LAGOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville la plus peuplée du Nigeria et de l'Afrique sud-saharienne, avec plus de 8 millions d'habitants (2006), Lagos est souvent présentée comme un modèle urbain africain – rarement défini – paroxysmique. Elle suscite tout à la fois la crainte, car elle est perçue comme une ville violente, la curiosité et de nombreuses interrogations, notamment autour des questions de planification, de gouvernance, de gestion et de régulation urbaines.

Nigeria : carte administrative

Carte : Nigeria : carte administrative

Carte administrative du Nigeria. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Une mégapole et une métropole au sud du Nigeria

Les premiers résultats du recensement de 2006 montrent toute la difficulté à évaluer la population d'une ville comme Lagos. L'État du même nom, le deuxième plus peuplé du Nigeria après celui de Kano, compterait 9 millions d'habitants, dont 8 millions dans l'aire métropolitaine. Mais les chiffres pour cette dernière sont sans doute sous-évalués, notamment parce que l'agglomération étend ses périphéries dans l'État voisin d'Ogun. Ils sont, par ailleurs, critiqués par les autorités de l'État de Lagos qui revendiquent 17,5 millions d'habitants, dont 85 p. 100 résideraient dans l'aire métropolitaine (soit 14,8 millions d'habitants). L'enjeu est important et acquiert une dimension politique non négligeable au sein d'un État fédéral aux tensions multiples et de forte concurrence entre la plus grande ville du sud et, notamment, celle du nord du pays, Kano (3,8 millions d'habitants).

Quelle que soit l'évaluation de la population de Lagos, et au-delà des polémiques liées à la publication de ces résultats, les prévisions les plus ambitieuses qui ont été faites (20 millions d'habitants en 2010 selon des projections de 2000 de l'O.N.U.) ne semblent guère confirmées. Il n'en demeure pas moins que Lagos présente toutes les caractéristiques d'une mégapole du Sud. Multimillionnaire, alors qu'elle ne comptait que 290 000 habitants en 1950, elle se caractérise par un taux de croissance soutenu, de l'ordre de 3,5 p. 100 par an au début du xxie siècle. Sa population se répartit sur près de 1 000 kilomètres carrés avec une densité moyenne relativement faible (80 hab./ha), ce qui pose d'importants problèmes de planification, de gestion et de fonctionnement urbains.

Lagos est également une grande métropole. Si le transfert des principales fonctions de capitale fédérale vers Abuja, décidé en 1976 pour des raisons géopolitiques, est effectif depuis 1991 (retard du chantier lié aux crises économiques et à l'instabilité politique), la ville abrite toujours, essentiellement à Lagos et Ikoyi Island, et sans aucun doute durablement, la plupart des fonctions de commandement des secteurs économiques, financiers, des communications et de l'information. Elle contribue pour environ la moitié à la valeur ajoutée de la production industrielle nationale, notamment sur le site d'Ikeja qui, au nord de Lagos et à proximité d'un nœud logistique dense associant aéroport international, chemin de fer et routes, abrite la plus importante zone industrielle du pays (associant diversité des productions et des capitaux). Ouvert sur le golfe de Guinée, Lagos est un port important par lequel transite l'essentiel des importations du pays, et le premier aéroport de la sous-région (près de 4 millions de passagers en 2005, dont 58 p. 100 sur les lignes intérieures). Son rayonnement semble autant, sinon plus, national que continental, alors même que Lagos est à la tête d'un pays considéré comme un géant africain.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Nigeria : carte administrative

Nigeria : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Lagos (Nigeria)

Lagos (Nigeria)
Crédits : Olasunkanmi ariyo/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en géographie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  LAGOS  » est également traité dans :

FELA FELA RANSOME-KUTI, dit (1938-1997)

  • Écrit par 
  • Bernard NANTET
  •  • 619 mots

Le parcours du Nigérian Fela, tout à la fois, chanteur, saxophoniste, pianiste, militant du panafricanisme, adversaire inlassable des régimes militaires et provocateur de tous les instants, est contenu dans son histoire familiale. Fela Ransome-Kuti est né le 15 octobre 1938 à Abeokuta, capitale de l'État d'Ogun, dans un milieu egba (composante de la grande tribu des Yoruba) ; sa famille a toujour […] Lire la suite

NIGERIA

  • Écrit par 
  • Daniel C. BACH
  •  • 11 723 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre «  La colonisation »  : […] La présence européenne demeure concentrée autour de quelques enclaves côtières jusqu'au début du xix e  siècle. À compter de 1840, la marine britannique, tirant prétexte de l'interdiction de la traite, entreprend de consolider ses positions commerciales en négociant avec les souverains locaux des traités visant à l'abandon de cette pratique. L'interventionnisme croissant des représentants de la C […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 octobre 2020 Nigeria. Violente répression du mouvement de contestation.

La violente répression par l’armée d’une manifestation à Lagos fait au moins douze morts. D’autres violences meurtrières avaient déjà eu lieu à travers le pays les jours précédents. Un couvre-feu est instauré le jour même dans la capitale en réponse aux pillages et aux destructions perpétrés par des casseurs en marge du vaste mouvement de protestation contre les violences policières et la mauvaise gouvernance qui était apparu deux semaines auparavant. […] Lire la suite

16 décembre 2001 Chili. Progrès de l'opposition de droite aux élections législatives

100 des suffrages aux élections législatives, la Concertation démocratique du président Ricardo Lagos, qui rassemble le Parti démocrate-chrétien (P.D.C.) et le Parti socialiste, conserve de justesse la majorité à la Chambre des députés en remportant 62 sièges sur 120. L'Alliance pour le Chili, qui regroupe l'Union démocrate indépendante (U.D.I.) et Rénovation nationale, recueille 44,3 p. […] Lire la suite

1er-26 décembre 2000 Chili. Inculpation d'Augusto Pinochet dans l'affaire de la « caravane de la mort »

Le 6, à la demande des chefs des forces armées, le président Ricardo Lagos accepte de réunir le Conseil de sécurité nationale qui est chargé, selon la Constitution, de conseiller le chef de l'État lorsque « les bases de l'organisation institutionnelle ou [...] la sécurité du pays » sont menacées. Le 11, la cour d'appel de Santiago annule l'inculpation et l'assignation à résidence du général Pinochet, que le juge aurait omis d'interroger avant de prendre sa décision. […] Lire la suite

2-25 mars 2000 Chili – Royaume-Uni. Libération du général Augusto Pinochet

Le 11, Ricardo Lagos, élu en janvier à la tête de l'État chilien, entre en fonctions. Le pays n'avait pas connu de président socialiste depuis Salvador Allende. Le 25, le Parlement chilien adopte un amendement constitutionnel qui accorde l'immunité aux anciens présidents de la République. Certains observateurs interprètent ce vote comme une incitation, pour le général Pinochet, à quitter le Sénat et à se retirer de la vie politique. […] Lire la suite

16 janvier 2000 Chili. Élection du socialiste Ricardo Lagos à la présidence

Ricardo Lagos était opposé à Joaquin Lavin, candidat unique de la droite, présenté par l'Alliance pour le Chili qui rassemble l'Union démocratique indépendante et la Rénovation nationale. Ricardo Lagos, qui doit prendre la succession du démocrate-chrétien Eduardo Frei en mars, ne disposera pas de majorité au Parlement.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Fabien STECK, « LAGOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lagos/