PUBLIC ENEMY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Public Enemy voit le jour en 1982. Chuck D (Carlton Douglas Ridenhour) et Hank Shocklee se produisent alors dans l'émission de Bill Stephney sur les ondes de la radio de l'université d'Adelphi (Long Island). Rick Rubin (co-fondateur du label Def Jam), charmé par la voix retentissante de Chuck D, le conjure d'enregistrer un album. Ce dernier forme donc un groupe dans lequel apparaissent trois nouveaux venus : Flavor Flav (William Drayton), Professor Griff (Richard Griffin) et DJ Terminator X (Norman Lee Rogers). Public Enemy va alors s'affirmer comme le groupe de rap le plus influent mais aussi le plus controversé en inventant les règles du courant hardcore, très apprécié par les rappeurs français.

Public Enemy

Public Enemy

photographie

Au début des années 1980, le groupe new-yorkais Public Enemy invente le rap hardcore. Avec des textes violents et dénonciateurs, une musique faite de collages bruitistes où l'harmonie et la mélodie font place au culte de la pulsation et des sons répétés, le rap se radicalise. Il devient le... 

Crédits : Mark Allan/ AP/ SIPA

Afficher

Leur premier album, Yo ! Bum Rush the Show, publié chez Def Jam en 1987, se caractérise par un discours agressif et militant où la violence est prônée comme moyen de changer la société. En 1988, le single Don't Believe the Hype, issu de l'album It Takes a Nation of Millions to Hold us Back, délivre un message clair : le pouvoir aux Noirs, rejet des médias blancs et de la drogue, outil d'aliénation. Il ne s'agit plus d'une histoire linéaire racontée par des bad boys qui veulent sortir à tout prix du ghetto, mais d'une avalanche de mots assénés par des artistes conscients, organisés et décidés à mener un combat idéologique. Lors des concerts, le groupe est escorté de gardes du corps en treillis, armés de (faux !) fusils-mitrailleurs. L'album Fear of a Black Planet paraît en 1990. Mais les propos antisémites et homophobes que Professor Griff profère à la presse vont discréditer le groupe, qui le limoge cette même année. L'admiration avouée de Public Enemy pour le chef de file de la Nation of Islam, Louis Farrakhan, lui attire également la condamnation d'organisations juives. En 1991, l'album Apocalyse 91... The Enemy Strikes Black constitue leur meilleure vente, grâce notamment à la version de Bring Tha Noize enregistrée en duo avec le groupe de « trash metal » Anthrax.

Si le militantisme de Public Enemy incite d'autres artistes à aborder des thèmes d'actualité, l'influence du groupe décline au début des années 1990 lorsque d'autres apparaissent, plus jeunes et plus centrés sur les ghettos, tels N.W.A. (Niggers With Attitude) et Snoop Doggy Dogg. Le groupe semble se disloquer après l'album Muse Sick N Hour Mess Age (1994) mais revient en 1998 avec un nouvel album de chansons pour le film de Spike Lee He Got Game, avant de partir en tournée.

Après Public Enemy, la musique populaire ne sera jamais plus comme avant...

—  Eugène LLEDO, Greg TATE, Universalis

Écrit par :

  • : rédacteur pour The Village Voice, New York, auteur
  • : compositeur, auteur, musicologue et designer sonore

Classification


Autres références

«  PUBLIC ENEMY  » est également traité dans :

DEF JAM RECORDS

  • Écrit par 
  • Charlie GILLETT
  • , Universalis
  •  • 207 mots

Propriétaires de Rush Management, Rick Rubin et Russell Simmons ont parmi leurs clients plusieurs groupes pionniers du hip-hop, tel Run-D.M.C. En 1984, ils abandonnent leurs fonctions de manager pour fonder leur propre label, Def Jam, et signent rapidement un contrat de distribution avec la firme Columbia Records. Le jeune label connaît son premier succès avec LL Cool J, rappeur langoureux dont l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/def-jam-records/#i_26244

RAP, musique

  • Écrit par 
  • Olivier CACHIN
  •  • 5 897 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le premier âge d’or du rap »  : […] On compte parmi les premières stars du rap des artistes comme Kurtis Blow (auteur de « Christmas Rapping », sorti à quelques jours d’intervalle avec « Rapper’s Delight »), le groupe Cold Crush Brothers, les Furious Five (cinq rappeurs qui accompagnent Grandmaster Flash) ou encore Funky Four + One (qui comprend une rappeuse). Leurs points communs sont des textes anecdotiques surtout conçus pour don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rap/#i_26244

Pour citer l’article

Greg TATE, Eugène LLEDO, « PUBLIC ENEMY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/public-enemy/