LUSAKA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Zambie : carte administrative

Zambie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Lusaka (Zambie)

Lusaka (Zambie)
Crédits : Ian Murphy/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Capitale de la Zambie, Lusaka a été fondée en 1905, à 1 300 mètres d'altitude, lors de la construction du chemin de fer reliant Livingstone (aujourd'hui Maramba, en Zambie) à l'État indépendant du Congo (aujourd'hui République démocratique du Congo). La ville fut pendant une trentaine d'années un simple chef-lieu régional d'importance réduite. Par sa position centrale, elle fut choisie comme nouvelle capitale de la Rhodésie du Nord, en 1931, pour succéder à Livingstone, et elle connut dès lors une fiévreuse période de construction. Le centre commercial et industriel est axé sur la voie ferrée, à l'ouest, tandis que le quartier administratif est implanté au sud-est. Les quartiers résidentiels, très étendus, occupés autrefois par la population blanche, sont presque tous formés de villas (ou bungalows) construites dans des parcelles assez grandes, et une place non négligeable est tenue par les aires de distraction : le golf, le champ de courses, le jardin botanique, entre autres. Les quartiers africains sont composés de lotissements officiels, tels Matero, Chilenje, Kabwata, où l'habitat est constitué par de petites maisons en parpaings couvertes de tôles, disposées très régulièrement ; de lotissements créés par des entreprises privées (Howard's Compound : cases rondes en argile avec toit de chaume conique) ; enfin, de lotissements spontanés regroupant dans le plus grand désordre les baraques souvent misérables des immigrés récents (Kalingalinga, Kanyama, Mandeou, Mtengo, etc.), et qui se sont développés dans les espaces inoccupés ou à la périphérie de l'agglomération. La population de la ville était estimée à 1,26 million d'habitants en 2005. Les fonctions administratives de Lusaka expliquent la part importante tenue par les services généraux. Le personnel de service est également nombreux. Les industries manufacturières sont rares (produits alimentaires, matériaux de construction et ciment, pneumatiques, ateliers ferroviaires, petite construction métallique, imprimeries, textile, fabriques de chaussures), et l'agriculture occupe toujours une proportion notable des citadins.

—  Pierre VENNETIER

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Bordeaux-III, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  LUSAKA  » est également traité dans :

ZAMBIE

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Universalis
  •  • 4 162 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Kenneth Kaunda, un président « différent » »  : […] De 1964 à 1991, le président Kenneth Kaunda – K. K. comme on l'appelait volontiers –, a incarné la Zambie sur les plans interne et international. Parmi les « pères fondateurs » de l'Afrique nouvelle, il faisait figure d'un président « différent », et sa personnalité tranchait à de nombreux égards sur le portrait plus figé – ou plus académique – des chefs d'État africains de cette première générat […] Lire la suite

Les derniers événements

22 février 2002 Angola. Mort de Jonas Savimbi

Lusaka, conclu en novembre 1994, qui prévoyait la participation de l'U.N.I.T.A. au pouvoir, n'avait pas empêché la reprise de la guerre civile dès 1998.  […] Lire la suite

22 février 2001 République démocratique du Congo. Résolution des Nations unies en vue du règlement du conflit

Lusaka (Zambie) en juillet 1999. Le texte prévoit le retrait des forces rwandaises de 200 kilomètres, puis celui des autres belligérants de 15 kilomètres de part et d'autre de la ligne de front. Les forces étrangères sont priées de fournir un calendrier de retrait à leurs frontières respectives, qui devrait être achevé dans un délai de six mois. La […] Lire la suite

24 août 2000 République démocratique du Congo. Autorisation du déploiement de casques bleus

Lusaka en juillet 1999. Mais Kinshasa n'avait finalement autorisé que le déploiement d'observateurs civils. Les affrontements qui opposent le régime du président Kabila et ses alliés, Zimbabwe, Angola et Namibie, aux mouvements de rébellion soutenus par l'Ouganda, le Rwanda et le Burundi n'ont jamais cessé.  […] Lire la suite

31 août 1999 République démocratique du Congo. Signature d'un accord de paix

Lusaka, l'accord de paix conclu le 10 juillet dans la capitale zambienne. L'accord avait déjà été signé par la république démocratique du Congo et par les cinq États engagés militairement dans le conflit qui déchire celle-ci depuis août 1998 – l'Angola, la Namibie, l'Ouganda, le Rwanda et le Zimbabwe – ainsi que par un autre groupe de rebelles, le  […] Lire la suite

11 avril 1997 Angola. Nomination d'un gouvernement d'union nationale

Lusaka en novembre 1994, mettent en place un gouvernement d'union nationale. L'U.N.I.T.A. y compte trois ministres et sept vice-ministres. La décision de principe avait été prise à Libreville en mars 1996, lors d'un sommet organisé par le président gabonais Omar Bongo. Depuis cette date, l'U.N.I.T.A. exigeait l'élaboration d'un « programme minimum  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VENNETIER, « LUSAKA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lusaka/