • FONDEMENTS DE L'ÉTHOLOGIE

    • Écrit par
    • 251 mots

    C'est par un débat contradictoire autour du concept d'instinct que l'éthologie – étude comparative du comportement animal – s'est constituée en science autonome. Elle est fondée sur les travaux de l'Autrichien Konrad Lorenz (1903-1989) et du Néerlandais Nikolaas...

  • Afficher les 15 références