Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

INCONSCIENT

L'inconscient des neurosciences cognitives

La psychologie cognitive, fondée sur la théorie de l'information, s'oppose à la psychanalyse par sa méthodologie comme par son champ initial d'application : c'est une psychologie expérimentale développée à partir de l'étude de l'homme normal et de l'intelligence artificielle.

Progressivité de la conscience

Dans ce cadre, le problème principal est plus d'expliquer pourquoi certaines activités sont conscientes que de démontrer l'influence d'une activité inconsciente. La conscience, dans une conception fonctionnaliste, caractérise l'activité psychique normale de l'état de veille chez l'homme. Elle est associée à un certain niveau de fonctionnement du psychisme ou du système nerveux central qui le sous-tend. Dans une conception constructiviste, l'activité consciente n'est pas un état mais une construction spécifique qui dépend de l'expérience antérieure et qui se crée sous l'influence des nécessités du moment. Par exemple, l'activité consciente intervient lorsqu'il est nécessaire d'acquérir une nouvelle connaissance ou un nouveau comportement, lorsqu'un choix ou un jugement s'imposent ou lors d'une défaillance d'une activité automatique, bref, lorsque les problèmes posés au sujet n'ont pas de solution préétablie. Elle a donc une valeur adaptative ; comme telle, elle n'est pas spécifique à l'homme. Elle apparaît chez les mammifères supérieurs, mais la richesse et l'étendue de la conscience dépendent de la richesse et de l'étendue des structures cognitives sous-jacentes qui structurent les capacités de connaître et d'agir sur le monde. La question n'est donc pas de savoir si un animal (ou un nourrisson) est conscient ou non, mais quel est le nombre limité d'événements et d'objets dont il peut être conscient. Ainsi la conscience n'est pas un phénomène de tout ou rien. L'enfant ne devient pas brusquement conscient : sa capacité de bâtir des expériences conscientes dépend de ses échanges avec son entourage. Des structures d'un autre ordre se construisent secondairement avec le développement du langage, en particulier du langage intérieur.

Pour les psychologues cognitivistes, l'activité psychique ne peut pas être expliquée au seul niveau biologique. Il est nécessaire de postuler l'existence d'un niveau psychologique spécifique, symbolique. Par analogie avec les systèmes informatiques, cette activité symbolique est décrite comme relevant des neurones, sans en être une propriété intrinsèque (propriété émergente). Le code comprend un niveau computationnel, fonctionnel, qui concerne les relations entre les symboles sans tenir compte de leurs contenus, et un niveau sémantique, qui prend en compte le contenu et l'objectif de l'activité sous forme de représentations mentales. Les représentations mentales sont, dans cette perspective, des constructions théoriques postulées pour expliquer, comprendre et prédire le comportement de l'organisme. Elles sont modelées, transformées par des processus qui permettent de les stocker, de les restituer et de les grouper par inférence. Deux types de représentations peuvent être distinguées : les représentations procédurales, qui sont liées à l'utilisation d'une connaissance et ne peuvent être restituées indépendamment de cette fonction, et les représentations épisodiques, qui mettent en relation des événements, permettant ainsi l'usage de l'information pour elle-même. La répétition des expériences conduit à l'élaboration de catégories superordonnées qui renvoient aux régularités de l'environnement. Elles sont décrites sous des noms divers : prototypes (ensemble de propriétés nécessaires pour appartenir à un concept isolé ; par exemple, « oiseau »), schémas (ensemble des connaissances relatives[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université Paris-VI, chef du service de neurologie à l'hôpital de la Salpêtrière
  • : psychiatre et psychanalyste, attachée à l'hôpital de la Salpêtrière, chargée de cours à l'université de Paris-VII
  • : diplômé de psychopathologie, psychanalyste

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

L'exil de Freud - crédits : Keystone/ Getty Images

L'exil de Freud

Séance d'hypnose - crédits : AKG-images

Séance d'hypnose

Autres références

  • INCONSCIENT (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 276 mots

    Sigmund Freud (1856-1939) a pesé d’un tel poids dans la formulation de la notion d’inconscient qu’il est trop souvent perçu comme celui qui l’aurait découvert, à la façon dont les « inventeurs » d’un trésor arrachent à sa cachette un coffre rempli d’or qui avait jusqu’alors échappé à tous les regards....

  • ANIMUS & ANIMA

    • Écrit par Alain DELAUNAY
    • 1 034 mots
    • 1 média

    Le couple anima-animus joue un rôle important dans la « psychologie des profondeurs » de Carl Gustav Jung. Il s'agit d'une résurgence de deux termes du corpus de la philosophie médiévale. On les rencontre chez de nombreux auteurs, notamment Guibert de Nogent, où généralement ils désignent,...

  • ASSOCIATION LIBRE, psychanalyse

    • Écrit par Pierre-Paul LACAS
    • 468 mots

    Expression utilisée en psychanalyse pour désigner l'objet de la règle fondamentale, laquelle consiste pour le patient à exprimer toutes les pensées (idées ; images ; Einfall, dit Freud, « ce qui tombe » dans l'esprit) sans discrimination aucune et de manière spontanée. L'école de Zurich...

  • AUTOMATISME, art et littérature

    • Écrit par José PIERRE
    • 974 mots

    « Dans le monde organique, dans la mesure où se fait plus obscure ou plus faible la réflexion consciente, plus rayonnante et triomphante s'avance la grâce. » Cette affirmation de Kleist (Sur le théâtre de marionnettes, 1810) pourrait être tenue pour la charte originelle de l'automatisme....

  • AUTRE, psychanalyse

    • Écrit par Alexandre ABENSOUR
    • 1 306 mots

    Le débat philosophique sur autrui est inséparable de la question du primat de la conscience : comment expliquer l'existence d'une autre conscience, sous quelles modalités la rencontrer ?

    La doctrine qui va produire un impact certain sur les réflexions proprement psychologiques est celle...

  • Afficher les 71 références

Voir aussi