INCONSCIENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'inconscient des neurosciences cognitives

La psychologie cognitive, fondée sur la théorie de l'information, s'oppose à la psychanalyse par sa méthodologie comme par son champ initial d'application : c'est une psychologie expérimentale développée à partir de l'étude de l'homme normal et de l'intelligence artificielle.

Progressivité de la conscience

Dans ce cadre, le problème principal est plus d'expliquer pourquoi certaines activités sont conscientes que de démontrer l'influence d'une activité inconsciente. La conscience, dans une conception fonctionnaliste, caractérise l'activité psychique normale de l'état de veille chez l'homme. Elle est associée à un certain niveau de fonctionnement du psychisme ou du système nerveux central qui le sous-tend. Dans une conception constructiviste, l'activité consciente n'est pas un état mais une construction spécifique qui dépend de l'expérience antérieure et qui se crée sous l'influence des nécessités du moment. Par exemple, l'activité consciente intervient lorsqu'il est nécessaire d'acquérir une nouvelle connaissance ou un nouveau comportement, lorsqu'un choix ou un jugement s'imposent ou lors d'une défaillance d'une activité automatique, bref, lorsque les problèmes posés au sujet n'ont pas de solution préétablie. Elle a donc une valeur adaptative ; comme telle, elle n'est pas spécifique à l'homme. Elle apparaît chez les mammifères supérieurs, mais la richesse et l'étendue de la conscience dépendent de la richesse et de l'étendue des structures cognitives sous-jacentes qui structurent les capacités de connaître et d'agir sur le monde. La question n'est donc pas de savoir si un animal (ou un nourrisson) est conscient ou non, mais quel est le nombre limité d'événements et d'objets dont il peut être conscient. Ainsi la conscience n'est pas un phénomène de tout ou rien. L'enfant ne devient pas brusquement conscient : sa capacité de bâtir des expériences conscientes dépend de ses échanges avec son entourage. Des structures d'un autre ordre se construisent secondairement avec le développement du langage, en particulier du langage intérieur.

Pour les psychologues cognitivistes, l'activité psychique ne peut pas être expliquée au seul niveau biologique. Il est nécessaire de postuler l'existence d'un niveau psychologique spécifique, symbolique. Par analogie avec les systèmes informatiques, cette activité symbolique est décrite comme relevant des neurones, sans en être une propriété intrinsèque (propriété émergente). Le code comprend un niveau computationnel, fonctionnel, qui concerne les relations entre les symboles sans tenir compte de leurs contenus, et un niveau sémantique, qui prend en compte le contenu et l'objectif de l'activité sous forme de représentations mentales. Les représentations mentales sont, dans cette perspective, des constructions théoriques postulées pour expliquer, comprendre et prédire le comportement de l'organisme. Elles sont modelées, transformées par des processus qui permettent de les stocker, de les restituer et de les grouper par inférence. Deux types de représentations peuvent être distinguées : les représentations procédurales, qui sont liées à l'utilisation d'une connaissance et ne peuvent être restituées indépendamment de cette fonction, et les représentations épisodiques, qui mettent en relation des événements, permettant ainsi l'usage de l'information pour elle-même. La répétition des expériences conduit à l'élaboration de catégories superordonnées qui renvoient aux régularités de l'environnement. Elles sont décrites sous des noms divers : prototypes (ensemble de propriétés nécessaires pour appartenir à un concept isolé ; par exemple, « oiseau »), schémas (ensemble des connaissances relatives à une situation ordinaire, par exemple, « comment se conduire dans un restaurant ») ou encore « croyances de base » requises pour se représenter les conditions générales, ou catégorielles, de l'expérience. Les schémas représentent l'organisation active des expériences passées qui sont nécessaires à une réponse bien adaptée. Ils sont régulés à deux niveaux : un niveau automatique, inconscient, qui gère l'essentiel des activités de routine, et un niveau délibéré, conscient, qui intervient lorsque la situation le nécessite. Certains schémas, certaines représentations peuvent devenir aisément conscients lorsqu'ils sont activés et po [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

L'exil de Freud

L'exil de Freud
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Séance d'hypnose

Séance d'hypnose
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université Paris-VI, chef du service de neurologie à l'hôpital de la Salpêtrière
  • : psychiatre et psychanalyste, attachée à l'hôpital de la Salpêtrière, chargée de cours à l'université de Paris-VII
  • : diplômé de psychopathologie, psychanalyste

Classification

Autres références

«  INCONSCIENT  » est également traité dans :

INCONSCIENT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 270 mots

Sigmund Freud (1856-1939) a pesé d’un tel poids dans la formulation de la notion d’inconscient qu’il est trop souvent perçu comme celui qui l’aurait découvert, à la façon dont les « inventeurs » d’un trésor arrachent à sa cachette un coffre rempli d’or qui avait jusqu’alors échappé à tous les regards. Même s’il ne s’agit nullement de nier l’importance de la théorie freudienne ni de minimiser les m […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Troubles du comportement

  • Écrit par 
  • Laurence APFELBAUM-IGOIN
  •  • 3 348 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Oral et alimentaire »  : […] Si l'on prend pour repère la fréquence des apparitions de la notion d'oralité dans les écrits psychanalytiques, on pourrait supposer qu'il existe depuis toujours et de façon constante un intérêt particulier des analystes pour le comportement alimentaire et pour ses troubles. Ce serait cependant méconnaître la portée de la découverte de l' inconscient et de la sexualité infantile que de s'attendre […] Lire la suite

ANIMUS & ANIMA

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 038 mots
  •  • 1 média

Le couple anima-animus joue un rôle important dans la « psychologie des profondeurs » de Carl Gustav Jung . Il s'agit d'une résurgence de deux termes du corpus de la philosophie médiévale. On les rencontre chez de nombreux auteurs, notamment Guibert de Nogent, où généralement ils désignent, respectivement, l'âme ( anima ) et l'esprit ( animus ) selon une hiérarchie de dignité ontologique : corps, […] Lire la suite

ASSOCIATION LIBRE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 468 mots

Expression utilisée en psychanalyse pour désigner l'objet de la règle fondamentale, laquelle consiste pour le patient à exprimer toutes les pensées (idées ; images ; Einfall , dit Freud, « ce qui tombe » dans l'esprit) sans discrimination aucune et de manière spontanée. L'école de Zurich et Jung utilisèrent des « mots inducteurs » (images, idées, nombres, etc.), qu'ils proposaient aux malades. Par […] Lire la suite

AUTOMATISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • José PIERRE
  •  • 975 mots

« Dans le monde organique, dans la mesure où se fait plus obscure ou plus faible la réflexion consciente, plus rayonnante et triomphante s'avance la grâce. » Cette affirmation de Kleist ( Sur le théâtre de marionnettes , 1810) pourrait être tenue pour la charte originelle de l'automatisme. Certes, la notion de « fureur poétique » telle qu'elle apparaît déjà chez Platon ( Ion ) et qu'elle refait su […] Lire la suite

AUTRE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 1 307 mots

Le débat philosophique sur autrui est inséparable de la question du primat de la conscience : comment expliquer l'existence d'une autre conscience, sous quelles modalités la rencontrer ? La doctrine qui va produire un impact certain sur les réflexions proprement psychologiques est celle de la sympathie. Développée au xviii e  siècle, elle forme le cœur de l'ouvrage de Max Scheler, Nature et for […] Lire la suite

BION WILFRED R. (1897-1979)

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 4 813 mots

Dans le chapitre « La pensée »  : […] En analysant les troubles de la pensée dans les psychoses, Bion en est venu à formuler une théorie psychanalytique de la genèse de cette dernière. Comme on l'a indiqué, il reprend et développe sur ce point certaines conceptions esquissées par la première topique de Freud (1900, 1911). Dans le cadre du régime initial de l'état de détresse ( Hilflosigkeit ), celui-ci avait décrit la décharge motrice […] Lire la suite

ÇA, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 648 mots

Le pronom neutre allemand substantivé Es , que l'on traduit par « ça », a été emprunté par Freud à Groddeck ( Le Livre du ça ), en lui donnant toutefois une signification différente ; alors que, pour Groddeck, le ça englobe tout (conscient, inconscient, système végétatif) et a un sens métaphysique, Freud réserve ce terme à l'instance qui, dans la seconde topique, se substitue au système inconscien […] Lire la suite

CARROLL LEWIS (1832-1898)

  • Écrit par 
  • Jean GATTÉGNO
  •  • 2 947 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le langage remis en question »  : […] Sylvie et Bruno , tout en poursuivant la découverte du monde enfantin – et en l'agrémentant d'une histoire d'amour et de morale passablement ennuyeuse – met en lumière plus clairement l'une des difficultés essentielles que l'enfant rencontre dans ses rapports avec les adultes : la communication. C'est au niveau du langage et du raisonnement que commencent les problèmes. Et ce sont ces deux domaine […] Lire la suite

CENSURE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SEMPÉ
  •  • 511 mots

La comparant aux « blancs » ou aux « passages caviardés » des journaux soumis à un contrôle, Freud a défini la censure comme une fonction ayant pour effet d'interdire aux désirs refoulés, c'est-à-dire inconscients, et aux formations qui en dérivent, le passage au système préconscient. Cette censure peut être totale et, par exemple, aboutir aux lacunes de mémoire, à l'oubli des noms propres. Dans […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 juin 2014 France. Lynchage d'un jeune Rom

Un adolescent rom de seize ans résidant dans un campement illicite à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), enlevé quelques heures plus tôt, est retrouvé inconscient et grièvement blessé sur le bord de la route nationale. Les enquêteurs évoquent la piste d'un règlement de comptes qui aurait fait suite à une tentative de cambriolage dans une cité voisine. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian DEROUESNE, Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, François ROUSTANG, « INCONSCIENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inconscient/