INSTINCT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rôle du contexte neurosensoriel

Il y a lieu de remarquer, à propos de la valeur déclenchante de ces diverses configurations perceptives, que leur efficacité ne dépend pas seulement de leur constitution figurale propre, mais aussi de la disposition momentanée de l'animal, laquelle est déterminée par toute une série de facteurs internes. En résumé, on peut dire avec G. P. Baerends (1950) que l'intensité de ces facteurs de préparation définit le seuil de déclenchement de la réponse ; plus grande sera cette intensité, plus bas sera le seuil, et la réponse adéquate ne surviendra, en tout état de cause, que si un stimulus isolé ou une série de stimuli, agissant de façon convergente par sommation hétérogène, fournissent une excitation spécifique supérieure au seuil. Si ce dernier est inférieur au maximum, une partie de la situation stimulante suffira pour activer le système, quelles que soient les composantes partielles intervenant à ce moment. Baerends a pu l'établir à propos de la parade sexuelle du poisson Lebistes reticulatus. La vue d'une femelle morte immobile, mais morphologiquement intacte, amorce la parade du mâle ; cependant, celle-ci n'est pas déclenchée par une femelle identique dont les yeux ont été extirpés, tandis qu'une femelle vivante en mouvement se révèle très efficace, même après extirpation des yeux. Deux autres séries d'observations du même auteur tendent à montrer que chaque mécanisme de déclenchement comporte ses propres stimuli-signes. La première a trait à la capture des proies chez la guêpe Ammophila adriaansei. L'insecte capture les chenilles et les ramène au nid pour en nourrir ses larves. La perception de la chenille détermine toutefois des réactions très différentes selon l'instinct momentanément activé. Lorsque la guêpe est en chasse et trouve une chenille, celle-ci est saisie et piquée ; en revanche, si la chenille est découverte à proximité de l'entrée du nid immédiatement après que la guêpe a pratiqué l'orifice, elle est emportée à l'intérieur. La valence de sti [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Louvain, membre de l'Académie royale des sciences et de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, membre correspondant du Muséum national d'histoire naturelle de Paris

Classification

Autres références

«  INSTINCT  » est également traité dans :

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conception « stimulus-réponse », forme typique du behaviorisme »  : […] Lorsqu'on examine avec quelque recul la conception que Watson et ses continuateurs se font du comportement, on voit clairement qu'ils considèrent le plus souvent ce terme comme étant l'équivalent de « réponse » ou de « réaction ». Ces deux derniers termes impliquent nettement que le comportement pris en considération se produit en présence d'un événement défini de l'environnement, qui est appelé […] Lire la suite

CONSTRUCTIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 7 145 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Fourmilières »  : […] Les fourmis ne font pas des constructions aussi compliquées que les termites, tout au moins dans nos régions. Car dans l'Amérique subtropicale les fourmis champignonnistes du genre Atta par exemple, construisent d'immenses édifices souterrains, où figure même la cavité la plus grande jamais forée non seulement par un insecte, mais par un animal autre que l'homme : c'est la caverne d'un mètre cube […] Lire la suite

ÉTHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Odile PETIT
  •  • 2 517 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'opposition de courants d'idées à l'élaboration des quatre questions fondatrices »  : […] Quand on retrace le développement de l'éthologie, on voit se répéter des oppositions entre différents courants théoriques. L'éthologie s'est cristallisée autour de la querelle de l'inné et de l'acquis, qui a stimulé soit les recherches sur l'instinct (concept considéré comme trop étroit rétrospectivement), qui se rattachent à l'éthologie dite objectiviste, soit les études sur l'apprentissage, lié […] Lire la suite

FONDEMENTS DE L'ÉTHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 252 mots

C'est par un débat contradictoire autour du concept d'instinct que l'éthologie – étude comparative du comportement animal – s'est constituée en science autonome. Elle est fondée sur les travaux de l'Autrichien Konrad Lorenz (1903-1989) et du Néerlandais Nikolaas Tinbergen (1907-1988) effectués dans les années 1930-1940 à partir d'observations sur les oiseaux. Les méthodes d'études (par leurres), l […] Lire la suite

HARTMANN EDUARD VON (1842-1906)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 545 mots

En réaction contre le positivisme en vogue à la fin du xix e siècle, la philosophie pessimiste d'Eduard von Hartmann postule l'existence d'un principe absolu du monde, l'inconscient, qui tient à la fois de la volonté selon Schopenhauer et de l'idée selon le système hégélien. Né à Berlin, officier de l'armée prussienne, Hartmann quitte l'armée pour raisons de santé et se consacre aux études philos […] Lire la suite

HISTOIRE DE L'ÉTHOLOGIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 991 mots

1854 Isidore Geoffroy Saint-Hilaire utilise pour la première fois le terme « éthologie » dans son sens actuel (étude comparative du comportement animal) pour désigner les descriptions des mœurs des animaux telles qu'elles ont été faites par Aristote, Buffon, Réaumur, G. Leroy ou Lamarck. 1859 Dans L'Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la Préservation des races favorisées […] Lire la suite

LORENZ KONRAD (1903-1989)

  • Écrit par 
  • Raymond CAMPAN
  •  • 2 586 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fondements de l'éthologie »  : […] Le premier article de Lorenz en 1927, « Beobachtungen an Dohlen », rassemble des observations sur les choucas en un discours naturaliste enrichi de réflexions philosophiques personnelles sur le comportement de ces oiseaux. Mais c'est durant la décennie suivante que Lorenz écrit les articles qui ont fondé sa théorie de l'instinct. En 1931, il publie un nouveau texte sur les comportements instinctif […] Lire la suite

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Polémos »  : […] Ce devenir irrationnel, n'obéissant à aucune légalité que la science pourrait exprimer en équations et en modèles théoriques, est à la fois un « écoulement probablement absolu » (XII, 30) et une lutte que se livrent la multitude des centres de domination entre lesquels se distribue la volonté de puissance qui, ainsi, n'existe jamais que sous la forme de noyaux dynamiques occupés à étendre leur règ […] Lire la suite

PROGÉNITURE, éthologie

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 3 554 mots
  •  • 1 média

Le comportement parental (étudié ici spécialement chez les singes) est un ensemble de réactions complexes non seulement entre mère et enfant, et vice versa, mais aussi entre le couple mère-enfant et les autres membres du groupe social. La rupture du lien parental par séparation de l'enfant et de sa mère donne lieu à une série de troubles graves et parfois durables, notamment sur le plan endocrini […] Lire la suite

PULSION

  • Écrit par 
  • André GREEN
  •  • 4 581 mots

L'opposition de l'animal et de l'homme était traditionnellement fondée sur celle de l' instinct et de l'intelligence, l'activité mécanique biologiquement déterminée servant de repoussoir à la valorisation de l'abstraction intellectuelle et de la liberté. À cette représentation de l'homme, Freud porte atteinte par le concept de pulsion comme fonds originaire du développement humain qu'il marque pa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges THINÈS, « INSTINCT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/instinct/