HEINRICH VON VELDEKE (1140-1190)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le principal ouvrage de Heinrich von Veldeke, originaire du Limbourg (sud des Pays-Bas et nord-est de la Belgique), est l'Énéide (Eneit) considéré par Wolfram d'Eschenbach et Gottfried de Strasbourg comme un modèle sur le plan formel (la rime s'y affirmait et remplaçait l'assonance utilisée jusqu'alors). Inspirée directement du Roman d'Énéas, elle atteste l'influence française prépondérante chez Veldeke. L'Eneit, plus qu'une épopée, se révèle un roman courtois, et l'auteur a certainement contribué à introduire dans le domaine germanique les modes français de courtoisie. Ses poésies lyriques le confirment d'ailleurs. On lui doit aussi une légende religieuse, Servatius, consacrée au saint patron de Maastricht. Considéré comme le plus ancien poète flamand connu, il est le témoin de la civilisation qui florissait alors en Flandre et le trait d'union entre la littérature française et la littérature allemande.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HEINRICH VON VELDEKE (1140-1190)  » est également traité dans :

MINNESANG

  • Écrit par 
  • Georges ZINK
  •  • 2 970 mots

Dans le chapitre « Printemps du minnesang »  : […] Il est d'usage d'englober sous le terme de « printemps du minnesang » tous les minnesänger antérieurs à Walther. Mais il y a lieu d'établir, à l'intérieur de ce groupe d'une vingtaine de poètes, des distinctions dont la plus importante concerne les textes les plus anciens. Il s'agit de strophes en général isolées qui ne répondent ni par le fond ni par la forme à la définition qui a été donnée de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/minnesang/#i_12445

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 851 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Moyen Âge et rhétorique (1150-1560) »  : […] La littérature néerlandaise commence ainsi : hebban olla vogala nestas hagunnan hinase hic enda thu wat unbidan we nu (« Tous les oiseaux ont commencé leurs nids – sauf toi et moi – alors, qu'attendons-nous ? »). Outre ces deux vers anonymes, les textes les plus anciens sont de la main du poète limbourgeois Henric Van Veldeke (1128 ?-1190 ?), qui composa de nombreuses roman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-neerlandaise-et-flamande/#i_12445

Pour citer l’article

« HEINRICH VON VELDEKE (1140-1190) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-veldeke/