CONSTANTINOPLE IIIe CONCILE DE (680-681)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Concile ayant mis fin à la querelle monothélite, qui avait commencé au début du viie siècle. Le monothélisme était une résurgence du monophysisme, lequel, contrairement à la doctrine définie à Chalcédoine et réaffirmée au IIe concile de Constantinople, tenait qu'il n'y a en Jésus-Christ qu'une seule nature (physis). Dans l'intervalle le problème s'était déplacé : le Christ a deux natures parfaites, divine et humaine ; mais, s'il n'est qu'une seule personne, ne faut-il pas lui reconnaître aussi une seule « énergie » (opération) et une seule volonté ? Puisque les deux natures agissent ensemble (Chalcédoine), Sergius, patriarche de Constantinople, crut pouvoir n'admettre qu'une seule énergie, une seule volonté, théandrique, c'est-à-dire qui soit à la fois divine et humaine (619).

L'empereur Héraclius, soucieux de sauvegarder l'unité de l'Empire — menacée par les invasions barbares, les guerres avec les Perses, les conquêtes de l'Islam, qui avait déjà envahi la Syrie, la Palestine et l'Égypte —, crut pouvoir rallier les monophysites de Syrie et d'Égypte sur la base du monoénergisme (une seule opération). En 629-633, les monophysites de Syrie, d'Arménie, d'Égypte (avec le patriarche d'Alexandrie, Cyrus) se rallièrent en effet à Constantinople.

Un moine palestinien devenu patriarche de Jérusalem, Sophronius, s'opposa vigoureusement à cette doctrine, qui était en contradiction avec le dogme de Chalcédoine, mais qui n'en gagna pas moins du terrain. Sergius réussit à circonvenir le pape Honorius qui, mal informé et méconnaissant sans doute la gravité du problème, se contenta de demander qu'on évitât les controverses inutiles et les expressions nouvelles et qu'on pût parler aussi bien d'une opération que de deux (634). Héraclius à son tour enseigna officiellement le monophysisme (Ekthésis [édit] de 638). Devant l'opposition de l'Occident, Constant II, petit-fils et successeur d'Héraclius, mort dans l'intervalle, publia un nouvel édit (641) interdisant toute discussion sur ce sujet brûlant. Mais, à Rome, le pape Martin Ier réunit au Latran un synode qui définit deux volontés et énergies « naturelles » (entendons que l'affirmation de la dualité des volontés est la conséquence de celle des natures) et condamna les tenants de la doctrine opposée, y compris les patriarches d'Antioche et d'Alexandrie (648). L'empereur fit arrêter le pape et le fit amener à Constantinople, où il fut durement traité avant d'être exilé en Crimée. Il y mourut des suites des violences subies (655 ou 656) : on se mit à le vénérer comme martyr. Une autre victime de ces querelles fut saint Maxime le Confesseur, le plus grand théologien de l'époque, adversaire décidé du monothélisme. Sur son refus d'adhérer à l'édit de Constant II, il fut exilé en Thrace ; ramené à Constantinople, il y fut cruellement torturé : on lui arracha la langue et on lui trancha la main droite ; exilé de nouveau au Caucase, il y mourut en martyr (« confesseur » de la foi) en 662.

C'est dans ces conjonctures que l'empereur Constantin IV Pogonat décide de convoquer un concile d'Empire pour tenter de rétablir l'union (678). Le pape Agathon lui donne son plein accord. Après un nouveau synode tenu au Latran, il envoie au concile qui allait s'ouvrir trois légats, porteurs d'une lettre dogmatique qui enseigne de nouveau la doctrine des deux énergies et des deux volontés « naturelles ». À l'arrivée des légats romains à Constantinople, Constantin convoque les évêques des patriarcats de Constantinople et d'Antioche. Le concile, qui réunit environ cent soixante-dix évêques, tous orientaux, siège dans la grande salle du palais impérial du 7 novembre 680 au 16 avril 681. Les dix-huit sessions sont dirigées entièrement par les légats pontificaux. On dépose les tenants récalcitrants du monothélisme et l'on condamne la mémoire de Sergius et des autres défenseurs de l'erreur condamnée, y compris le pape Honorius.

La profession de foi qui suit reprend la définition de Chalcédoine, en ajoutant : « Nous confessons, conformément à l'enseignement des Saints Pères, deux énergies naturelles et deux volontés naturelles, sans séparation et sans changement, sans division et s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONSTANTINOPLE III e CONCILE DE (680-681)  » est également traité dans :

CONCILE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 670 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les conciles œcuméniques »  : […] Si étonnant que cela puisse paraître, il n'existe pas de liste officielle des conciles reconnus comme œcuméniques par l'Église catholique. Cette indétermination, qui laisse une certaine latitude d'interprétation concernant l'œuvre des conciles, a d'ailleurs sans aucun doute une signification œcuménique. Tel concile, purement oriental, comme celui de Constantinople (381), a été finalement reçu comm […] Lire la suite

MARONITE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 781 mots

Dans un pays qui compte une vingtaine de communautés religieuses différentes, l'Église maronite retient l'attention par le nombre de ses fidèles (quelque 1 400 000 en 2005), par son rôle historique dans la naissance du Liban, par son poids humain et politique, par son insertion dans le monde arabe, par le statut de son clergé et par sa place originale au sein de l'Église catholique. Elle est l'une […] Lire la suite

MONOTHÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 153 mots

Au début du vii e  siècle, dans l'espoir de ramener les monophysites à l'unité, le patriarche Sergius de Constantinople forgea un compromis doctrinal n'attribuant plus qu'une seule volonté, la volonté divine, au Christ : le monothélisme (du grec monos , seul et thelein , vouloir). Dans cette élaboration, il s'appuyait sur des formulations malheureuses d'Honorius, évêque de Rome. Ce compromis, déno […] Lire la suite

SOPHRONE DE JÉRUSALEM saint (560 env.-638) patriarche de Jérusalem (634-638)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 521 mots

Patriarche de Jérusalem (634-638), moine et théologien, né vers 560 à Damas. Sophrone est vers 580, alors professeur de rhétorique, il renonce au monde pendant un séjour en Égypte et entre au monastère Saint-Théodose de Jérusalem. Il séjourne dans des monastères en Asie Mineure, en Égypte et à Rome en compagnie du chroniqueur byzantin Jean Moschos (550 env.-619), qui lui dédie son célèbre recueil […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « CONSTANTINOPLE IIIe CONCILE DE - (680-681) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/iiie-concile-de-constantinople/