MACMILLAN HAROLD (1894-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Premier ministre conservateur de la Grande-Bretagne, de 1957 à 1963. D'origine bourgeoise, apparenté à la haute aristocratie par son mariage, Harold MacMillan a représenté, dans les années trente, un courant réformateur au sein de son parti : il s'est alors fait l'avocat d'interventions étatiques plus poussées dans la vie économique et s'est signalé par son opposition aux accords de Munich. Sa véritable carrière gouvernementale commence avec le retour au pouvoir des conservateurs en 1951. Il établit alors sa réputation d'intelligence et d'efficacité par le succès de sa politique du logement. Dans le gouvernement Eden, il occupa successivement les Affaires étrangères et l'Échiquier. Il appartient au cercle étroit qui, dans l'establishment conservateur, participe aux grandes décisions ; ouvert à un conservatisme moderne qu'il a défendu dès 1946, il n'est pourtant pas suspect de nourrir des idées trop avancées. La démission d'Anthony Eden en 1957 fait de lui le candidat de la direction du parti au poste de Premier ministre. À ce poste, il sait exploiter avec habileté la conjoncture économique et, au prix de risques monétaires sérieux, accélère la croissance ; il peut proclamer en 1959 que l'Angleterre « n'a jamais été aussi bien » ; il répare le tort occasionné par l'expédition de Suez aux relations anglo-américaines, et ses liens personnels avec Eisenhower, puis avec Kennedy facilitent le rétablissement de rapports plus confiants. Avec beaucoup d'à-propos, il accepte la nécessité d'une décolonisation plus rapide, en particulier en Afrique, et accepte, en contrepartie du maintien du Commonwealth, une sortie « volontaire » de l'Union sud-africaine de l'organisation. Des difficultés économiques majeures, le rythme très saccadé de l'expansion, lié à des mesures périodiques de resserrement du crédit, le ramènent à ses anciennes conceptions dirigistes et il recherche, à partir de 1961, une planification souple en partie inspirée de l'exemple français. Un organisme de planification associant patrons, syndicats et gouvernement [...]

Harold MacMillan, 1959

Harold MacMillan, 1959

Photographie

Harold MacMillan (1894-1986) a succédé à Anthony Eden en 1957 comme Premier ministre britannique. On le voit ici lors d'un discours électoral à Greenford (Essex), en 1959. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  MACMILLAN HAROLD (1894-1986)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire anglophone »  : […] La Grande-Bretagne s'engagea la première dans la voie de la décolonisation en Afrique de l'Ouest, où la situation était plus « mûre » qu'ailleurs, et sur les marges du monde noir. Au Soudan, le problème était étroitement lié à l'avenir des relations anglo-égyptiennes. Le processus de transfert de souveraineté y fut très précoce. S'appuyant sur le statut juridique de condominium anglo-égyptien dep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_13953

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « L'âge des désillusions »  : […] Les années 1960 ont été celles de bien des déceptions, mais aussi de retournements significatifs et des progrès d'une conception humaine des relations sociales. En annonçant, au Cap, en 1961, qu'« un vent du changement » s'était levé sur l'Afrique, Harold Macmillan entendait mettre ses auditeurs devant l'alternative de l'abandon de l' apartheid ou du départ d'un Commonwealth dont l'élargissement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_13953

ROYAUME-UNI - L'empire britannique

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 21 734 mots
  •  • 46 médias

Dans le chapitre « Les nouvelles incertitudes »  : […] La cohésion est d'autant plus difficile à maintenir que nombre d'États accèdent à l'indépendance. De la Barbade à la Jamaïque, du Kenya au Malawi, de Malte à l'île Maurice, de Singapour à la Tanzanie, à l'Ouganda, à la Zambie, sur tous les continents, dans tous les océans, on passe, tantôt sans transition, tantôt après une étape d'autonomie, à la pleine souveraineté. Le mouvement est irrésistible […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-l-empire-britannique/#i_13953

SOAMES CHRISTOPHER (1920-1987)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 968 mots

Issu de la gentry, ayant fait ses études à Eton avant d'entrer à l'école militaire de Sandhurst, brillant officier de la Seconde Guerre mondiale, propriétaire foncier dans le Kent, Christopher Soames était un parfait représentant de l'establishment britannique et avait toutes les chances, s'il le souhaitait, d'être accueilli avec faveur dans le Parti conservateur. Son mariage en 1947 avec Mary, f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christopher-soames/#i_13953

TUNNEL SOUS LA MANCHE

  • Écrit par 
  • Laurent BONNAUD
  •  • 9 370 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La deuxième tentative : 1957-1975 »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, les objections stratégiques des Anglais ne peuvent plus être justifiées. En 1955, Harold Macmillan, ministre de la Défense, lève le veto militaire britannique, ce qui suscite de nouvelles initiatives privées. Le Groupement d’études du tunnel sous la Manche (GETM), société franco-britannique comprenant notamment la SNCF et British Railways (compagnies ferroviaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunnel-sous-la-manche/#i_13953

Pour citer l’article

Roland MARX, « MACMILLAN HAROLD - (1894-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/harold-macmillan/