POÉSIES, Heinrich von MorungenFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Heinrich von Morungen (mort en 1222) est sans nul doute, avec Walther von der Vogelweide, l'un des plus brillants représentants du Minnesang (littéralement chant d'amour dans la poésie courtoise médiévale allemande) même si ses contemporains lui préféraient le poète attitré de la cour de Vienne, Reinmar l'Ancien. Heinrich est originaire de Thuringe – le château de famille se situe près de Sangerhausen – et a vraisemblablement composé ses poèmes au tournant des xiie et xiiie siècles. Il vit ses dernières années dans le monastère de Saint-Thomas à Leipzig, auquel il lègue ses biens dès 1217.

Le Grand Chansonnier de Heidelberg, également appelé « Manuscrit des Manesse » ou « Manuscrit de Paris », contient la quasi-totalité des strophes de Heinrich. Ce manuscrit, composé à Zürich après 1300, comprend les œuvres de cent trente-neuf Minnesänger (poètes courtois) et cent trente-huit miniatures, censées représenter les poètes et leur blason.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé d'allemand, docteur (études germaniques), maître de conférences à l'université de Clermont-Ferrand-II

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick DEL DUCA, « POÉSIES, Heinrich von Morungen - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-heinrich-von-morungen/