WEBER HEINRICH MARTIN (1842-1913)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Universalité. C'est le mot qui caractérise peut-être le mieux le mathématicien allemand Heinrich Weber. Esprit souple, il était capable de travailler dans des domaines très divers des mathématiques. Mais il concentra surtout ses recherches sur l'analyse et ses applications à la physique mathématique et obtint ses résultats les plus profonds en algèbre et en théorie des nombres.

Né le 5 mai 1842 à Heidelberg et mort le 17 mai 1913 à Strasbourg, Heinrich Weber commença ses études universitaires en 1860 à Heidelberg et y acquit son doctorat (1863) après avoir passé une année à l'université de Leipzig. Avant d'obtenir un poste à l'université de Heidelberg (1869), il travailla à Koenigsberg où fonctionna pleinement le séminaire de mathématiques fondé en 1834 par C. G. J. Jacobi. C'est à Koenigsberg que Weber subit une influence déterminante pour ses recherches futures. F. Neumann l'encouragea à se pencher sur le traitement mathématique des problèmes de physique théorique. C. F. Richelot le poussa vers l'étude des fonctions algébriques. Heinrich Weber enseigna successivement à l'école polytechnique fédérale de Zurich (1869-1875), à l'université de Koenigsberg (1875-1883), à l'école polytechnique de Berlin-Charlottenbourg (1883-1884), aux universités de Marbourg (1884-1892) et de Göttingen, et à partir de 1895 à Strasbourg (alors allemande).

Les premiers travaux de Weber portent sur les équations différentielles aux dérivées partielles de la physique mathématique. Une contribution importante dans ce domaine est son mémoire (1869) sur l'équation : ∂2u/∂2x + ∂2u/∂2y + ku = 0. Il traita également des problèmes relatifs à la chaleur, l'électricité et le mouvement des corps rigides dans les liquides et étudia la représentation de fonctions arbitraires par des séries de Fourier dont les coefficients sont des fonctions de Bessel. Il rassembla une partie de ses recherches dans Die partiellen Differentialgleichungen in der mathematischen Phy [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur en histoire des cultures, des savoirs et de l'éducation

Classification


Autres références

«  WEBER HEINRICH MARTIN (1842-1913)  » est également traité dans :

DEDEKIND RICHARD (1831-1916)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 097 mots

Le mathématicien allemand Richard Dedekind est un des fondateurs de l'algèbre moderne. Sa théorie des idéaux, systématisation et rationalisation des «   nombres idéaux » de Kummer, est en effet devenue l'outil essentiel pour étudier la divisibilité dans les anneaux les plus généraux et a donné une impulsion considérable à l'arithmétique en élargissant son champ d'action. Dedekind est aussi le cr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-dedekind/#i_80461

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éléments biographiques »  : […] Né le 23 janvier 1862 à Königsberg, Hilbert y passa pratiquement toute sa vie d'écolier et d'étudiant jusqu'à la soutenance de sa thèse en 1884. C'est l'université Albert de cette même ville qui, pendant plus de dix ans – de sa nomination comme privat-docent (1886) à celle de professeur titulaire, où il succéda à A. Hurwitz en 1892, puis à F. Lindemann en 1893 –, a constitué le premier cadre de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_80461

KRONECKER LEOPOLD (1823-1891)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 144 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « multiplication complexe » »  : […] Une courbe elliptique X peut être définie, en tant que groupe de Lie complexe, comme un quotient C /Γ, où Γ est un réseau dans C , c'est-à-dire l'ensemble des combinaisons à coefficients entiers (positifs ou négatifs) de deux nombres complexes ω 1 , ω 2 de rapport τ non réel ; à isomorphie près, on peut toujours supposer que ω 1  = 1, ω 2  = τ, avec Im τ  >  0. La théorie des fonctions elliptique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-kronecker/#i_80461

NOMBRES (THÉORIE DES) - Nombres algébriques

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 14 064 mots

Dans le chapitre « Corps de classes »  : […] La difficile théorie du corps de classes tire son origine de plusieurs résultats établis au cours du xix e  siècle. Nous avons vu que Gauss avait associé, à tout nombre premier impair p , une somme : corps des racines p -ièmes de 1, dont le carré est (− 1) ( p −1)/2 p  ; le sous-corps de Q ( r ) engendré par la somme de Gauss est donc isomorphe au corps quadratique Q ( (− 1) ( p− 1)/2 p ). Kronec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-theorie-des-nombres-algebriques/#i_80461

Pour citer l’article

Jeanne PEIFFER, « WEBER HEINRICH MARTIN - (1842-1913) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-martin-weber/