GUYANA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique coopérative du Guyana (GY)
Chef de l'ÉtatDavid Granger (depuis le 16 mai 2015)
Chef du gouvernementMoses Nagamootoo (depuis le 20 mai 2015)
CapitaleGeorgetown
Langue officielleanglais
Unité monétairedollar du Guyana (GYD)
Population745 700 (estim. 2019)
Superficie (km2)214 999

Faillite de l'économie étatisée

La « petite » Guyana dispose de bons atouts pour son développement : importantes réserves minières (bauxite mais aussi or, diamants, manganèse et uranium), énormes ressources hydroélectriques, terres aptes à l'agriculture sur la bande du littoral. Voulant briser l'emprise des sociétés multinationales qui contrôlent la quasi-totalité des richesses, le gouvernement de Forbes Burnham pense tracer la « voie guyanaise vers le socialisme », à travers le « coopérativisme », doctrine officielle de la République. Quelque mille coopératives sont constituées, dans les domaines de la construction, de la pêche, de l'élevage, de l'abattage du bois, de la distribution. À l'apogée de ce système, vers 1978, elles ne représentent pourtant que 10 p. 100 de l'activité économique, et seules la moitié d'entre elles fonctionnent réellement. Le fait est que, pendant le « règne » de Forbes Burnham, c'est l'État qui se renforce, au point de devenir le principal agent de l'économie, en dirigeant plus de trente state corporations. En 1971 et en 1974, les compagnies Alcan (canadienne) et Reynolds (américaine), qui exploitent la bauxite, principale source de devises, sont nationalisées. En 1975 et en 1976, c'est le tour du secteur sucrier, contrôlé en grande partie par le consortium britannique Booker. Ne restent dans le secteur privé que 20 p. 100 de l'activité économique. Mais les nationalisations sont loin de produire les bénéfices attendus. Plus qu'une société socialiste, elles engendrent un capitalisme d'État marqué par de graves erreurs de gestion et par l'inefficacité. Des facteurs externes, très défavorables, viennent noircir le tableau : choc pétrolier de 1973, mauvaise tenue des prix internationaux pour les produits exportés (principalement bauxite et sucre).

Tandis que le projet coopérativiste fait eau de toutes parts, le revenu per capita se réduit de 25 p. 100 entre 1981 et 1985. Le chômage et l'inflation augmentent ; le marché noir prospère, à cause de la pénurie de biens courants. Comme dans d'autres pays [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Guyana : carte physique

Guyana : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Guyana : drapeau

Guyana : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Guyane britannique : population par groupes ethniques (1841-1921)

Guyane britannique : population par groupes ethniques (1841-1921)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUYANA  » est également traité dans :

BURNHAM FORBES (1923-1985)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 484 mots

Homme politique guyanais, Forbes Burnham fut Premier ministre de la Guyane britannique de 1964 à 1966, puis de la Guyana indépendante jusqu'en 1980, et fut ensuite président jusqu'en 1985. Né le 20 février 1923 à Kitty, en Guyane britannique, Forbes Burnham obtient son diplôme de droit à l'université de Londres en 1947. De retour au pays en 1949, il forme l'année suivante le Parti progressiste d […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 816 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Littérature coloniale »  : […] Les langues africaines prédominèrent au début du système esclavagiste parmi les Noirs déportés, avec quelques expressions de mauvais anglais ou de mauvais français. Puis le langage créole s'imposa progressivement autant chez les esclaves que chez leurs maîtres. Dans son journal, Lady Maria Nugent (1771-1834) observait : « La langue créole n'est pas limitée aux nègres, beaucoup de ladys qui n'ont […] Lire la suite

GEORGETOWN, anc. STABROEK, Guyana

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 341 mots

Capitale de la Guyana, la ville de Georgetown, située à l'embouchure du fleuve Demerara, est aussi le premier port du pays, voisin oriental du Venezuela. Fondée par les Anglais en 1781 et baptisée en l'honneur du roi George III, elle fut largement reconstruite par les Français en 1784. Appelée Stabroek pendant l'occupation hollandaise, elle devient le siège du gouvernement des régions de l'Essequ […] Lire la suite

GUYANES BOUCLIER DES

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉZY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Le bouclier des Guyanes est cerné par le courant d'eaux douces ou saumâtres le plus puissant du monde qui résulte de la double jonction de l'Amazone et de l'Orénoque. Il représente près de deux millions de kilomètres carrés du continent sud-américain et forme une île très mystérieuse, aux contours mal définis, dont l'explorateur britannique Walter Raleigh révéla, en 1596, le nom et la richesse, e […] Lire la suite

HOYTE DESMOND (1929-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 268 mots

Desmond Hoyte fut le président de la Guyana de 1985 à 1992. Il est né le 9 mars 1929 à Georgetown, en Guyane britannique (auj. Guyana). Devenu chef du Congrès national du peuple (People's National Congress, P.N.C.), il est élu à la tête de la Guyana en 1985, à la mort de Forbes Burnham. Grâce à la Constitution de 1980, il dispose de pouvoirs élargis dont il fait usage pour démanteler l'œuvre socia […] Lire la suite

JAGAN CHEDDI (1918-1997)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 600 mots

Homme politique et syndicaliste guyanais, Cheddi Jagan devint, en 1953, le premier Premier ministre de la Guyane britannique (actuelle Guyana) élu démocratiquement. Il dirigea à nouveau le gouvernement de 1957 à 1964, puis fut président de la Guyana de 1992 à 1997. Fils d'un contremaître travaillant dans une plantation de canne à sucre, Cheddi Berret Jagan naît le 22 mars 1918 à Port Mourant, en […] Lire la suite

JAGAN JANET (1920-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 394 mots

Femme politique guyanaise d'origine américaine, Janet Jagan fut présidente de la Guyana du 19 décembre 1997 au 11 août 1999. Elle devint ainsi la première Blanche à occuper ce poste dans le pays et la première femme en Amérique du Sud à être élue démocratiquement présidente. Janet Rosalie Rosenberg naît le 20 octobre 1920 à Chicago, dans une famille juive de la classe moyenne. Après ses études dan […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Guyana. Élections législatives. 2 mars 2020

La coalition formée par le Partenariat pour l’unité nationale (APNU) et l’Alliance pour le changement (ANC) du président David Granger conserve sa faible majorité lors des élections législatives, avec 49,9 p. 100 des suffrages et 33 sièges sur 65. Le Parti progressiste du peuple (PPP) obtient 48,2 p. 100 des voix et 32 élus. Le taux de participation est de 72,6 p. 100. Les observateurs internation […] Lire la suite

Venezuela. Conflits frontaliers avec la Colombie et le Guyana. 22-23 septembre 2015

régions frontalières et expulsé des immigrés colombiens, afin de lutter contre « les paramilitaires colombiens et les contrebandiers ». Le 23, le président du Guyana David Granger dénonce le « déploiement extraordinaire » de forces vénézuéliennes à ses frontières. Caracas revendique une large part du territoire de son voisin. Des élections législatives sont prévues en décembre au Venezuela. […] Lire la suite

Guyana. Victoire de l’opposition aux élections générales. 11-16 mai 2015

La 11, la coalition d’opposition Association pour l’unité nationale - Alliance pour le changement conduite par David Granger remporte les élections législatives anticipées avec 50,3 p. 100 des suffrages et 33 sièges sur 65. Le Parti progressiste du peuple du président sortant Donald Ramotar obtient 49,2 p. 100 des voix et 32 élus. En novembre 2014, ce dernier avait dissous le Parlement qui voulait […] Lire la suite

Bolivie. Difficile dialogue entre le gouvernement et l'opposition autonomiste. 9-15 septembre 2008

à Santiago du Chili, les dirigeants des douze pays de l'Union des nations sud-américaines créée en mai (Mercosur, Communauté andine, Chili, Guyana et Suriname) apportent leur «soutien ferme et total» au président Morales. […] Lire la suite

Ouganda. Meurtre collectif de membres d'une secte. 17 mars - 2 avril 2000

dans des propriétés appartenant à la secte, les autorités annoncent un bilan supérieur à mille morts, qualifient de « meurtre collectif » le drame de Kanungu et affirment que le dirigeant de la secte, Joseph Kibwetere, est en vie. Ce massacre fait plus de victimes que le « suicide » collectif des adeptes de Jim Jones survenu au Guyana en novembre 1978. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise BARTHELEMY, Michel DEVÈZE, « GUYANA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guyana/