JOHANNESBURG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située sur les hautes terres centrales d'Afrique du Sud à 1 700 mètres d'altitude, Johannesburg doit sa localisation aux mines d'or du Witwatersrand découvertes en 1886. Ville minière, puis industrielle, c'est aujourd'hui une métropole tertiaire, capitale de la province du Gauteng (10,5 millions d'habitants en 2009). Johannesburg est le cœur de cette région urbaine et industrielle, elle héberge la Bourse sud-africaine et les sièges de la plupart des grandes sociétés privées du pays. La population de Johannesburg était estimée à 3,8 millions d'habitants en 2007 et augmente de 2,5 p. 100 par an. La ville, à elle seule, contribue pour plus de 15 p. 100 au P.I.B. du pays.

Afrique du Sud : carte administrative

Carte : Afrique du Sud : carte administrative

Carte administrative de l'Afrique du Sud. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Histoire

Une ville aurifère

L'histoire de Johannesburg est étroitement liée à l'or. En 1853, un prospecteur sud-africain trouve de l'or dans la rivière Juskei, au nord du futur site de Johannesburg. Plusieurs petits filons sont ensuite exploités, mais ce n'est qu'en 1886 qu'est découvert celui du Witwatersrand. En quelques mois, de nombreux prospecteurs affluent dans la région. Le gouvernement du Transvaal, la petite République boer (du nom des descendants des premiers colons néerlandais) dont dépend le Witwatersrand, décide alors d'inspecter les gisements aurifères et de déterminer le meilleur emplacement pour la nouvelle ville de Johannesburg.

Celle-ci grandit comme une ville champignon avec la découverte d'importantes réserves d'or. Des Australiens et des Californiens cherchant fortune rejoignent les mineurs venus de Cornouailles et du pays de Galles. Des Afrikaners (descendants des colons hollandais) chassés de leur campagne par la misère s'entassent dans des bidonvilles, et des Noirs venus de toute l'Afrique australe émigrent également vers la ville. La plupart d'entre eux travaillent dans les mines pendant six ou neuf mois puis rentrent chez eux, mais d'autres s'installent définitivement et vivent de petits métiers (conducteurs de pousse-pousse, travailleurs domestiques, blanchisseurs). En 1896, Johannesburg compte déjà 100 000 habitants.

Toutefois, la vaste réserve d'or du Witwatersrand pose un problème chronique de rentabilité, car il faut extraire, broyer, amalgamer et distiller des tonnes de conglomérat caillouteux afin de produire une ou deux onces de métal. Quelques Randlords (entrepreneurs dans les mines sud-africaines) contrôlent, au milieu des années 1890, l'intégralité des mines du Witwatersrand. Ils s'efforcent de rentabiliser le secteur en rationalisant la production et en réduisant les coûts, en particulier ceux de la main-d'œuvre, mais ils sont gênés par les autorités boers, trop corrompues et incapables d'adopter des taxes discriminatoires et des lois régissant les rapports employeur-employé.

Les Britanniques, souhaitant récupérer les mines d'or sud-africaines dans le giron de l'Empire, entretiennent la frustration des Randlords en appuyant le « raid Jameson », en 1895, une tentative de déstabilisation politique organisée par le magnat de l'industrie minière Cecil John Rhodes, et en lançant un ultimatum, en septembre 1899, aux Boers pour qu'ils accordent le droit de vote aux Uitlanders, les Blancs non Boers. La guerre des Boers éclate en octobre 1899. Les troupes britanniques entrent dans Johannesburg dès juin 1900, sans rencontrer de résistance. Le nouveau gouvernement du Transvaal (État devenu colonie britannique en mai 1902) est sensible aux besoins du secteur aurifère : il introduit de nouvelles taxes, adopte une législation forçant explicitement les Noirs à travailler à n'importe quel prix pour les Blancs, et fait venir temporairement plus de 60 000 ouvriers chinois.

Législation raciste et processus d'industrialisation

Les premières décennies du xxe siècle sont marquées par de vastes réformes sociales. En 1904, les Noirs vivant près du centre-ville sont relogés de force à Klipspruit, à seize kilomètres au sud-ouest de la ville ; cette décision est présentée comme une mesure « d'hygiène » censée empêcher l'apparition d'épidémies. Cette pratique s'appuie également sur l'idéologie ségrégationniste, qui émerge dans le premier quart du xxe siècle comme la solution au « problème racial » de l'Afrique du Sud. Grâce à une loi adoptée en 1923 (Natives Urban Areas Act), les autorités de Johannesburg déplacent des milliers de Noirs vivant dans des bidonvilles et les relogent dans des townships noirs, tels Alexa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Afrique du Sud : carte administrative

Afrique du Sud : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Autoroute urbaine, Johannesburg

Autoroute urbaine, Johannesburg
Crédits : J. Lévy

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JOHANNESBURG  » est également traité dans :

AFRIQUE AUSTRALE

  • Écrit par 
  • Jeanne VIVET
  •  • 6 091 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Entre industrialisation et économies rentières »  : […] L’importance des gisements miniers entraîna également une urbanisation accélérée et une industrialisation dès la fin du xix e  siècle en Afrique du Sud, notamment dans la région du Gauteng. Le développement fulgurant de Johannesburg est directement lié à la découverte de l'or à partir de 1886. Des régions urbaines et industrielles se dessinent ainsi dans le Gauteng, autour de la Copper Belt, la « […] Lire la suite

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le Gauteng et ses « périphéries » »  : […] La province du Gauteng détient les meilleurs indicateurs de développement du pays et concentre une large part des activités du secteur tertiaire. L'industrie reste importante dans la municipalité d'Ekurhuleni et les activités de haute technologie se développent rapidement entre Johannesburg et Tshwane, ainsi qu'autour de l'aéroport international de Johannesburg, rebaptisé Oliver Tambo Airport en […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12-15 février 2018 Afrique du Sud. Démission du président Jacob Zuma.

Le 14, la police perquisitionne le domicile et les bureaux des frères Gupta à Johannesburg et procède à l’arrestation de certains de leurs associés. Menacé d’une procédure de démission forcée par le biais d’une motion de défiance au Parlement, Jacob Zuma présente finalement sa démission. Le 15, Cyril Ramaphosa prête serment en tant que président de la République devant le Parlement. […] Lire la suite

18-25 octobre 2016 Afrique. Annonce du retrait de pays africains de la Cour pénale internationale.

En juin 2015, les autorités sud-africaines avaient refusé d’arrêter le président soudanais Omar el-Bechir, en visite à Johannesburg, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt délivré par la CPI pour génocide au Darfour. Le 25, la Gambie, dont le président Yahya Jammeh est régulièrement accusé de violation des droits de l’homme, annonce à son tour sa décision de se retirer de la CPI. […] Lire la suite

5-15 décembre 2013 Afrique du Sud. Mort de Nelson Mandela

), emprisonné de 1962 à 1990, prix Nobel de la paix en 1993 pour son combat contre l'apartheid, premier président noir du pays de 1994 à 1999, meurt à Johannesburg à l'âge de quatre-vingt-quinze ans. Sa mémoire est unanimement saluée à travers le monde. Le 10, une centaine de chefs d'État et de gouvernement assistent à une cérémonie d'hommage dans le Soccer City Stadium (ou F. […] Lire la suite

8-31 juillet 2009 Afrique du Sud. Grèves et mouvements sociaux

Le 28, les manifestations contre les mauvaises conditions de vie tournent à l'affrontement avec les forces de l'ordre dans les townships de Simile, près de Sabie, au nord-est de Johannesburg, et de Thokoza. Le 31, le principal syndicat des employés municipaux annonce avoir signé un accord avec le gouvernement pour le relèvement des salaires à hauteur de 13 p. […] Lire la suite

11-21 mai 2008 Afrique du Sud. Vague de violences xénophobes à Johannesburg

Les jours suivants, la situation se calme à Johannesburg, tandis que les violences gagnent d'autres régions du pays.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

James T. CAMPBELL, Philippe GERVAIS-LAMBONY, « JOHANNESBURG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/johannesburg/