REICHENBACH HANS (1891-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hans Reichenbach fut à Berlin, dans l'entre-deux-guerres, puis lors de son exil à Istanbul et Los Angeles, le principal représentant de l'empirisme logique, mouvement philosophique apparenté au positivisme logique du cercle de Vienne. Fondateur de la Société de philosophie empirique, il défend comme les Viennois une « conception scientifique du monde » visant à libérer la pensée des « non-sens de la métaphysique ». Mais sa particularité réside dans la conviction qu'une telle rupture ne peut advenir qu'au prix de l'abandon de toute recherche de la certitude, et cela au profit d'une conception purement probabiliste de la connaissance.

La biographie de Hans Reichenbach reflète les tourments de l'histoire commune à ce groupe de penseurs, dont beaucoup furent persécutés par le régime nazi, soit à cause de leur engagement politique (proche du socialisme), soit à cause de l'origine juive de nombre d'entre eux. Né à Hambourg en 1891, Hans Reichenbach entreprend tout d'abord des études d'ingénieur – comme Ludwig Wittgenstein au même moment – qui marquent sa pensée d'un sceau pragmatique indélébile. Puis il poursuit des études de mathématiques et de physique auprès des plus grands scientifiques de son temps (Hilbert et Planck, notamment). En philosophie, élève de Cassirer et de Simmel, il soutient en 1915 une thèse de doctorat d'orientation néo-kantienne sur la philosophie des probabilités. Il est ensuite envoyé deux ans au front. De retour de la guerre, il fréquente le tout premier séminaire d'Einstein consacré à la théorie de la relativité générale, ce qui lui fournit la matière de son premier livre, Relativitätstheorie und Erkenntnis a priori, 1 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de lettres et sciences humaines, agrégé de philosophie, enseignant à l'université de Paris-I

Classification


Autres références

«  REICHENBACH HANS (1891-1953)  » est également traité dans :

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 233 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les significations de l'identité et la logique de l'identité »  : […] On n'entrera pas dans l'étude de la logique de l'identité, si ce n'est d'une certaine façon pour noter que les deux dimensions mentionnées y interviennent encore. C'est en relation avec l'égalité et la substituabilité que l'identité est élucidée – plutôt qu'elle n'est définie, comme l'a observé Frege dans le texte qu'on a cité au début (Frege ajou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/identite/#i_45425

VIENNE CERCLE DE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 1 309 mots

Dans le chapitre « Le cercle de Vienne et le noyau berlinois »  : […] Le physicien Moritz Schlick est nommé en 1922 à la chaire de philosophie et d'histoire des sciences inductives de l'université de Vienne, poste occupé antérieurement par Mach (1895-1901) et Boltzmann. Autour de lui se réunissent, dès 1925, chaque jeudi soir, des étudiants et des maîtres de diverses disciplines : parmi eux, K. Gödel, H. Hahn, K. Re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercle-de-vienne/#i_45425

Pour citer l’article

Alexis BIENVENU, « REICHENBACH HANS - (1891-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-reichenbach/