AUSTERLITZ BATAILLE D' (1805)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En septembre 1804, renonçant à envahir l'Angleterre, Napoléon lance la Grande Armée depuis les côtes de la mer du Nord au cœur de l'Europe pour frapper séparément les coalisés russes et autrichiens. Après avoir obtenu la reddition du général Mack à Ulm le 20 octobre et fait son entrée dans Vienne abandonnée le 14 novembre, il recherche une victoire décisive sur les armées alliées de l'empereur d'Autriche François Ier et du tsar Alexandre Ier, déjà nettement supérieures et qui attendent des renforts : 90 000 Austro-Russes, dont 25 000 cavaliers et 278 canons, contre 75 000 Français dont 21 800 cavaliers et 160 canons. Le choc a lieu à 100 kilomètres au nord de Vienne, en Moravie, entre la ville de Brünn (Brno) et le village d'Austerlitz (Slovko). Feignant l'hésitation, Napoléon demande un armistice puis abandonne à l'ennemi une position centrale sur les hauteurs de Pratzen. Le 2 décembre, dès l'aube, les Austro-Russes se ruent sur son aile droite dégarnie, pour lui couper la route de Vienne au sud. Vers 9 heures, le corps d'armée de Soult, dissimulé en contrebas par la brume, attaque au centre, s'empare de Pratzen et prend bientôt à revers l'aile gauche des coalisés, qui cède à la panique. L'armée alliée est coupée en deux. Son aile droite est retenue au nord par Lannes et la cavalerie de Murat. Les contre-attaques désespérées de Koutouzov au centre sont vaines. Après midi, les coalisés reculent partout en désordre. Les Français, qui eurent moins de 2 000 tués et 3 500 blessés, s'emparent de 45 étendards et de 185 canons. Les coalisés dénombrent pour leur part 16 000 tués et blessés, et plus de 10 000 prisonniers.

Bataille d'Austerlitz

Bataille d'Austerlitz

photographie

Plan de la bataille d'Austerlitz, dite « des trois empereurs », le 2 décembre 1805, jour anniversaire du sacre de Napoléon. L'arrivée en renfort de Davout en début de matinée permit à l'aile droite française de soutenir le choc de l'offensive austro-russe. 

Crédits : Roger-Viollet

Afficher

—  Pascal LE PAUTREMAT

Écrit par :

  • : docteur en histoire, enseignant en histoire et géographie, en géopolitique et défense intérieure

Classification


Autres références

«  AUSTERLITZ BATAILLE D' (1805)  » est également traité dans :

COALITION GUERRES DE (1792-1815)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Pendant dix années consécutives, de 1792 à 1802, puis pendant douze autres années consécutives, de 1803 à 1815, la France s'est trouvée en guerre avec les principales puissances de l'Europe. La guerre déclarée par Louis XVI et l'Assemblée législative au « roi de Hongrie et de Bohême » trouve son origine dans les rassemblements d'émigrés en territoire allemand et les réclamations des princes posses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-coalition/#i_22897

CONSULAT ET EMPIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 186 mots

9-10 novembre 1799 Coup d'État de Bonaparte (18-Brumaire an VIII), qui est nommé consul provisoire. 17 janvier 1800 Suppression de soixante des soixante-treize journaux politiques parisiens. 15 juillet 1801 Signature du Concordat avec le pape Pie VII. 20 mai 1802 Rétablissement de l'escl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consulat-et-empire-reperes-chronologiques/#i_22897

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 976 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La troisième coalition »  : […] Napoléon songeait-il sérieusement à envahir l'Angleterre lorsqu'il massait sur le littoral cent cinquante mille hommes dont le quartier général était établi au camp de Boulogne ? L'entreprise ne pouvait réussir que si l'empereur s'assurait la maîtrise de la Manche pendant six jours. Mais les manœuvres de diversion tentées par Villeneuve échouèrent. En revanche, l'Angleterre réussit à s'assurer l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-premier/#i_22897

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La guerre avec la Grande-Bretagne »  : […] De 1803 à 1805, les Britanniques furent les seuls adversaires de Napoléon. Celui-ci se lança de nouveau dans la préparation d'une invasion, avec cette fois plus de conviction. Près de deux mille navires furent rassemblés entre Brest et Anvers, et la Grande Armée fut regroupée au camp de Boulogne (1803). Le problème restait cependant le même qu'en 1798 : pour traverser la Manche, la France devait m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_22897

SOULT NICOLAS JEAN DE DIEU (1768-1851) duc de Dalmatie et maréchal d'Empire

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 602 mots

Fils d'un notaire du Tarn, engagé dès 1785, Soult conquiert ses grades successifs aux armées de la Moselle puis de Sambre et Meuse ; c'est seulement à l'armée d'Helvétie que, nommé général de division en avril 1799, il s'acquitte avec succès de tâches importantes sous les ordres de Masséna. Pendant le Consulat, il proclame avec ardeur en toute occasion son dévouement à Bonaparte ; en est-il simple […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-jean-de-dieu-soult/#i_22897

Pour citer l’article

Pascal LE PAUTREMAT, « AUSTERLITZ BATAILLE D' (1805) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-d-austerlitz/