BERGMAN INGRID (1915-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une perfection où s’installe le doute

Refusant de se laisser confiner par la suite dans un genre où le public la retrouverait toujours semblable, elle arrache, au lieu du rôle de « la petite fiancée », celui de « l'impudente barmaid » dans Dr. Jekyll and Mr. Hyde de Victor Fleming (1941). Les firmes de Hollywood se la disputent, et lui offrent l'élite des partenaires : outre Gary Cooper, Humphrey Bogart pour Casablanca de Michael Curtiz (1942) ; Charles Boyer et Joseph Cotten pour Hantise de George Cukor (Gaslight, 1944) qui lui vaut un oscar. Elle décroche, en 1948, le rôle de Jeanne d'Arc, depuis toujours désiré, à la fois au théâtre, puis à l'écran. Hitchcock, flairant en elle ce « je ne sais quoi » qui confère au personnage et à l'intrigue leur vie et leur mystère, lui fait tourner coup sur coup trois films : La Maison du Dr Edwards (Spellbound, 1945), Les Enchaînés (Notorious, 1946), avec Cary Grant, et Les Amants du Capricorne (Under Capricorn, 1949).

Casablanca, M. Curtiz

Casablanca, M. Curtiz

Photographie

Humphrey Bogart (1899-1957) et Ingrid Bergman (1915-1982) dans Casablanca, film couvert d'oscars de Michael Curtiz (1942). 

Crédits : Picture Post/ Moviepix/ Getty Images

Afficher

Hantise, de George Cukor

Hantise, de George Cukor

Photographie

Charles Boyer et Ingrid Bergman dans Gaslight (Hantise, 1944), de George Cukor. 

Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

Afficher

Revoyant, trente ans après, la Jeanne d'Arc de Victor Fleming, Ingrid Bergman relève les faiblesses de ce film trop léché mais surtout critique son jeu d'où la beauté devrait rayonner d'ailleurs que des afféteries d'un métier parfait. Ce qui expliquerait, croit-elle, le sentiment en elle d'un manque que combla le coup de foudre éprouvé lors de la découverte du néo-réalisme à travers Rome, ville ouverte (1945) et Paisà (1946). Car ce fut Rossellini qui porta son art à l'incandescence : de Stromboli, terra di Dio (1950) à La Peur (La Paura, 1954), en passant par Europa '51 (1952), Nous, les femmes (Siamo donne, 1952), Jeanne au bûcher (Giovanna d’Arco al rogo, 1954) et Voyage en Italie (Viaggio in Italia, 1954) – sans doute le chef-d'œuvre du maître –, Ingrid Bergman, par et pour Rossellini, a pu s'exprimer dans toutes ses dimensions.

Meilleure actri [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Médias de l’article

Pour qui sonne le glas, S. Wood

Pour qui sonne le glas, S. Wood
Crédits : Hulton Archive/ MoviePix/ Getty Images

photographie

Casablanca, M. Curtiz

Casablanca, M. Curtiz
Crédits : Picture Post/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Hantise, de George Cukor

Hantise, de George Cukor
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer Inc./ Collection privée

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BERGMAN INGRID (1915-1982)  » est également traité dans :

CASABLANCA, film de Michael Curtiz

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un film prototype »  : […] Avec Casablanca , il s'agissait surtout pour les studios de la Warner Bros de faire une réplique du mélodrame à succès Algiers (1938) de John Cromwell, qui avait permis de renflouer les fonds du studio concurrent, les Artistes Associés. Les droits de la pièce initiale, Everybody Comes to Rick's, sont rachetés pour la modique somme de 20 000 dollars. Soucieuse d'accélérer le processus, la product […] Lire la suite

ROSSELLINI ROBERTO

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 2 490 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un cinéma « dédramatisé » »  : […] Rossellini ne se borne cependant pas à mettre en scène des cas typiques d'individualisme exacerbé. Il se refuse, dans son approche de l'événement ou de la créature choisis comme témoins, à toute violation, à tout morcellement, comme il est de règle dans le roman, au théâtre et à l'écran. Rossellini est l'un des premiers qui ait osé dédramatiser le cinéma. Sa caméra se borne à accompagner ses prota […] Lire la suite

ROSSELLINI ROBERTO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 201 mots

18 mai 1906 Naissance de Roberto Rossellini à Rome. Aîné de quatre enfants, il appartient à une famille aisée. 1934 Premiers essais de cinéma, financés par Rossellini lui-même. 1936 Prélude à l'après-midi d'un faune , censuré pour impudicité. Travaille comme scénariste et assistant pour La Fossa degli angeli , de Carlo Ludovico Bragaglia. 1938-1940 Divers courts-métrages documentaires : Fanta […] Lire la suite

THE MAGDALENE SISTERS (P. Mullan)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 877 mots

Lion d’or du festival de Venise 2002, violemment attaqué par la presse catholique italienne, The Magdalene Sisters se situe entièrement dans une de ces prisons-blanchisseries dirigées en Irlande par des religieuses (le dernier établissement de ce type fut fermé en 1993). Là se trouvaient détenues des femmes contraintes d’expier leur « déshonneur » grâce à une supposée rédemption par le travail, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hubert HARDT, « BERGMAN INGRID - (1915-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingrid-bergman/