FOUTA-DJALON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ensemble de hauts plateaux situés en Guinée, le Fouta-Djalon, souvent appelé le « château-d'eau de l'Afrique de l'Ouest » couvre environ 80 000 kilomètres carrés. Cet ensemble est composé de couches épaisses de grès et de basaltes, relevées vers le sud-est. Le Fouta-Djalon s'élève au-dessus de la plaine côtière à l'ouest et au nord par une série de gradins ; à l'est, la retombée sur la plaine est plus douce, les vallées y sont moins profondes. Les plateaux sont très disséqués par des vallées profondes et étroites, fréquemment orientées nord-sud, changeant brutalement de direction. Ils sont souvent cuirassés de latérite ; on les désigne par le mot peul bowal (ou bowé au pluriel) ; leur importance économique et humaine est très grande.

Les plateaux présentent des zones différentes : les hauts plateaux centraux (1 200-1 515 m), autour de Labé et de Pita, sont traversés par des vallées profondes ; le plateau oriental, où le Bafing, l'une des deux branches mères du Sénégal, prend sa source ; le rebord nord, tourné vers Youkounkoun et dominé par le mont Loura (1 515 m), point culminant du Fouta-Djalon, près duquel la Gambie prend sa source ; le plateau ouest, plus bas, autour de Gaoual et Télimélé, disséqué par le Cogon, le Tominé et le Fatala. Les gabbros forment souvent les pics : mont Gargan près de Kindia, massif Kakoulima au nord-est de Conakry.

Le climat du Fouta-Djalon est plus sain que celui des plaines côtières. Les températures varient de 22 0C en saison sèche à 18 0C en saison humide. De décembre à février, saison sèche, souffle l'harmattan, et, dès avril, débute la saison des tornades et des pluies qui dure jusqu'en septembre. Les précipitations annuelles varient de 1 700 à 2 000 millimètres. La végétation, soumise à l'alternance de périodes de précipitations abondantes et de sécheresse (4 mois), doit pousser sur des sols peu riches et même non cultivables. La forêt primitive, réduite par les pratiques agricoles, a laissé place à la brousse, brûlée périodiquement pour permettre une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S.et au C.E.R.I. (Fondation nationale des sciences politiques)

Classification


Autres références

«  FOUTA-DJALON  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 610 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre sainte des Peul et des Toucouleur (XVIIIe-XIXe s.) »  : […] Les conquêtes musulmanes recommenceront seulement au xviii e  siècle. Dans le Fouta-Toro, les Toucouleur, liés aux confréries Qadriya et Tidjaniya du Maghreb et de Mauritanie, propagent activement la religion et convertissent les Wolof du Sénégal. Leurs voisins, les Peul, fondent à leur tour une confédération religieuse dans le Fouta-Djalon, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/#i_34836

GUINÉE

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Bernard CHARLES, 
  • Agnès LAINÉ
  • , Universalis
  •  • 19 483 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Des peuples divers »  : […] On peut faire remonter l'histoire des peuples de Guinée jusqu'au ix e , voire au vii e  siècle avec les Baga, les Nalou et les Landouman. Premiers autochtones ? Vinrent cohabiter avec eux, au xi e  siècle sans doute, les Jalonké, d'origine mande. Leur nom devint celui d'une région de Guinée, le Fouta-Djalon. Cette partie du pays connut de nombreus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee/#i_34836

GUINÉE-BISSAU

  • Écrit par 
  • Francis SIMONIS
  •  • 3 628 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un petit pays marqué par la mer »  : […] La Guinée-Bissau fait partie de la zone de transition entre la savane tropicale et la forêt subéquatoriale, qui s’étend de l’embouchure de la Gambie, au nord, au Liberia, au sud, et que l’on appelait autrefois « les rivières du Sud ». D’une superficie de 36 125 kilomètres carrés, le pays est constitué d’un territoire continental borné par le Sénéga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee-bissau/#i_34836

NIGER, fleuve

  • Écrit par 
  • Georges COURADE
  •  • 1 852 mots

Dans le chapitre «  Un fleuve puissant qui perd de sa force »  : […] Prenant sa source dans le Fouta-Djalon en Guinée à 800 mètres d'altitude, le fleuve se dirige vers le Sahara qu'il atteint après la traversée de son delta intérieur. À la lisière du Sahara, à Tombouctou (Mali), il forme une grande boucle, poursuit vers le sud-est, traverse Niamey, capitale du Niger, dont il délimite ensuite la frontière avec le Bé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niger-fleuve/#i_34836

SÉNÉGAL

  • Écrit par 
  • François BOST, 
  • Vincent FOUCHER
  •  • 10 065 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le cadre naturel  »  : […] Couvrant 196 722 kilomètres carrés, le territoire sénégalais est compris entre 12 0  8' et 16 0  41' de latitude nord et 11 0  21' et 17 0  32' de longitude ouest. Il est limité à l'ouest par l'océan Atlantique, au nord par le fleuve Sénégal, à l'est par un affluent de celui-ci (Falémé), au sud-est par les contreforts du Fouta-Djalon et, enfin, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/senegal/#i_34836

SOUSSOU ou SUSU

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 203 mots

Habitant au xiii e  siècle le haut Sénégal, les Soussou (on écrit aussi Susu) se dirigent par la suite vers le Fouta-Djalon, le haut Niger, la région de Diguiraye et du Sankaran, d'où ils seront chassés au xv e et au xvi e  siècle. Au début du xviii e  siècle, les Peul s'établissent pacifiquement dans le Fouta-Djalon, payant tribut aux Soussou, ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soussou-susu/#i_34836

Pour citer l’article

Marie-Christine AUBIN, « FOUTA-DJALON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fouta-djalon/