ATTILA (395-453) roi des Huns (434 env.-453)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roi des Huns (de 434 environ à 453), né en 395, mort en 453. Attila fut l'un des plus grands chefs barbares qui assaillirent l'Empire romain, envahissant le sud des Balkans et la Grèce, puis la Gaule et l'Italie. Les légendes germaniques célèbrent Attila sous le nom d'Atli (en scandinave) ou d'Etzel (en allemand, dans la Chanson des Nibelungen), tandis que l'historiographie chrétienne se souviendra à jamais du « fléau de Dieu ».

Attila et son frère Bleda héritent d'un royaume qui s'étend sans doute des Alpes à la Baltique à l'ouest jusqu'aux abords de la mer Caspienne à l'est. À peine montés sur le trône, ils négocient un traité de paix avec l'Empire romain d'Orient, dans la ville de Margus (auj. Požarevac, en Serbie). Les Romains acceptent alors de doubler le tribut annuel versé aux Huns, qui passe à 700 livres d'or.

De 435 à 439, Attila tenterait de soumettre les peuples barbares vivant au nord et à l'est de ses territoires. L'Empire d'Orient semble ne pas avoir versé le tribut décidé au traité de Margus. Lorsque ses forces armées sont occupées en Occident et à la frontière orientale de l'Empire, Attila lance donc en 441 une lourde attaque sur le Danube. Il rase des villes importantes, telle Singidunum (Belgrade). Les Romains concluent une trêve en 442 et rappellent leurs troupes engagées en Occident. Mais, en 443, Attila reprend ses assauts. Il ravage d'abord les villes du Danube, puis avance à l'intérieur de l'empire vers Naissus (Niš) et Serdica (Sofia), qu'il détruit. Il se tourne ensuite vers Constantinople, prend Philippopolis (Plovdiv), défait le gros des troupes romaines dans une série de batailles, et atteint ainsi la mer au nord et au sud de Constantinople. Mais ses archers ne peuvent attaquer les hautes murailles de la capitale. Attila s'en prend donc aux dernières troupes de l'Empire, retirées dans la presqu'île de Gallipoli, et les anéantit. Le traité de paix signé à l'automne de 443 oblige l'Empire à payer l'arriéré du tribut (6 000 livres d'or) et triple le tribut annuel (2 100 livres d'or).

Vers 445, Attila assassine son frère Bleda et règne alors sur les Huns en autocrate. Il lance sa deuxième grande invasion de l'Empire d'Orient en 447. L'opération, plus vaste encore que celle de 441-443, se concentre sur la basse Scythie et la Mésie dans le sud-est de l'Europe, soit plus à l'est que lors de la campagne précédente. Attila vainc les troupes romaines sur la rivière Utus (Vid), mais subit de lourdes pertes dans la bataille. Après avoir dévasté les provinces balkaniques, il se dirige vers le sud jusqu'en Grèce et ne s'arrête qu'aux Thermopyles. Pendant trois ans, Attila engage des négociations complexes avec les diplomates de l'empereur d'Orient Théodose II, relatées dans les écrits du rhéteur Priscus de Panium. Le traité qui met fin à la guerre est plus dur encore que celui de 443. Les Romains doivent évacuer une large bande de terres au sud du Danube et verser un tribut dont le montant n'est pas connu.

Au printemps de 450, Honoria, la sœur de l'empereur d'Occident Valentinien III, demande à Attila de la sauver d'un mariage arrangé. Ce dernier déclare alors que la jeune femme est son épouse et demande en dot la moitié de l'Empire d'Occident. Il se lance ainsi dans l'invasion de la Gaule en 451. Le général Aetius, maître de la milice romaine, conclut alors un accord avec le roi des Ostrogoths Théodoric Ier pour allier leurs forces contre les Huns. Attila a déjà poussé jusqu'aux portes d'Aurelianum (Orléans) lorsqu'Aetius et Théodoric arrivent, le forçant à se retirer. Le combat décisif a lieu lors de la bataille des champs Catalauniques, ou, selon certaines sources, au Campus Mauriacus, quelque part près de Troyes. Au terme de combats acharnés, durant lesquels le roi Théodoric Ier est tué, Attila recule et, peu après, se retire de la Gaule. Ce sera sa seule et unique défaite.

En 452, les Huns envahissent l'Italie et mettent à sac plusieurs villes, dont Aquileia, Patavium (Padoue), Vérone, Brixia (Brescia), Bergomum (Bergame) et Mediolanum (Milan), sans qu'Aetius puisse les arrêter. Mais la famine et la peste qui frappent l'Italie cette année-là obligent les Huns à quitter la région en traversant les Apennins.

En 453, Attila pense attaquer l'Empire d'Orient, dont le nouvel empereur Marcien refuse de verser le tribut décidé par son prédécesseur, Théodose II. Mais Attila meurt dans son sommeil durant sa nuit de noces. Ceux qui enterrent [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancien professeur de lettres classiques à l'université de Nottingham

Classification

Autres références

«  ATTILA (395-453) roi des Huns (434 env.-453)  » est également traité dans :

INVASIONS GRANDES

  • Écrit par 
  • Lucien MUSSET
  •  • 16 129 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les Huns et les Alains »  : […] On ne sait rien de sûr au sujet des Huns avant la fin du ii e  siècle. Ce peuple nomadise alors dans la steppe au nord du Caucase. Il vient probablement de l'Asie centrale, mais les spécialistes actuels hésitent à l'identifier, comme on le fit longtemps, avec des nomades connus par les textes chinois, les Xiongnu. Vraisemblablement de langue turque, les Huns sont en tout cas le type accompli des n […] Lire la suite

NIBELUNGEN

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT, 
  • Georges ZINK
  •  • 4 133 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse des légendes »  : […] On trouve ce récit dans un des plus anciens poèmes de l' Edda , le Chant d'Atli ( Atlakvida ). Ce texte, composé sans doute au x e  siècle, a conservé plus fidèlement que la Chanson des Nibelungen les données premières de la légende, et il est possible, en partant de lui, d'entrevoir comment des événements historiques du v e siècle ont pu donner naissance à celle-ci. En 437, les Burgondes établis […] Lire la suite

Pour citer l’article

E. A. THOMPSON, « ATTILA (395-453) roi des Huns (434 env.-453) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/attila/