ULLMANN LIV (1939-    )

Actrice norvégienne réputée pour sa beauté naturelle et ses interprétations d'une grande finesse de personnages à la psychologie complexe, Liv Ullman a étroitement lié son nom à celui du réalisateur suédois Ingmar Bergman, avec qui elle tourna plusieurs films qui ont fait date.

Le père de Liv Ullmann, un ingénieur norvégien, se déplaçait très fréquemment pour raisons professionnelles. Liv naît donc à Tōkyō, au Japon, le 16 décembre 1939, et grandit en Norvège, au Canada et aux États-Unis. Adolescente, elle prend des cours d'art dramatique à Londres et en Norvège, et joue dans plusieurs pièces au Théâtre national d'Oslo. Elle interprète de petits rôles dans quatre films mineurs avant de rencontrer Ingmar Bergman en 1966. Son rôle principal dans le drame psychologique Persona (1966), réalisé par Bergman, marque le début d'une longue relation professionnelle et personnelle. Son travail avec Bergman est largement salué et propulse l'actrice au rang de star internationale. Leurs collaborations – presque toutes considérées comme des chefs-d'œuvre par les spécialistes de cinéma – incluent Vargtimmen (L'Heure du loup, 1968), Skammen (La Honte, 1968), En Passion (Une passion), Viskningar och rop (Cris et chuchotements, 1972), Scener ur elt äktenscap (Scènes de la vie conjugale, 1973), Ansikte mot ansikte (Face à face, 1976), The Serpent’s Egg (L’Œuf du serpent, 1977), Höstsonaten (Sonate d'automne, 1978) et Sarabande (2003). Mentionnons également la prestation remarquée de l’actrice dans Utvandrarna (Les Émigrants, 1971) et Nybyggarna (Le Nouveau Monde, 1972), de Jan Troell.

Tout au long de sa carrière, Liv Ullmann joue au théâtre aussi bien qu'au cinéma. Elle montre une formidable polyvalence, interprétant Shakespeare, Ibsen, Tchekhov, Shaw, Brecht ou encore Eugene O'Neill. Au théâtre, son rôle le plus connu est celui de Nora dans Maison de poupée, d'Henrik Ibsen. C'est aussi le seul rôle qu'elle reprend plusieurs fois, tant à la radio que sur scène à Oslo et à New York. Par ailleurs, elle collabore régulièrement avec le célèbre metteur en scène José Quintero : elle est Josie dans A Moon for the Misbegotten (1976), joue le rôle-titre d'Anna Christie (1977), interprète la comédie de Tchekhov L'Ours (1978) et La Voix humaine de Cocteau (1979), où elle livre un fascinant monologue de quarante-cinq minutes.

À partir des années 1990, elle s'essaie à la réalisation, avec les films Sofie (1992), Kristin Lavransdatter (1995) et Trolösa (Infidèle, 1999) et Miss Julie (Mademoiselle Julie, 2014).

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  ULLMANN LIV (1939- )  » est également traité dans :

BERGMAN INGMAR

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 2 031 mots

Dans le chapitre « « Tout peintre se peint » »  : […] son intimité, comme Harriet Andersson, Bibi Andersson et Liv Ullmann. On pourrait aussi noter la confiance absolue qu'il témoigna à son principal chef opérateur, Sven Nyquist. Autre fidélité : à partir de 1960, lors du tournage d'À travers le miroir, Bergman découvre l'île de Fårö, dont il sut aussitôt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingmar-bergman/#i_40614

Pour citer l’article

« ULLMANN LIV (1939-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/liv-ullmann/