INDE (Arts et culture)Les mathématiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On traitera ici des pratiques et pensées mathématiques qui ont eu cours dans le sous-continent indien – en « Asie du Sud », comme on dit communément dans les pays anglo-saxons –, puisque l’aire géographique concernée couvre tout autant l’Inde que le Pakistan, le Bangladesh, le Bhoutan et l’île de Ceylan actuels. Qu’il s’agisse de sources archéologiques ou de textes écrits dans de multiples langues, l’histoire des mathématiques du sous-continent s’étend sur plusieurs milliers d’années et demeure, pour l’essentiel, à étudier. Historiquement, les textes mathématiques rédigés en sanskrit, la langue brahmanique savante, ont été bien plus examinés que ceux écrits dans d’autres langues du sous-continent. L’arithmétique et la trigonométrie des textes savants sanskrits ont voyagé et influencé pour une part les mathématiques en langue arabe puis en langue latine : sans doute devons-nous aux mathématiques du sous-continent indien les nombres de notre arithmétique positionnelle (procédure d’écriture des nombres dont la valeur repose sur la position des chiffres qui les composent) et, plus largement, certaines manières de poser et de résoudre des problèmes dans des dispositifs tabulaires (de l’exécution d’une multiplication à la règle de trois), et enfin le sinus de notre trigonométrie. Mais les pratiques et pensées mathématiques du sous-continent indien de l’époque médiévale sont également riches par elles-mêmes et les thèmes abordés. Elles ont exploré les mathématiques des carrés magiques (ces carrés de nombres dont la somme des lignes, des colonnes et des diagonales donne toujours le même nombre), donné des procédures numériques d’approximation du nombre π et des fonctions trigonométriques, raffiné des techniques virtuoses de résolution d’équations indéterminées du second degré. Plus largement, les mathématiciens y ont exploré l’univers des algorithmes, que ce soit en termes de rapidité, d’élégance ou de preuve. Et, finalement, depuis la fin du xixe siècle, des mathématiciens du sous-continent indien participent de manière reconnue au développement des sciences mathématique [...]


Médias de l’article

Sceau de la civilisation de l’Indus

Sceau de la civilisation de l’Indus
Crédits : Luisa Ricciarini/ Leemage

photographie

Le manuscrit de Bhakshalī, le « premier » zéro ?

Le manuscrit de Bhakshalī, le « premier » zéro ?
Crédits : Bodleian Libraries, University of Oxford 2018 ; Science Museum

photographie

Exemple de multiplication en zigzag

Exemple de multiplication en zigzag
Crédits : Encyclopædia Universalis France

photographie

Grande horloge solaire de l’observatoire de Jaipur

Grande horloge solaire de l’observatoire de Jaipur
Crédits : Nadezda Murmakova/ Shutterstock

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au laboratoire SPHERE, CNRS, UMR 7219, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Agathe KELLER, « INDE (Arts et culture) - Les mathématiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde/