COALITION GUERRES DE (1792-1815)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pendant dix années consécutives, de 1792 à 1802, puis pendant douze autres années consécutives, de 1803 à 1815, la France s'est trouvée en guerre avec les principales puissances de l'Europe.

La guerre déclarée par Louis XVI et l'Assemblée législative au « roi de Hongrie et de Bohême » trouve son origine dans les rassemblements d'émigrés en territoire allemand et les réclamations des princes possessionnés d'Alsace (contre l'abolition des droits féodaux). L'occupation de la Belgique par la France, l'intention de propager dans les monarchies les idées révolutionnaires, l'exécution de Louis XVI entraînent la formation d'une première coalition contre la France groupant, outre l'Autriche et la Prusse, l'Angleterre, la Hollande, la Russie, la Sardaigne, Naples et l'Espagne. Cette coalition, trop hétérogène, ne réussit pas à écraser la Révolution. Aussi la Prusse et l'Espagne doivent-elles signer les traités de Bâle en 1795 ; l'Autriche, la paix de Campoformio en 1797.

La politique annexionniste du Directoire (Mulhouse, Genève, la création de « républiques sœurs » en Italie) provoque la formation d'une deuxième coalition où, en dehors de l'Angleterre, de l'Autriche et de Naples, la Russie se décide à jouer un rôle plus actif. L'Autriche doit de nouveau signer la paix à Lunéville, en 1801 ; la Russie renonce, après sa défaite à Zurich, en septembre 1799. Restée seule, l'Angleterre se résigne à traiter par la paix d'Amiens, le 25 mars 1802. Celle-ci est rompue le 17 mai 1803. L'Angleterre ne peut en effet se résoudre à laisser Anvers et la Belgique à la France. Des motifs d'ordre économique (le refus des Français d'abaisser leurs tarifs douaniers et le désir du Premier consul de réserver à l'industrie franç [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  COALITION GUERRES DE (1792-1815)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne et la Révolution française »  : […] Les événements qui bouleversent la France à partir de 1789 rencontrent cependant en Allemagne un accueil très divers. À la sympathie initiale qu'ils suscitent dans les milieux éclairés, succède bientôt une inquiétude qui se change, après 1792, en réserve ou en hostilité déclarée. Comme en Angleterre, les esprits les plus hardis ne s'avancent pas, sauf de très rares exceptions, au-delà de ce que re […] Lire la suite

AUSTERLITZ BATAILLE D' (1805)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 298 mots
  •  • 1 média

En septembre 1804, renonçant à envahir l'Angleterre, Napoléon lance la Grande Armée depuis les côtes de la mer du Nord au cœur de l'Europe pour frapper séparément les coalisés russes et autrichiens. Après avoir obtenu la reddition du général Mack à Ulm le 20 octobre et fait son entrée dans Vienne abandonnée le 14 novembre, il recherche une victoire décisive sur les armées alliées de l'empereur d'A […] Lire la suite

BRUNSWICK CHARLES GUILLAUME FERDINAND duc de (1735-1806)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 416 mots

Prince libéral et cultivé, le duc de Brunswick, qui s'est déjà distingué pendant la guerre de Sept Ans, passe depuis la mort de son oncle, Frédéric II, pour le plus illustre guerrier de son temps. Plus calculateur qu'audacieux, il est, malgré sa vaillance personnelle, de ceux « qui manquent la victoire pour s'être trop préoccupés d'assurer la retraite ». Moins soldat que diplomate, ce prince philo […] Lire la suite

CAMPOFORMIO PAIX DE (1797)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 379 mots

La première campagne d'Italie de Bonaparte s'achève par la paix de Campoformio. La paix avec l'Autriche aurait tout aussi bien pu être dictée par Hoche, vainqueur des Autrichiens à Neuwied, près de Coblence, le 18 avril 1797. Bonaparte prend de vitesse ses collègues et Vienne préfère traiter avec ce général, car elle espère des compensations en Italie qu'elle ne pense pas obtenir sur le Rhin. Le D […] Lire la suite

CASTLEREAGH HENRY ROBERT STEWART marquis de LONDONDERRY et vicomte (1769-1822)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 367 mots

Né la même année que Napoléon et Wellington, issu comme ce dernier de l'aristocratie anglaise établie en Irlande du Nord, Castlereagh fait d'abord carrière dans l'administration irlandaise ; après l'Acte d'union, en 1800, il est élu député au Parlement de Westminster. Après avoir occupé un poste secondaire dans le ministère d'Addington en 1802, il est appelé par Pitt au ministère de la Guerre et d […] Lire la suite

CONGRÈS DE VIENNE, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 198 mots
  •  • 1 média

Le 1 er  novembre 1814 débutent les négociations officielles du congrès de Vienne, réuni à l'initiative des quatre grands vainqueurs de Napoléon I er (Grande-Bretagne, Prusse, Russie et Autriche), afin de restaurer la paix en Europe et d'en finir avec l'ère révolutionnaire issue de 1789. Neuf jours avant Waterloo, l'Acte final du 9 juin 1815 dessine une nouvelle carte du continent : la Russie, la […] Lire la suite

CONSULAT

  • Écrit par 
  • Marcel DUNAN
  •  • 2 375 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pacification extérieure »  : […] À l'avènement du Consulat, la France était en guerre avec l'Europe comme avec elle-même. La paix extérieure n'était pas moins urgente que la pacification intérieure. La lutte des coalitions contre la Révolution durait depuis sept ans et demi. L'Angleterre semblait ne pouvoir se résoudre à l'occupation d'Anvers et, sur le continent, le grand adversaire demeurait l'Autriche appuyée par la Russie. La […] Lire la suite

DIRECTOIRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre et la fin du Directoire »  : […] Si le régime issu de la Constitution de l'an III représente bien une tentative de stabilisation au sortir d'une période de troubles, elle ne pouvait réussir que si elle s'accompagnait du retour de la paix. Le Directoire a espéré l'atteindre dans l'été de 1797. Mais il a échoué. Les négociations de Lille sont rompues et la guerre reprend avec l'Angleterre. La paix continentale elle-même, signée av […] Lire la suite

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 976 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La troisième coalition »  : […] Napoléon songeait-il sérieusement à envahir l'Angleterre lorsqu'il massait sur le littoral cent cinquante mille hommes dont le quartier général était établi au camp de Boulogne ? L'entreprise ne pouvait réussir que si l'empereur s'assurait la maîtrise de la Manche pendant six jours. Mais les manœuvres de diversion tentées par Villeneuve échouèrent. En revanche, l'Angleterre réussit à s'assurer l' […] Lire la suite

EYLAU BATAILLE D' (7-8 févr. 1807)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 361 mots

Épisode marquant des campagnes de Napoléon contre la quatrième coalition, la bataille d'Eylau est aussi le premier échec important auquel celui-ci est confronté. Elle voit s'affronter 76 000 Russes et Prussiens, sous le commandement de Leonti Bennigsen, et 74 000 Français commandés par l'Empereur. Contre toute attente, les Russes ont lancé leur offensive en plein hiver. Le 7 février, un premier c […] Lire la suite

Les derniers événements

Syrie. Intervention turque dans le Nord-Est. 6-29 octobre 2019

la Turquie depuis des décennies », ont reçu « d’énormes sommes d’argent et d’équipement » et qu’il est temps pour les États-Unis de « sortir de ces ridicules guerres sans fin, dont beaucoup sont tribales, et de ramener [ses] soldats à la maison ». Dans le même temps, il menace la Turquie d’« anéantir […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean TULARD, « COALITION GUERRES DE - (1792-1815) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-coalition/