HARD ROCK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Variantes du hard rock et du metal

Aux États-Unis se développe le rock sudiste, qui reprend les accents du boogie-woogie (groupes Molly Hatchet, ZZ Top, Lynyrd Skynyrd) et qui suit une voie parallèle, plus proche du rock « mainstream ».

Dans les années 1980 apparaît une nouvelle vague de heavy metal, qui s'oppose au punk en accentuant le goût pour les traits rapides et les tempos dédoublés. Cette new wave of british metal « qui s'habille en cuir et clous » comprend les groupes britanniques Iron Maiden et Judas Priest, et inspire les Américains W.A.S.P. et Manowar ainsi que les Danois Mercyful Fate.

Le speed metal exagère encore ces caractéristiques par une utilisation systématique de la double grosse caisse et un volume sonore avoisinant parfois 120 décibels en concert, ce qui correspond au bruit d'un avion gros porteur au décollage ! Parmi les groupes représentatifs de ce courant, citons les Américains Anthrax, les Allemands Helloween (Walls Of Jericho, 1986) et Blind Guardian (Battalions Of Fear, 1988). Ted Nugent, le vétéran américain du heavy rock, avait prévenu les générations futures : « Quand c'est trop fort, c'est que tu es trop vieux. »

Les Australiens d'AC/DC perpétuent l'héritage du blues-rock vendeur fait de riffs lourds et libéré de poses trop connotées.

Les Britanniques de Motörhead (créé en 1975) influenceront beaucoup de variantes du heavy metal qui vont suivre, en particulier certains groupes de thrash metal.

À partir de 1983, le thrash metal voit l'émergence de groupes comme Metallica (Kill' Em All, 1983), Slayer (Show No Mercy, 1984), Testament ou Kreator. La musique se radicalise par des tempos très rapides, des voix qui deviennent hurlements et l'adhésion à un primitivisme sonore qui rejette l'harmonie tonale.

Le death metal utilise le grognement ou le rugissement comme émission vocale, une certaine forme d'atonalité et les contrastes dans la rythmique. Le son des guitares saturées est souvent étouffé (technique du mute*). Les groupes apparentés à ce style sont The Possessed (Seven Churches, 1985), Death (Scream Bloody Gore, 1987), Morbid Angel (Altars Of Madness, 1989), Deicide, Entombed...

On reprochera souvent au heavy metal la reproduction mécanique de codes vestimentaires et musicaux entraînant une sorte de consanguinité musicale, facteur de dégénérescence. Mais, parmi les groupes de metal (Machine Head, Pantera), les Brésiliens de Sepultura, proposent, entre le death metal et le thrash metal, une musique qui transcende les lois du genre grâce à des apports extérieurs assimilés. Au départ influencés par Slayer, ils trouvent leur voie grâce à des textes politisés et à une utilisation d'instruments ethniques (Chaos A. D., 1993 ; Roots, 1996).

De son côté, Anthrax confère à son speed metal presque punk une certaine dose d'humour et collabore avec le groupe de rap Public Enemy. Rage Against The Machine emprunte également au rap un certain phrasé du chant et un esprit de contestation. La musique, sans artifice technologique, utilise le metal comme un vecteur et non comme une fin en soi. Apparu à la fin des années 1990, le neo metal perpétue cet héritage grâce à Korn, qui utilise des samples* de batteries, Slipknot, Limp Bizkit, au chant très rap, Deftones, ou les Français de Pleymo.

Le black metal à la thématique satanique est promu par Venom dans l'album Black Metal (1982). Il bénéficie d'un certain renouveau vers 1990 avec Marduk, Mayhem, ou Darkthrone, Burzum et Dimmu Borgir. Ces deux derniers groupes se particularisent par l'emploi de claviers.

À partir de 1990, le metal progressif, représenté par les Américains de Dream Theater, les Allemands de Vanden Plas ou les Brésiliens de Angra, intègre des claviers et s'inspire du rock progressif des Britanniques Marillion et des Canadiens Rush pour proposer de longues pièces, toujours très techniques.

Alors que le hard rock est écouté par un large public socialement intégré au point d'être classé dans la catégorie « adult-oriented rock », les diverses formes extrêmes de heavy metal touchent plutôt des adolescents en rupture, fascinés par les thématiques morbides véhiculées par des jeux vidéo et un certain cinéma gore, et qui en arrivent parfois à confondre l'imaginaire fantasmé et la réalité. Mais, si certains faits divers sanglants ont été effectivement initiés par des fans de heavy metal s'adon [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HARD ROCK  » est également traité dans :

BLACK SABBATH

  • Écrit par 
  • Greg KOT
  • , Universalis
  •  • 484 mots

Dans les années 1970, le groupe britannique Black Sabbath a défini, par son rock matraqué construit autour de riffs de guitare, les contours du heavy metal. Ses principaux membres furent Ozzy Osbourne (de son vrai nom John Michael Osbourne, né en 1948), Terry « Geezer » Butler (Terence Michael Joseph Butler, né en 1949), Tony Iommi (Frank Anthony Iommi, né en 1948) et Bill Ward (William Thomas Wa […] Lire la suite

LED ZEPPELIN

  • Écrit par 
  • Susan FAST
  •  • 1 030 mots

Groupe de rock britannique extrêmement populaire dans les années 1970. Malgré la diversité de son style musical, c'est au développement du heavy metal qu'il doit sa célébrité. Les membres de ce groupe sont Jimmy Page (né le 9 janvier 1944, à Heston, dans le Middlesex), Robert Plant (né le 20 août 1948 à West Bromwich, West Midlands), John Paul Jones (de son vrai nom John Baldwin ; né le 3 janvie […] Lire la suite

MOORE GARY (1952-2011)

  • Écrit par 
  • Patricia BAUER
  •  • 240 mots

Le guitariste et chanteur irlandais Gary Moore a marqué le monde de la musique par son jeu incendiaire exceptionnel ; il exerça son talent en participant au groupe irlandais de hard rock Thin Lizzy tout en menant une brillante carrière en solo. Né le 4 avril 1952, à Belfast, en Irlande du Nord, Robert William Gary Moore débute dans le métier en 1969, à Dublin, au sein du quartette Skid Row. En 197 […] Lire la suite

POP MUSIC

  • Écrit par 
  • Paul ALESSANDRINI, 
  • Gérard JOURD'HUI, 
  • Philippe JUGÉ, 
  • Christian LEBRUN
  •  • 7 701 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La rock music dans les années 1980 »  : […] Les années 1980 se caractérisent par un ballet incessant des modes et des genres qui durent quelques mois avant d'être remplacés par d'autres, plus extravagants et tout aussi éphémères. Si, après le punk, la rock music connut une succession de phases novo , post-punk , puis froide et high tech , ou encore techno-pop , minimaliste , elle n'en continue pas moins à élargir son audience, à conquérir l […] Lire la suite

PROFILE RECORDS

  • Écrit par 
  • Charlie GILLETT
  • , Universalis
  •  • 226 mots

En raison de sa nouveauté, le hip-hop fut méprisé par les « major »s de l'industrie du disque jusqu'en 1986, date à laquelle le trio Run-D.M.C. fait appel au chanteur d'Aerosmith, Steven Tyler, et à son guitariste, Joe Perry, pour reprendre leur tube de hard rock Walk This Way , sorti dix ans plus tôt. Produit par le label Profile, le titre passe sur les ondes de nombreuses radios américaines et d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « HARD ROCK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hard-rock/