KLEIST HEINRICH VON (1777-1811)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La violence du tragique

Kleist, si embarrassé de lui-même, avait composé à vingt ans un Traité sur le sûr chemin pour trouver le bonheur. Depuis lors, les projets ont mûri. C'est dans une retraite paisible près du lac de Thoune qu'il écrit son premier drame, La Famille Ghonorez, plus tard rebaptisé Famille Schroffenstein. Comme dans un nouveau Roméo et Juliette, on assiste à d'impossibles amours conçues au milieu de la lutte que se livrent deux familles ennemies entre lesquelles les crimes s'accumulent depuis des générations. Kleist multiplie l'horreur, la pousse même aux confins du grotesque (un jour, pris de fou rire, il dut s'interrompre tandis qu'il lisait sa pièce à des amis). À la fin, quand le désastre est consommé, on découvre trop tard que tout le drame provenait d'une méprise : le petit doigt d'un enfant, jadis envoyé dans une lettre et dont on avait mal compris l'origine.

D'autres œuvres commençaient dans le même temps à prendre forme : Robert Guiscard d'abord, le drame du chef normand anéanti par la peste au moment où il s'apprêtait à entrer dans Jérusalem. Il ne demeure de ce projet qu'un éclatant premier acte ; tout le reste, à quoi Kleist avait travaillé plus d'un an durant, allait être jeté au feu. Le vieux Wieland, à qui Kleist avait rendu visite quelques mois auparavant, devait lui écrire, en apprenant la destruction du chef-d'œuvre ébauché : « Vous pouviez difficilement m'apprendre un malheur qui m'aurait plus douloureusement touché [...]. Rien n'est impossible à la Muse sacrée qui vous inspire. Il faut que vous terminiez votre Guiscard, quand même le Caucase entier et l'Atlas pèseraient sur vos épaules. » Car C. M. Wieland voyait Kleist destiné à tenir sur la scène allemande une place que lui seul pouvait occuper, celle de réinventeur du tragique, que selon lui ni Goethe ni Schiller n'avaient su réaliser.

Si Guiscard ne fut jamais terminé, c'est pour l'essentiel au cours de ce séjour en Suisse que fut écrit La Cruche cassée : simple pochade à l'origine, issue d'un pari entre amis, mais aussi une des principales comédies du répertoire allemand. La [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  KLEIST HEINRICH VON (1777-1811)  » est également traité dans :

PENTHÉSILÉE (mise en scène J. Brochen)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 300 mots

C'est avec La Cagnotte, de Labiche, en 1994, que la troupe des Compagnons de jeu, fondée par Julie Brochen, avait signé son acte de naissance théâtral. Après J. P. Vincent et J. Jourdheuil, après Klaus Michael Grüber, on trouvait là ravivées les vertus subversives, antibourgeoises et si peu boulevardières de l'auteur du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/penthesilee/#i_964

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Indépendants et marginaux »  : […] Les rubriques « classique » et « romantique » sont loin d'enfermer toute la réalité littéraire allemande du tournant des xviii e et xix e  siècles. Il se trouve même que la plupart de ceux que l'âge présent a redécouverts échappent à ce classement sommaire. À Weimar, où règne Goethe, terminent aussi leur vie, à l'écart et quelque peu aigris, deux témoins du passé : Wieland et Herder. Pas si loin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_964

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 063 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danse/#i_964

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Kleist »  : […] Heinrich von Kleist est le premier de ces dramaturges qui ne réussissent pas à faire jouer leurs pièces. Son drame est plus que tout autre centré autour de la personne d'un héros problématique (Penthésilée, le prince de Hombourg, le juge de La Cruche cassée ). Une ambiguïté fondamentale s'installe donc autour de lui : amoureuse d'Achille, Penthésilée finit par le tuer et le dévorer ; le juge à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-romantique/#i_964

PENTHÉSILÉE, Heinrich von Kleist - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 862 mots

Tragédie de Heinrich von Kleist, commencée en 1806, terminée à la fin de 1807, Penthésilée fut publiée l'année suivante. Elle se compose de vingt-quatre scènes, écrites en pentamètres ïambiques, sans division en actes. L'action se déroule sur « un champ de bataille dans les environs de Troie ». Les faits exposés dans la pièce, bien qu'éloignés des récits d'Homère, n'ont pas été inventés par Kleis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/penthesilee-heinrich-von-kleist/#i_964

Pour citer l’article

Claude DAVID, « KLEIST HEINRICH VON - (1777-1811) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-kleist/