MONOTHÉLISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début du viie siècle, dans l'espoir de ramener les monophysites à l'unité, le patriarche Sergius de Constantinople forgea un compromis doctrinal n'attribuant plus qu'une seule volonté, la volonté divine, au Christ : le monothélisme (du grec monos, seul et thelein, vouloir). Dans cette élaboration, il s'appuyait sur des formulations malheureuses d'Honorius, évêque de Rome. Ce compromis, dénoncé par Sophrone de Jérusalem et par Maxime le Confesseur, fut finalement condamné comme hérétique par le concile œcuménique de Constantinople de 680-681, qui confessa la pleine humanité du Christ en lui reconnaissant une volonté humaine, distincte de sa volonté divine. Certains auteurs voient l'origine première des maronites dans cette péripétie de l'histoire du monophysisme, mais sans apporter de preuves absolument péremptoires.

—  Hervé LEGRAND

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MONOTHÉLISME  » est également traité dans :

CONSTANTINOPLE IIIe CONCILE DE (680-681)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 872 mots

Concile ayant mis fin à la querelle monothélite, qui avait commencé au début du viie siècle. Le monothélisme était une résurgence du monophysisme, lequel, contrairement à la doctrine définie à Chalcédoine et réaffirmée au II […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iiie-concile-de-constantinople/#i_8991

MARONITE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 781 mots

Dans un pays qui compte une vingtaine de communautés religieuses différentes, l'Église maronite retient l'attention par le nombre de ses fidèles (quelque 1 400 000 en 2005), par son rôle historique dans la naissance du Liban, par son poids humain et politique, par son insertion dans le monde arabe, par le statut de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-maronite/#i_8991

MAXIME LE CONFESSEUR saint (580 env.-662)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 222 mots

Issu d'une illustre famille de Constantinople, Maxime était, à trente ans, premier secrétaire à la cour impériale. Quelques années plus tard, il entra au monastère de Chrysopolis, voisin de Constantinople. Il écrivit des commentaires de l'Écriture et des Pères, des opuscules ascétiques et mystiques, des dissertations sur la liturgie et la théologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-le-confesseur/#i_8991

SOPHRONE DE JÉRUSALEM saint (560 env.-638) patriarche de Jérusalem (634-638)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 521 mots

part pour Alexandrie et Constantinople dans le but de convaincre les patriarches de ces villes de renoncer au monothélisme, un compromis doctrinal élaboré par le patriarche Sergius de Constantinople dans le but de ramener les monophysites à l'unité, qui pose en principe l'unicité de volonté, la volonté divine, dans le Christ, sans faire mention […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophrone-de-jerusalem/#i_8991

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « MONOTHÉLISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/monothelisme/