INDE (Arts et culture)Les mathématiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sceau de la civilisation de l’Indus

Sceau de la civilisation de l’Indus
Crédits : Luisa Ricciarini/ Leemage

photographie

Le manuscrit de Bhakshalī, le « premier » zéro ?

Le manuscrit de Bhakshalī, le « premier » zéro ?
Crédits : Bodleian Libraries, University of Oxford 2018 ; Science Museum

photographie

Exemple de multiplication en zigzag

Exemple de multiplication en zigzag
Crédits : Encyclopædia Universalis France

photographie

Grande horloge solaire de l’observatoire de Jaipur

Grande horloge solaire de l’observatoire de Jaipur
Crédits : Nadezda Murmakova/ Shutterstock

photographie


Mutations mathématiques à l’époque classique

De manière générale, entre le ive siècle avant notre ère et le ive siècle après notre ère, la société change, et c’est ainsi que les historiens estiment que le sous-continent passe d’une époque où le védisme règne en maître à une époque – que l’on appelle « classique » (le védisme se mue en hindouisme, tandis que naissent et grandissent de nouvelles religions comme le bouddhisme et le jaïnisme) – où se forme l’Empire maurya (322-187 avant notre ère), premier empire du sous-continent indien. Bien sûr, on savait compter avant cette période, et certaines professions (telles celles des constructeurs d’autels) reposaient sur un savoir mathématique. Mais apparaissent à ce moment aussi de nouveaux métiers dans lesquels le fait de savoir compter est essentiel. Aussi dans les premiers textes canoniques bouddhistes, jaïns ou dans les poèmes épiques du Mahābhārata et du Rāmayana évoque-t-on la profession de « comptable » au sens de « calculateur » (gaaka, sakhyāyaka). Par ailleurs, les textes cosmologiques jaïns, compilés au visiècle de notre ère, mais contenant des textes bien plus anciens, comportent des considérations remarquables sur différentes formes d’infinis (discrets ou continus), des théories combinatoires, des règles concernant les indices, d’autres liant la circonférence d’un cercle à ses segments. La raison pour laquelle ces textes, trop peu étudiés, contiennent autant de mathématiques demeure mystérieuse : comme pour le Veda, la valorisation du savoir et les exigences de la mémorisation font partie des hypothèses souvent avancées pour tenter de comprendre ce phénomène.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au laboratoire SPHERE, CNRS, UMR 7219, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Pour citer l’article

Agathe KELLER, « INDE (Arts et culture) - Les mathématiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde/