KLEIST HEINRICH VON (1777-1811)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'individu face à l'État

À Dresde, cependant, puis à Berlin, Kleist essaie de lancer différentes revues, les unes littéraires, les autres d'inspiration nationaliste et farouchement hostiles à Napoléon et à la France. À la veille du retour de l'Autriche dans la coalition, il écrit La Bataille d'Arminius, une pièce qui transcrit sans ambages la situation politique du moment : c'est une explosion de haine et de violence, dont l'excès finit par basculer dans le grotesque et dans l'odieux ; Kleist y fait l'éloge de la traîtrise la plus vulgaire : en face d'un ennemi détesté, aucune arme n'est à rejeter ; pour en finir avec Napoléon, il faut le duper comme Arminius autrefois a dupé les Romains de Varus.

L'événement cependant ne répond pas à l'attente de Kleist : les Autrichiens sont battus à Wagram, les troupes françaises entrent à Vienne. Les revues de Kleist échouent l'une après l'autre ; les difficultés d'argent se multiplient. Kleist écrit encore son dernier drame, devenu la plus populaire de ses œuvres, Le Prince de Hombourg. On croit y percevoir un premier tournant dans la pensée de Kleist et comme un essai de conciliation. Le prince de Hombourg, perdu dans son rêve intérieur, a remporté la bataille de Fehrbellin en ne tenant pas compte des ordres qu'il a reçus ; il a triomphé, mais il est coupable – et la loi prussienne ne peut l'absoudre. Devant sa mort prochaine, le héros cependant prend peur ; il est prêt à toutes les supplications et à toutes les lâchetés. Jusqu'au moment où il se reprend, où il comprend sa faute et la nécessité de la loi et où il se soumet. Après cette conversion, l'Électeur peut enfin lui accorder le pardon. Pour la première fois, Kleist paraît émerger de l'anarchisme qui avait jusqu'alors inspiré son œuvre ; l'introverti aux prises avec ses démons semble enfin reconnaître l'existence d'un monde en dehors de lui et l'obligation de se soumettre à ses exigences.

Mais ce devait être la dernière œuvre de Kleist : c'est en juin 1811 qu'il met le point final au manuscrit du Prince de Hombourg ; six mois plus [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  KLEIST HEINRICH VON (1777-1811)  » est également traité dans :

PENTHÉSILÉE (mise en scène J. Brochen)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 300 mots

C'est avec La Cagnotte, de Labiche, en 1994, que la troupe des Compagnons de jeu, fondée par Julie Brochen, avait signé son acte de naissance théâtral. Après J. P. Vincent et J. Jourdheuil, après Klaus Michael Grüber, on trouvait là ravivées les vertus subversives, antibourgeoises et si peu boulevardières de l'auteur du […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Indépendants et marginaux »  : […] Les rubriques « classique » et « romantique » sont loin d'enfermer toute la réalité littéraire allemande du tournant des xviii e et xix e  siècles. Il se trouve même que la plupart de ceux que l'âge présent a redécouverts échappent à ce classement sommaire. À Weimar, où règne Goethe, terminent aussi leur vie, à l'écart et quelque peu aigris, deux témoins du passé : Wieland et Herder. Pas si loin […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 069 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 633 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Kleist »  : […] Heinrich von Kleist est le premier de ces dramaturges qui ne réussissent pas à faire jouer leurs pièces. Son drame est plus que tout autre centré autour de la personne d'un héros problématique (Penthésilée, le prince de Hombourg, le juge de La Cruche cassée ). Une ambiguïté fondamentale s'installe donc autour de lui : amoureuse d'Achille, Penthésilée finit par le tuer et le dévorer ; le juge à la […] Lire la suite

PENTHÉSILÉE, Heinrich von Kleist - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 862 mots

Tragédie de Heinrich von Kleist, commencée en 1806, terminée à la fin de 1807, Penthésilée fut publiée l'année suivante. Elle se compose de vingt-quatre scènes, écrites en pentamètres ïambiques, sans division en actes. L'action se déroule sur « un champ de bataille dans les environs de Troie ». Les faits exposés dans la pièce, bien qu'éloignés des récits d'Homère, n'ont pas été inventés par Kleis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude DAVID, « KLEIST HEINRICH VON - (1777-1811) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-kleist/