JOHANNESBURG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Afrique du Sud : carte administrative

Afrique du Sud : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Johannesburg, Afrique du Sud

Johannesburg, Afrique du Sud
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Autoroute urbaine, Johannesburg

Autoroute urbaine, Johannesburg
Crédits : J. Lévy

photographie

Ghetto de Soweto, Afrique du Sud

Ghetto de Soweto, Afrique du Sud
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Située sur les hautes terres centrales d'Afrique du Sud à 1 700 mètres d'altitude, Johannesburg doit sa localisation aux mines d'or du Witwatersrand découvertes en 1886. Ville minière, puis industrielle, c'est aujourd'hui une métropole tertiaire, capitale de la province du Gauteng (10,5 millions d'habitants en 2009). Johannesburg est le cœur de cette région urbaine et industrielle, elle héberge la Bourse sud-africaine et les sièges de la plupart des grandes sociétés privées du pays. La population de Johannesburg était estimée à 3,8 millions d'habitants en 2007 et augmente de 2,5 p. 100 par an. La ville, à elle seule, contribue pour plus de 15 p. 100 au P.I.B. du pays.

Afrique du Sud : carte administrative

Afrique du Sud : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Afrique du Sud. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Histoire

Une ville aurifère

L'histoire de Johannesburg est étroitement liée à l'or. En 1853, un prospecteur sud-africain trouve de l'or dans la rivière Juskei, au nord du futur site de Johannesburg. Plusieurs petits filons sont ensuite exploités, mais ce n'est qu'en 1886 qu'est découvert celui du Witwatersrand. En quelques mois, de nombreux prospecteurs affluent dans la région. Le gouvernement du Transvaal, la petite République boer (du nom des descendants des premiers colons néerlandais) dont dépend le Witwatersrand, décide alors d'inspecter les gisements aurifères et de déterminer le meilleur emplacement pour la nouvelle ville de Johannesburg.

Celle-ci grandit comme une ville champignon avec la découverte d'importantes réserves d'or. Des Australiens et des Californiens cherchant fortune rejoignent les mineurs venus de Cornouailles et du pays de Galles. Des Afrikaners (descendants des colons hollandais) chassés de leur campagne par la misère s'entassent dans des bidonvilles, et des Noirs venus de toute l'Afrique australe émigrent également vers la ville. La plupart d'entre eux travaillent dans les mines pendant six ou neuf mois puis rentrent chez eux, mais d'autres s'installent définitivement et vivent de petits métiers (conducteurs de pousse-pousse, travailleurs domestiques, blanchisseurs). En 1896, Johannesburg compte déjà 100 000 habitants.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JOHANNESBURG  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 375 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Le Gauteng et ses « périphéries » »  : […] du secteur tertiaire. L'industrie reste importante dans la municipalité d'Ekurhuleni et les activités de haute technologie se développent rapidement entre Johannesburg et Tshwane, ainsi qu'autour de l'aéroport international de Johannesburg, rebaptisé Oliver Tambo Airport en 2006, qui reste le plus important d'Afrique. Enfin, le Gauteng est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_24764

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe GERVAIS-LAMBONY, James T. CAMPBELL, « JOHANNESBURG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannesburg/