MARONITE ÉGLISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans un pays qui compte une vingtaine de communautés religieuses différentes, l'Église maronite retient l'attention par le nombre de ses fidèles (quelque 1 400 000 en 2005), par son rôle historique dans la naissance du Liban, par son poids humain et politique, par son insertion dans le monde arabe, par le statut de son clergé et par sa place originale au sein de l'Église catholique. Elle est l'une des Églises qui résulte de l'éclatement confessionnel du patriarcat d'Antioche. Les maronites en rattachent la fondation à saint Maron (vers 350-433). En réalité, ses origines, plus récentes, se situent au viie siècle et se trouveraient dans son appui au monothélisme (ou unicité de volonté dans le Christ), compromis doctrinal proposé par l'empereur Héraclius Ier dans l'espoir de mettre fin aux controverses monophysites qui divisaient son empire depuis le concile de Chalcédoine (451). En fait, ce compromis fut rejeté par le concile œcuménique de Constantinople de 680 parce qu'il déniait au Christ une volonté humaine distincte de sa volonté divine, portant ainsi atteinte à sa parfaite humanité. Ce concile, ignoré ou refusé jusque-là, ne sera « reçu » par les maronites qu'en 1099. Au demeurant, la thèse de leur perpétuelle orthodoxie ne remonte qu'au xvie siècle.

À partir du xiie siècle, l'Église maronite se trouve en communion vécue avec Rome. Les croisades lui permettent un contact direct avec le siège apostolique, à l'égard duquel elle témoignera d'une indéfectible fidélité. Son patriarche assiste au IVe concile de Latran de 1215. Dans une série de synodes, de la fin du xvie au milieu du xviiie siècle, on relève même une forte influence des institutions et des usages liturgiques latins, adoptés sous l'égide de légats jésuites (Eliano, Dandini), tandis que des générations de prélats sortis du collège maronite, fondé à Rome en 1584, renforcent le même courant. En dehors des emprunts au concile de Trente, on notera l'interdiction du divorce (1580) et la création de diocèses (1736), demeurés inconnus dans une Église d'origine et de structure monastiques. Plus heureux que les melkites des mêmes régions, entièrement byzantinisés, les maronites conservent l'essentiel de leur identité syriaque, cependant que leurs érudits (les Assémani, Ecchellensis) auront initié l'Occident à la tradition orientale. Aux xviie et xviiie siècles, l'Église maronite (qui n'a jamais eu de branche orthodoxe) est la tête de pont de l'uniatisme en Orient : les nouveaux hiérarques orientaux catholiques, qui n'ont pas encore obtenu leur reconnaissance civile de la part de la Sublime Porte, trouvent auprès d'elle appui et refuge.

Dans la lente émergence de la nation libanaise aux xixe et xxe siècles, les maronites jouent le rôle essentiel : ils en sont toujours la confession la plus importante et leur patriarche jouit d'un important prestige politico-religieux, même aux yeux des non-chrétiens. Malgré une importante diaspora, l'Église maronite demeure une Église essentiellement nationale, son appartenance au monde arabe lui fixant, cependant, une vocation dans le dialogue islamo-chrétien. Le retour à ses sources syriaques, et donc sémitiques, qu'elle accomplit depuis quelques années, l'y prédispose également. Durant la guerre civile commencée en 1974, son patriarche et ses évêques ont été des défenseurs, peu suivis, de la paix confessionnelle.

S'il est vrai qu'elle s'est quelquefois trop laissé influencer par la tradition latine, comme lorsque son monachisme s'est transformé en congrégations de réguliers à la suite du nouveau Code de droit oriental (1954), sur bien d'autres points l'Église maronite assure un pluralisme bienvenu à l'intérieur de l'Église catholique. Ainsi, un clergé marié, exerçant souvent un métier, a chez elle plein droit de cité. Par ailleurs, sa hiérarchie n'est pas nommée par le pape, mais simplement confirmée par lui. Elle n'a plus de rôle de patronage à l'égard des autres Églises orientales catholiques. Mais, dans sa vocation catholique, elle aura du moins une grande responsabilité dans le rétablissement du dialogue islamo-chrétien, sur un pied d'égalité, à l'issue d'une longue guerre civile où les facteurs confessionnels auront servi de couverture à des intérêts complexes, d'une tout autre nature que religieuse.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MARONITE ÉGLISE  » est également traité dans :

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 467 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'indépendance »  : […] Chrétiens menés par le président maronite de la République, Bechara el-Khoury, et musulmans rassemblés autour du Premier ministre sunnite Riyad es-Solh conviennent alors des grandes orientations du Liban indépendant : équilibre entre chrétienté et islam ; appartenance à la nation arabe, scellée par l'adhésion à la Ligue des États arabes dès la création de celle-ci, et concrétisée par de multiples […] Lire la suite

ORIENT ÉGLISES CHRÉTIENNES D'

  • Écrit par 
  • Irénée-Henri DALMAIS, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 565 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Églises catholiques d'Orient ou « uniates » »  : […] Sous l'influence latine, surtout à partir du xvi e  siècle, nombre de chrétiens orientaux sont entrés en communion avec l'évêque de Rome, quelquefois sous la conduite d'une partie de leur épiscopat. Confessionnellement catholiques, ils n'ont pourtant adopté ni le rite latin ni les institutions occidentales, conformément aux décrets d'union du concile de Florence (1439-1445). Bientôt rejetées par […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « MARONITE ÉGLISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-maronite/