HAUSA ou HAOUSSA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Religion et pratiques religieuses

La religion officielle des Hausa est l'islam, qui donne forme à la vie familiale (mariages, divorces, périodes de veuvage, etc.) et intellectuelle (enseignement du Qorān par les marabouts). En marge subsistent des restes de l'ancien culte clanique. Le bori, culte à possession, a beaucoup de succès. Son origine est discutée ; selon A. Tremearne, il remonterait au culte antique de Ba'al à Balylone et d'Astarté chez les Phéniciens, où la prostitution était sacrée. Les dyal bori, ou « juments des dieux » hausa, sont en pratique toujours des femmes, dont un bon nombre sont aussi prostituées. J. Nicolas ne pense pas que cette convergence vienne de religions méditerranéennes antiques ; elle serait plutôt le fait de situations actuelles. En effet les prêtresses font passer au second plan le rôle social accepté d'épouse et de mère, y étant d'ailleurs souvent contraintes par la maladie ou la stérilité. Le bori et la prostitution leur procurent un rôle nouveau, marginal, mais accepté en même temps que l'indépendance financière qui permet le défi.

Le bori est fondé sur le panthéon de l'ancienne religion préislamique : chaque initiée prête son corps à quelques-uns des dieux hausa, choisis en fonction de la maladie ou de l'infortune subies et qui sont censées être envoyées par eux. Ainsi une femme stérile se vouera à Kure, le plus puissant de tous, qui l'a rendue telle à cause d'une offense ; elle sera pardonnée en devenant sienne, se livrant à lui sans retour. Plus tard, elle pourra se donner aussi à d'autres divinités choisies d'après ses préférences. Au début de la cérémonie de possession, le dieu est appelé par un battement de tambour qui lui est propre.

Le bori semble être une adaptation de l'ancienne religion à la situation créée par l'islam. Dans le culte antérieur, les possessions n'étaient pas nécessaires parce que les dieux étaient présents dans la vie quotidienne. À l'opposé, Allah est loin des hommes, ce qui a fait naître le désir de manifestations sensibles du surnaturel. Les dyal bori jouent [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAUSA ou HAOUSSA  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La famille afro-asiatique »  : […] Apportant une solution originale au problème des langues bantoues, la classification de Greenberg innove aussi quant à l'existence d'une famille afro-asiatique. Pour situer cette hypothèse, on peut l'opposer à celle de Meinhof qui étend considérablement l'aire de la famille chamitique, et à celle de Homburger qui pose au contraire l'unité de la famille négro-africaine et sa spécificité par rapport […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre sainte des Peul et des Toucouleur (XVIIIe-XIXe s.) »  : […] Les conquêtes musulmanes recommenceront seulement au xviii e  siècle. Dans le Fouta-Toro, les Toucouleur, liés aux confréries Qadriya et Tidjaniya du Maghreb et de Mauritanie, propagent activement la religion et convertissent les Wolof du Sénégal. Leurs voisins, les Peul, fondent à leur tour une confédération religieuse dans le Fouta-Djalon, et leur royaume du Macina échappe à la domination bam […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Stratification sociale et pouvoir »  : […] Une des tâches de l'anthropologie politique est de montrer les formes particulières que prennent le pouvoir et les inégalités sur lesquelles il s'appuie dans le cadre des sociétés traditionnelles. On peut évoquer, d'abord, les inégalités primaires fondées sur des critères naturels (sexe et âge) et « traitées » par le milieu culturel au sein duquel elles s'expriment ; elles instaurent une hiérar […] Lire la suite

BÉNIN

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le pays et les hommes »  : […] Situé entre le géant nigérian et le minuscule Togo, le territoire du Bénin se présente comme un couloir d'environ 700 kilomètres de longueur, avec une étroite façade maritime (125 km) qui s'ouvre au nord sur deux pays sahéliens, le Burkina Faso et le Niger. Avec une superficie de 112 622 kilomètres carrés et 8,7 millions d'habitants en 2009, il s'agit d'un des pays les moins étendus et les moins p […] Lire la suite

HAOUSSA ROYAUMES (XIVe-XVe s.)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 505 mots

Quoique obscurcie par la légende, l'histoire des États haoussa, qui occupaient le nord-est du Nigeria actuel, est connue depuis le xii e  siècle. Il y aurait eu sept États « légitimes » (Biram, Daoura, Kano, Gobir, Katsena, Rano et Zaria) et sept États « bâtards », pays peut-être passés sous la domination haoussa. Mais c'est surtout à partir du xiv e  siècle que l'histoire haoussa paraît claire. L […] Lire la suite

KANO

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 333 mots
  •  • 2 médias

Ville du Nigeria et capitale de l'État homonyme, Kano est l'une des plus anciennes villes caravanières du pays : dès le xii e siècle, elle était fortifiée et pratiquait avec la Libye un commerce actif. Capitale d'un royaume haoussa, elle passa au xix e siècle sous la domination des Peuls. Haoussa et Peuls restent les deux groupes ethniques les plus nombreux, au sein d'une population de plus de t […] Lire la suite

NIGER

  • Écrit par 
  • Mamoudou GAZIBO, 
  • Sadou GAZIBO, 
  • Emmanuel GRÉGOIRE
  • , Universalis
  •  • 7 487 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des hommes dans une nature hostile »  : […] Le tracé de ses frontières, fruit de l'arbitraire colonial français, en a fait un lieu de rencontre entre Maghreb et Afrique noire. Vaste espace de transition, le Niger est formé de trois entités régionales dont les centres de gravité sont hors de son territoire. L'ouest zarma-songhaï (régions de Niamey et Dosso) est tourné vers le golfe de Guinée (Côte d'Ivoire et Ghana) ; le centre méridional et […] Lire la suite

NIGERIA

  • Écrit par 
  • Daniel C. BACH
  •  • 11 716 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le peuplement »  : […] Le Nigeria est l'État le plus peuplé du continent et l'un de ceux dont le taux d' urbanisation est le plus élevé (47,8 p. 100 en 2015). Les statistiques démographiques disponibles ne fournissent qu'une image imprécise de cette réalité du fait de la politisation des enjeux des quatre recensements (1962-1963, 1973, 1991 et 2006) organisés depuis l'indépendance. Afin de tenter d'atténuer le caractè […] Lire la suite

POSSESSION

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU, 
  • André PAUL, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 514 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cultes institués centrés sur l'individu »  : […] Il est un culte en voie d'institutionnalisation, le bori haoussa du Niger (comparable au culte holey des Songhay étudié par Jean Rouch), qui permet de saisir la double dimension, individuelle et sociale, le caractère ambivalent des cultes de possession. Étudié par J. Monfouga-Broustra, le bori, à la différence du vaudou et des zar, où toute la société se trouve impliquée, ne comporte que des cér […] Lire la suite

TRIBALISME

  • Écrit par 
  • Jean COPANS
  •  • 4 410 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les luttes sociales »  : […] Les anthropologues et les sociologues perçoivent encore à peine les dimensions inédites du tribalisme en liaison avec les luttes sociales ; ses rapports avec les tribalismes originels ou les tribalismes reconstitués de l'époque coloniale sont, de ce point de vue, des plus ténus. D'après J. Lombard, les contradictions sociales risquent de prendre et d'utiliser une forme tribale lorsqu'il y a deux o […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « HAUSA ou HAOUSSA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hausa-haoussa/