HAUSA ou HAOUSSA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parenté et mariage

Ayant perdu leur structure clanique, les Hausa attachent plus d'importance aux liens de parenté bilatérale qu'à la descendance d'un même ancêtre au-delà de trois générations, excepté dans le cas des dynasties royales.

Les femmes vivent chez leur mari, et les frères, même mariés, restent en général chez leur père : l'unité de résidence comprend donc des hommes apparentés, leurs femmes et leurs enfants : la subsistance est assurée par une exploitation agricole commune, à laquelle s'ajoutent les profits individuels de l'artisanat et du commerce. Jusqu'à la fin du xixe siècle ces familles étendues possédaient des esclaves qui habitaient dans l'enclos, et travaillaient les champs, permettant ainsi à leurs maîtres de se livrer à des occupations lucratives. L'adoption est encouragée par la coutume, les époux féconds étant tenus de donner des enfants à leurs parents stériles. La loi musulmane autorise tout homme à avoir un maximum de quatre épouses, qui doivent avoir chacune leur case. Pour des raisons religieuses, les femmes sont cloîtrées dans l'enclos, ce qui les dispense des travaux agricoles et les incite à pratiquer l'artisanat domestique : préparer la nourriture, filer le coton, fabriquer des médicaments qui sont vendus au marché par les jeunes filles ; des motivations économiques se greffent donc sur les principes religieux.

Les divorces sont fréquents : une femme qui se marie vingt fois est taxée de mauvais caractère, mais trois divorces sont normaux. Souvent une mère impose le divorce à sa fille en vue d'une alliance ultérieure plus brillante, et, dans ce cas, la fille et son époux cèdent habituellement, même s'ils s'entendent bien. Toute fille doit être mariée vers l'âge de quatorze ans, même parfois contre son gré ; si elle préfère un autre homme, elle peut lui promettre de venir à lui plus tard et s'arranger pour divorcer. Ainsi, malgré la claustration, dont la sévérité varie d'ailleurs selon chaque mari, les femmes ont la possibilité de disposer d'elles-mêmes dans une certaine mesure.

La prostitution, qu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAUSA ou HAOUSSA  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La famille afro-asiatique »  : […] Apportant une solution originale au problème des langues bantoues, la classification de Greenberg innove aussi quant à l'existence d'une famille afro-asiatique. Pour situer cette hypothèse, on peut l'opposer à celle de Meinhof qui étend considérablement l'aire de la famille chamitique, et à celle de Homburger qui pose au contraire l'unité de la famille négro-africaine et sa spécificité par rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-langues/#i_9605

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre sainte des Peul et des Toucouleur (XVIIIe-XIXe s.) »  : […] Les conquêtes musulmanes recommenceront seulement au xviii e  siècle. Dans le Fouta-Toro, les Toucouleur, liés aux confréries Qadriya et Tidjaniya du Maghreb et de Mauritanie, propagent activement la religion et convertissent les Wolof du Sénégal. Leurs voisins, les Peul, fondent à leur tour une confédération religieuse dans le Fouta-Djalon, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/#i_9605

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Stratification sociale et pouvoir »  : […] Une des tâches de l'anthropologie politique est de montrer les formes particulières que prennent le pouvoir et les inégalités sur lesquelles il s'appuie dans le cadre des sociétés traditionnelles. On peut évoquer, d'abord, les inégalités primaires fondées sur des critères naturels (sexe et âge) et « traitées » par le milieu culturel au sein duquel elles s'expriment ; elles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-politique/#i_9605

BÉNIN

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le pays et les hommes »  : […] Situé entre le géant nigérian et le minuscule Togo, le territoire du Bénin se présente comme un couloir d'environ 700 kilomètres de longueur, avec une étroite façade maritime (125 km) qui s'ouvre au nord sur deux pays sahéliens, le Burkina Faso et le Niger. Avec une superficie de 112 622 kilomètres carrés et 8,7 millions d'habitants en 2009, il s'agit d'un des pays les moins étendus et les moins p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benin/#i_9605

HAOUSSA ROYAUMES (XIVe-XVe s.)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 505 mots

Quoique obscurcie par la légende, l'histoire des États haoussa, qui occupaient le nord-est du Nigeria actuel, est connue depuis le xii e  siècle. Il y aurait eu sept États « légitimes » (Biram, Daoura, Kano, Gobir, Katsena, Rano et Zaria) et sept États « bâtards », pays peut-être passés sous la domination haoussa. Mais c'est surtout à partir du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haoussa-royaumes/#i_9605

KANO

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 333 mots
  •  • 2 médias

Ville du Nigeria et capitale de l'État homonyme, Kano est l'une des plus anciennes villes caravanières du pays : dès le xii e siècle, elle était fortifiée et pratiquait avec la Libye un commerce actif. Capitale d'un royaume haoussa, elle passa au xix e siècle sous la domination des Peuls. Haouss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kano/#i_9605

NIGER

  • Écrit par 
  • Mamoudou GAZIBO, 
  • Sadou GAZIBO, 
  • Emmanuel GRÉGOIRE
  • , Universalis
  •  • 7 487 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des hommes dans une nature hostile »  : […] Le tracé de ses frontières, fruit de l'arbitraire colonial français, en a fait un lieu de rencontre entre Maghreb et Afrique noire. Vaste espace de transition, le Niger est formé de trois entités régionales dont les centres de gravité sont hors de son territoire. L'ouest zarma-songhaï (régions de Niamey et Dosso) est tourné vers le golfe de Guinée (Côte d'Ivoire et Ghana) ; le centre méridional et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niger/#i_9605

NIGERIA

  • Écrit par 
  • Daniel C. BACH
  •  • 11 716 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le peuplement »  : […] Le Nigeria est l'État le plus peuplé du continent et l'un de ceux dont le taux d' urbanisation est le plus élevé (47,8 p. 100 en 2015). Les statistiques démographiques disponibles ne fournissent qu'une image imprécise de cette réalité du fait de la politisation des enjeux des quatre recensements (1962-1963, 1973, 1991 et 2006) organisés depuis l'indépendance. Afin de tenter d'atténuer le caractè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nigeria/#i_9605

POSSESSION

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU, 
  • André PAUL, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 514 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cultes institués centrés sur l'individu »  : […] Il est un culte en voie d'institutionnalisation, le bori haoussa du Niger (comparable au culte holey des Songhay étudié par Jean Rouch), qui permet de saisir la double dimension, individuelle et sociale, le caractère ambivalent des cultes de possession. Étudié par J. Monfouga-Broustra, le bori, à la différence du vaudou et des zar, où toute la société […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/possession/#i_9605

TRIBALISME

  • Écrit par 
  • Jean COPANS
  •  • 4 410 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les luttes sociales »  : […] Les anthropologues et les sociologues perçoivent encore à peine les dimensions inédites du tribalisme en liaison avec les luttes sociales ; ses rapports avec les tribalismes originels ou les tribalismes reconstitués de l'époque coloniale sont, de ce point de vue, des plus ténus. D'après J. Lombard, les contradictions sociales risquent de prendre et d'utiliser une forme tribale lorsqu'il y a deux o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribalisme/#i_9605

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « HAUSA ou HAOUSSA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hausa-haoussa/