THE MAGDALENE SISTERS (P. Mullan)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lion d’or du festival de Venise 2002, violemment attaqué par la presse catholique italienne, The Magdalene Sisters se situe entièrement dans une de ces prisons-blanchisseries dirigées en Irlande par des religieuses (le dernier établissement de ce type fut fermé en 1993). Là se trouvaient détenues des femmes contraintes d’expier leur « déshonneur » grâce à une supposée rédemption par le travail, transformée en pure exploitation.

Catholique écossais d’origine irlandaise, Peter Mullan a été comédien chez Ken Loach (il reçut le prix d’interprétation au festival de Cannes 1998 pour le rôle-titre de My Name is Joe) puis metteur en scène d’un premier long-métrage, Orphans (1998). Davantage qu’une œuvre polémique ou scandaleuse, le cinéaste a voulu, avec The Magdalene Sisters, réaliser un film-débat sur un thème historique et social touchant au pouvoir de l’Église. Fondé sur de nombreux témoignages (la présence de l’actrice Phyllis McMahon, elle-même ancienne religieuse des « Magdalene homes », cautionne par son interprétation de sœur Augusta la véracité des faits rapportés), le film s’appuie en outre sur une enquête documentaire consacrée au sujet, Sex in a Cold Climate, qui a bouleversé le cinéaste lors de sa diffusion sur Channel 4 en 1998.

Fiction dramatique habilement structurée, « film carcéral » au rythme soutenu, The Magdalene Sisters suscite émotion et indignation à travers l’évocation, dans les années 1960, de quatre destins : Margaret (Anne-Marie Duff), violée pendant une fête de mariage, Patricia (Dorothy Duffy), fille-mère que ses parents obligent à abandonner son enfant, et Bernadette (Nora-Jane Noone), orpheline trop désirable, sont placées au secret dans cette « institution charitable ». Là, elles rejoignent Crispina (Eileen Walsh), simple d’esprit qu’un prêtre a violée. Avec ces femmes, le spectateur plonge dans l’enfer des violences d’un travail conduit sans répit ni salaire où les sévices et les vexations sont infligés sous couvert de rédemption, où la haine est l’autre face de l’amour divin, ces filles incarnant [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « THE MAGDALENE SISTERS (P. Mullan) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-magdalene-sisters-p-mullan/