ASPIRINE ou ACIDE ACÉTYLSALICYLIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Filiation de l'aspirine

Filiation de l'aspirine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Plantation de saules blancs

Plantation de saules blancs
Crédits : R. Neumann/ Shutterstock

photographie

Le premier flacon d'aspirine

Le premier flacon d'aspirine
Crédits : Bayer Corporation

photographie

Publicité pour l'aspirine des usines du Rhône

Publicité pour l'aspirine des usines du Rhône
Crédits : Apic/ Getty Images

photographie


Si l'histoire du produit chimique remonte à 1853, lorsque le chimiste français Charles Gerhardt (1816-1856) synthétise l'acide acétylsalicylique, l'histoire de son principe actif est ancienne. Le papyrus d'Ebers (environ 3600 B.P.) mentionne déjà l'action des extraits de saule contre la fièvre, pratique retrouvée dans tout l'Occident. Le principe actif contenu dans les extraits de saule, la salicine ou acide salicylique, est isolé de diverses plantes vers 1830. Sous forme de salicylate de soude ou de potasse, voire en association avec du phénol (Salsol), elle entre dans la pharmacopée et est utilisée comme antidouleur et fébrifuge. L'amertume de ces produits, leur faible efficacité et leurs effets secondaires font rechercher des substances plus actives et moins toxiques. La redécouverte en 1897-1899 de la synthèse de cet acide par Felix Hoffmann, jeune chimiste de la société Bayer, et la mise au point d'une procédure de production industrielle vont aboutir, dès 1900, à la commercialisation de l'Aspirin (cette paternité est contestée, il est probable que ce soit Arthur Eichenbrün qui en soit l'auteur). Après la Première Guerre mondiale, le brevet tombe dans le domaine public en France comme aux États-Unis. En France, l'Aspirine des Usines du Rhône connaît un succès d'officine remarquable.

Filiation de l'aspirine

Filiation de l'aspirine

Dessin

De la substance naturelle active contre les fièvres, la salicyline, à la molécule de synthèse, l'acide acétylsalicylique, plus connue sous le nom commercial d'aspirine. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Plantation de saules blancs

Plantation de saules blancs

Photographie

Depuis des millénaires on produit une tisane contre la fièvre par infusion de l'écorce du saule blanc. Cette écorce contient en effet une substance, la salicine, qui a une action contre la fièvre, et dont la structure a servi de base à la synthèse de l'aspirine. 

Crédits : R. Neumann/ Shutterstock

Afficher

Le premier flacon d'aspirine

Le premier flacon d'aspirine

Photographie

L'aspirine a été commercialisée pour la première fois par la firme allemande Bayer à la toute fin du XIXe siècle. Cette photographie est celle d'un des premiers flacons. Médicament  presque universel dans un premier temps, son usage a diminué devant l'importance prise par ses effets... 

Crédits : Bayer Corporation

Afficher

Publicité pour l'aspirine des usines du Rhône

Publicité pour l'aspirine des usines du Rhône

Photographie

L'aspirine, remède contre la fièvre, le rhumatisme et bien d'autres troubles, est très rapidement entrée dans un usage courant, tout en conservant son aspect médical. Cette affiche illustre bien ce caractère ambigu: le lieu d'administration de l'aspirine est privé, mais c'est une infirmière... 

Crédits : Apic/ Getty Images

Afficher

Depuis 1890, de nombreux autres procédés de préparation ont vu le jour et ce produit est devenu le médicament le plus utilisé au monde. Une première méthode de synthèse consiste à faire agir de l'anhydride acétique (270 g) sur de l'acide salicylique (250 g), puis à pratiquer une distillation sous vide. Une autre méthode utilise l'action du chlorure d'acétyle sur de l'acide salicylique, en milieu pyridinique et à chaud, suivie d'un brusque refroidissement à 0 0C.

Quelle que soit la méthode employée, l'aspirine se présente sous la forme de petites aiguilles incolores, inodores, fondant vers 135 0C ; peu soluble dans l'eau et très soluble dans l'alcool et l'éther. Du fait de son amertume, on l'utilise plutôt sous la forme d'un sel, de lysine en p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification


Autres références

«  ASPIRINE ou ACIDE ACÉTYLSALICYLIQUE  » est également traité dans :

ASPIRINE ET CANCER

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 2 061 mots
  •  • 1 média

Médicament plus que centenaire, l'aspirine a connu une deuxième jeunesse après la découverte de son effet antiagrégant plaquettaire, qui en a fait l'un des piliers de la prévention des accidents cardio-vasculaires. Un nouveau champ d'application, tout aussi vaste, semble sur le point de s'ouvrir depuis quelq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspirine-et-cancer/#i_31920

ANALGÉSIQUES ET ANTALGIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques DUTEIL
  •  • 1 053 mots

Face à des douleurs multiples par leur siège, leur nature et leur intensité, chaque patient réagit individuellement en fonction de ses facteurs génétiques et de son psychisme. L'appréciation de l'effet analgésique d'un médicament varie, elle aussi, d'un individu à l'autre. Une classification simple des médicaments analgésiques consiste à les sépare […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analgesiques-et-antalgiques/#i_31920

ANTIAGRÉGANTS PLAQUETTAIRES

  • Écrit par 
  • Jacques CAEN, 
  • Jean-Luc WAUTIER
  •  • 688 mots

Les plaquettes ont un rôle dominant dans la genèse des thromboses artérielles et de l'athérosclérose, en intervenant au moins sur l'altération endothéliale ou sous-endothéliale, la prolifération des cellules musculaires lisses, ce qui a conduit à l'utilisation et à la rationalisation de médicaments capables de modifier les fonctions des plaquettes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiagregants-plaquettaires/#i_31920

ASTHME

  • Écrit par 
  • Philippe GODARD, 
  • François-Bernard MICHEL
  •  • 5 848 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Asthme avec intolérance à l'aspirine »  : […] La triade évocatrice de ce phénotype particulier de l'asthme associe polypose nasale récidivante, asthme volontiers sévère et intolérance à l'aspirine. Elle a été décrite par Fernand Widal en 1922. Son mécanisme n'est pas immunoallergique. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens classiques de type aspirine bloquent la cyclooxygénase de type I par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asthme/#i_31920

AVC (accident vasculaire cérébral)

  • Écrit par 
  • Katayoun VAHEDI
  •  • 1 346 mots

Dans le chapitre « À la phase aiguë d'un AVC »  : […] Les mesures thérapeutiques à la phase aiguë d'un AVC comportent plusieurs volets : la prévention et le dépistage des complications, les traitements spécifiques, mais ensuite aussi la rééducation et la réadaptation fonctionnelle. En ce qui concerne la prévention et le dépistage précoce des complications générales, celles-ci sont responsables de 35 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avc/#i_31920

DOULEUR

  • Écrit par 
  • François BOUREAU, 
  • Jean-François DOUBRÈRE
  •  • 4 956 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitements médicamenteux »  : […] L'O.M.S. a proposé dans le cadre des douleurs cancéreuses une échelle de décision thérapeutique comportant trois paliers d'analgésiques. Le niveau I correspond aux analgésiques non narcotiques ( paracétamol et aspirine) et aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (A.I.N.S.) ; le niveau II, à l'association des analgésiques non narcotiques aux opio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/douleur/#i_31920

INFLAMMATION ou RÉACTION INFLAMMATOIRE

  • Écrit par 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 3 486 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Antalgiques »  : […] L' un des signes cardinaux de l'inflammation étant la douleur, il est naturel que les antalgiques soient d'usage courant dans cette indication. Le premier antalgique utilisé a été acide acétylsalicylique, synthétisé par Charles Gerhardt en 1853 et rebaptisé aspirine en 1899, médicament très actif qui agit en inhibant la synthèse des prostaglandine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inflammation/#i_31920

MÉDICAMENTS

  • Écrit par 
  • Paul-Étienne BARRAL, 
  • Hélène MOYSE, 
  • Jean-Yves NAU, 
  • Michel PARIS, 
  • René Raymond PARIS
  • , Universalis
  •  • 9 748 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le médicament moderne »  : […] Pour faire face à la grande plasticité du monde bactérien, qui par mutations chromosomiques apprend à résister aux antibiotiques, l'industrie pharmaceutique a mis au point les céphalosporines de troisième génération (céftriaxone, céfotaxim e , céftazidime). Contre le sida, elle a développé des antiviraux (zidovudine ou AZT, didanosine ou DDI) et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medicaments/#i_31920

RÉACTION INFLAMMATOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc CAVAILLON
  •  • 4 576 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Médiateurs et effecteurs de la réaction inflammatoire  »  : […] Comment les cellules concernées agissent-elles sur les tissus endommagés et les microbes ? On distingue la production de médiateurs qui agissent à distance, et les effecteurs qui agissent localement sur les tissus lésés. Les cytokines sont des médiateurs protéiques solubles permettant le dialogue entre les cellules. Le tumor necrosis factor , ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-inflammatoire/#i_31920

REYE SYNDROME DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 310 mots

Maladie neurologique aiguë qui se développe chez l'enfant au décours d'une grippe, d'une varicelle ou d'une autre infection virale. Le syndrome de Reye peut provoquer une stéatose hépatique (l'accumulation de graisse dans le foie) et un œdème cérébral. Il a été décrit pour la première fois en 1963 par le pathologiste australien, Ralph Douglas Reye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-reye/#i_31920

SAULE BLANC

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 374 mots

Arbre médicinal de premier plan, connu depuis des millénaires, le saule blanc ( Salix alba  L. ; salicacées) était pour Dioscoride ( i er  s.) hémostatique et contraceptif. D'après Galien ( ii e  s.), peu de médicaments avaient autant d'usages que la sève de saule. Très employé à la Renaissance, particulièrement comme anaphrodisiaque (Daléchamps, D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saule-blanc/#i_31920

VANE JOHN R. (1927-2004)

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 931 mots

Les travaux du pharmacologue britannique John Vane sont à l'origine de l'adoption par les cardiologues d'un vieux médicament : l'aspirine. L'intérêt de son administration à faible dose pour la prévention des accidents cardio-vasculaires (coronariens ou cérébraux) repose sur l'impact de l'aspirine sur les enzymes de régulation de la production des p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-r-vane/#i_31920

Pour citer l’article

Georges BRAM, « ASPIRINE ou ACIDE ACÉTYLSALICYLIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aspirine-acide-acetylsalicylique/