INFLAMMATION ou RÉACTION INFLAMMATOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thérapeutique

Comme on l'a dit, l'inflammation fait intervenir un très grand nombre de médiateurs dont la production, et donc les concentrations sanguine et tissulaire, varient au cours de l'inflammation. Une liste non exhaustive de ces médiateurs est donnée dans le tableau (cf. ci-contre).

Inflammation : médiateurs

Tableau : Inflammation : médiateurs

Médiateurs de l'inflammation. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La plupart de ces médiateurs ont des activités pro-inflammatoires ; ils constituent donc autant de cibles potentielles pour des molécules pharmacologiques qui, s'opposant à ces activités, sont ou seraient utilisables en thérapeutique.

Un petit nombre d'entre eux au contraire ont des activités anti-inflammatoires et peuvent donc servir de modèles pour des substances pharmacologiques éventuellement utilisables aussi en thérapeutique.

D'empirique qu'il était autrefois, le traitement médicamenteux de l'inflammation est devenu de plus en plus rationnel, ayant recours à des thérapeutiques ciblées, qui s'adressent, pour les combattre spécifiquement, à tel ou tel des médiateurs.

Médications anti-inflammatoires

Antalgiques

L'un des signes cardinaux de l'inflammation étant la douleur, il est naturel que les antalgiques soient d'usage courant dans cette indication.

Le premier antalgique utilisé a été acide acétylsalicylique, synthétisé par Charles Gerhardt en 1853 et rebaptisé aspirine en 1899, médicament très actif qui agit en inhibant la synthèse des prostaglandines, ce qui lui confère également des propriétés antipyrétiques et anti-inflammatoires. Son utilisation est malheureusement limitée par ses effets secondaires : en particulier gastrotoxicité et effet hémorragipare, ce dernier étant dû l'activité antiagrégante plaquettaire de l'aspirine.

Le paracétamol (acétaminophène), de beaucoup le plus prescrit des antalgiques, a des propriétés antalgiques et antipyrétiques, mais pas d'activité anti-inflammatoire.

Les antalgiques de niveau II-A suivant la classification de l'O.M.S. (opiacés faibles type codéine, dextropropoxyphène, tramadol,...) à propriétés exclusivement antalgiques peuvent être utilisés en cas de douleurs inflammatoires résistantes au paracétamol.

Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS ; en anglais : NSAIDs pour non steroid antiinflammatory drugs) forment une importante famille de molécules, sans doute les plus prescrits des anti-inflammatoires. Les AINS « classiques » (phénylbutazone, indométacine, diclofénac, kétoprofène, piroxicam...) inhibent à la fois les cyclo-oxygénases constitutionnelles et induites (respectivement COX-1 et COX-2) et donc la synthèse de toutes les prostaglandines. Les COXIBs (celecoxib, rofecoxib...) inhibent électivement la cyclo-oxygénase induite et ont de ce fait une toxicité gastrique réduite, leur emploi se soldant par rapport à celui des AINS classiques par une nette diminution des accidents gastriques graves (perforation, ulcères et hémorragies).

Corticoïdes

Les dérivés synthétiques de la cortisone sont de puissants anti-inflammatoires doués également de propriétés immunomodulatrices et anti-allergiques. Inhibant la phospholipase A2, ils bloquent à la fois la voie des prostaglandines et celle des leucotriènes. Ils sont utilisables par voie générale et locale (infiltrations). Leur utilisation par voie générale est malheureusement grevée de nombreux effets indésirables (ulcères gastro-duodénaux, sensibilité aux infections, ostéoporose, diabète, hypertension, hypokaliémie, glaucome, cataracte, corticodépendance,...). Aussi doit on, dans la mesure du possible, les employer par cures courtes, aux doses minimales suffisantes et sous surveillance étroite.

Immunosuppresseurs et immunomodulateurs

Les immunosuppresseurs peuvent être utilisés dans les maladies inflammatoires où l'activité immunitaire est supposée excessive ou inappropriée comme c'est le cas dans les connectivites et les maladies systémiques, les vascularites, les maladies auto-immunes, la polyarthrite rhumatoïde... Nombre de ces thérapeutiques qui interfèrent avec la croissance cellulaire sont des antimétabolites qui ont d'abord été utilisés dans des affections malignes (cancers, hémopathies...). Dans tous les cas, il s'agit de thérapeutiques délicates dont la prescription doit être faite de préférence en milieu hospitalier et par des médecins spécialisés. Ces médications ont des cib [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : médecin, ancien directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale

Classification

Autres références

«  INFLAMMATION ou RÉACTION INFLAMMATOIRE  » est également traité dans :

RÉACTION INFLAMMATOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc CAVAILLON
  •  • 4 578 mots
  •  • 5 médias

Après une exposition prolongée au soleil, la peau rougit, devient douloureuse, parfois « cloque » ; puis, en quelques jours, ces signes d’atteinte de la peau disparaissent. Le « coup de soleil » est un exemple de réaction inflammatoire, réponse physiologique normale, immédiate et transitoire à toute agression extérieure compromettant l’intégrité de l’organisme. […] Lire la suite

ABCÈS

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 515 mots

Collection purulente bien limitée qui se forme au sein d'un organe ou d'un tissu, au cours d'une réaction inflammatoire. Un certain nombre d'agents pathogènes, introduits accidentellement en un point de l'organisme, sont capables d'entraîner cette réaction dont le but est de les éliminer. L'exemple le plus typique est réalisé par une blessure septique introduisant des bactéries pathogènes. Au poin […] Lire la suite

ACNÉ

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 3 296 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’acné, maladie cutanée très fréquente »  : […] L’acné s’observe chez 70 % à 80 % des adolescents à des degrés divers. Elle dure chez eux, en moyenne, trois ou quatre ans avant de disparaître le plus souvent entre dix-huit et vingt ans. Cependant, l’acné peut aussi persister ou même se développer à l’âge adulte, dans plus d’un quart des cas observés. Cette maladie cutanée n’est ainsi pas si rare chez les femmes adultes où elle se manifeste le […] Lire la suite

ALGODYSTROPHIE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 135 mots

Syndrome douloureux ostéoarticulaire accompagnant un remaniement du tissu osseux provoqué par des causes diverses : traumatisme violent (fracture), microtraumatismes (exercice de certaines professions), immobilisation d'un membre pour des raisons thérapeutiques (traitement d'une entorse) ou dans des circonstances pathologiques (suites de paralysie). La région atteinte par l'algodystrophie est le s […] Lire la suite

ALLERGIE & HYPERSENSIBILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard HALPERN, 
  • Georges HALPERN, 
  • Salah MECHERI, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 12 543 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes de l'hypersensibilité de type retardé »  : […] Dans l'hypersensibilité à médiation cellulaire, ce sont des lymphocytes T qui, par les récepteurs spécifiques de leur membrane cytoplasmique, assurent la reconnaissance de l'antigène et la spécificité de la réaction. Ces lymphocytes T circulent constamment dans les tissus à partir du sang pour traverser les ganglions lymphatiques et rejoindre la circulation sanguine par les vaisseaux lymphatiques […] Lire la suite

ARTÉRITE TEMPORALE ou MALADIE DE HORTON

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 262 mots

Appelée actuellement plus volontiers « artérite à cellules géantes », l'artérite temporale, ou maladie de Horton, constitue une affection artérielle inflammatoire de cause inconnue, qui touche presque exclusivement des sujets âgés de plus de soixante-cinq ans et s'accompagne d'occlusions artérielles segmentaires au niveau surtout des artères de petit ou moyen calibre. L'atteinte des artères tempor […] Lire la suite

ARTICULATIONS

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 6 080 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Irrigation sanguine et innervation des articulations »  : […] L' irrigation sanguine des articulations est assurée par un réseau artériel qui entre dans la capsule articulaire au niveau de son insertion sur l'os à la jonction entre cartilage articulaire et périoste. Ces artères se divisent en de fines ramifications qui, de la capsule, pénètrent la membrane synoviale qu'elles parcourent de son versant capsulaire vers son versant articulaire, se terminant en […] Lire la suite

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 849 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Mécanismes de l’épisode asthmatique »  : […] 1. L' obstruction bronchique procède de plusieurs phénomènes : – un spasme des muscles lisses bronchiques (qui s'associe progressivement à une hypertrophie de ces muscles, responsable d'une augmentation importante de l'épaisseur de la paroi) ; cette anomalie est sensible à l'action de médicaments bronchodilatateurs tels que les bêta2-mimétiques ; – un œdème de la muqueuse, par exsudation à travers […] Lire la suite

ATHÉROSCLÉROSE

  • Écrit par 
  • Loïc CAPRON
  •  • 5 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Progression des plaques »  : […] Pour provoquer une ischémie, la plaque doit grandir jusqu'à obstruer l'artère. Deux processus combinés sont sans doute en jeu. Le premier procède des mêmes mécanismes que la formation de la plaque : accumulation lente et régulière de lipides et de tissu fibreux dans l'intima. Le second procède par à-coups intempestifs rythmés par les ruptures de plaque : si elle n'aboutit pas à l'occlusion de l'ar […] Lire la suite

CATARRHE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 211 mots

Inflammation d'une muqueuse et écoulement qui s'ensuit. Ce terme a disparu du vocabulaire médical, après avoir connu un grand succès et être passé dans la langue commune, dès le xv e siècle, sous la forme caterre, et après avoir donné les deux adjectifs catarrheux et catarrhal. Doublet étymologique de « rhume » et de « rhumatisme », il signifiait donc écoulement, flux. Selon les tenants de la thé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André-Paul PELTIER, « INFLAMMATION ou RÉACTION INFLAMMATOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inflammation/