HERBACÉS GROUPEMENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Groupements herbacés à déterminisme édaphique

Même sous climat forestier, le substrat peut interdire la forêt (parois rocheuses, par exemple). Deux cas sont pratiquement universels, celui des sols salés, littoraux ou non, peuplés d'halophytes, et celui des eaux douces, où croissent des hydrophytes.

Peuplements d'halophytes littoraux

La marée recouvrant périodiquement le littoral instaure un étagement de la végétation. Ainsi sur l'estran argilo-calcaire (tangue) du littoral picard se succèdent une zone à végétation ouverte ou même nulle, la slikke, recouverte par toutes les marées quelle que soit leur amplitude, et une zone à peuplement dense, uniquement inondée par les marées de vive eau, le schorre. Chacune de ces deux zones se subdivise elle-même en partie basse et partie haute :

Végétation côtière : zonation en fonction du substrat

Diaporama : Végétation côtière : zonation en fonction du substrat

Zonation de la végétation côtière en fonction du substrat. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– La basse slikke, immergée plus de six heures à chaque marée, porte une végétation phanérogamique rare (Zostera nana) ou nulle.

– La haute slikke a l'aspect d'un talus noirâtre et luisant semé de taches de salicornes annuelles et de touffes dispersées mais vigoureuses d'une Graminée : Spartina townsendi (espèce « nouvelle », en progression, dont l'histoire génétique est particulièrement curieuse), qui contribue à fixer la vase et à faire progresser le schorre.

– Le bas schorre, séparé de la slikke par un abrupt de quelques décimètres, forme un épais tapis de végétaux charnus, glauques ou grisâtres par suite de la dominance d'Obione portulacoides ; à l'arrière-saison fleurissent des Aster tripolium, d'un violet éteint ; le sol compact comporte un horizon réducteur de sulfure de fer.

– Le haut schorre, atteint par la mer seulement une ou deux fois par mois, comporte des peuplements encore denses, mais beaucoup plus diversifiés ; là seulement apparaît Artemisia maritima ; le sol est mieux aéré et renferme un horizon oxydé de couleur rouille.

La salinité n'est pas le seul facteur écologique conditionnant ces peuplements : le degré d'immersion détermine non seulement un apport inégal d'eau salée mais aussi l'état d'oxydoréduction du sol. Le climat régional agit lui-même sur la concentration en sel : s'il est pluvieux, cette concentration décroît vers le haut ; dans le cas contraire, la partie supérieure de l'estran s'enrichit en sel par évaporation : c'est la station type de l'Arthrocnemetum méditerranéen (Camargue).

Il est à noter aussi que les halophytes littoraux sont très inégalement sensibles au sel. Le cas le plus paradoxal est celui de l'aster, dont l'eau salée empêche la germination alors qu'elle favorise sa croissance. La répartition des halophytes littoraux traduit donc encore le résultat de la compétition entre diverses espèces inégalement sensibles aux paramètres écologiques.

Halophytes : sensibilité au sel

Tableau : Halophytes : sensibilité au sel

Sensibilité au sel de diverses halophytes en culture. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les littoraux sableux et rocheux présentent eux aussi des zonations parallèles à la mer ; seuls les sables, trop mobiles, n'ont pratiquement pas de végétation immergée. Avec un matériel floristique très variable, ces successions se retrouvent sous toutes les latitudes, bien qu'elles correspondent parfois à des formations forestières (mangroves).

Végétation côtière : zonation en fonction du substrat

Diaporama : Végétation côtière : zonation en fonction du substrat

Zonation de la végétation côtière en fonction du substrat. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Peuplements d'hydrophytes

Les hydrophytes sont flottants (au ras de l'eau ou partiellement émergés : Nymphaea, Hydrocharis) ou nageants (immergés, à l'exception parfois de l'inflorescence : élodée, hottonie). Les uns et les autres peuvent être fixés au fond, tels les potamots, ou bien libres d'enracinement (lentilles-d'eau) : on conçoit que ces derniers soient exclus des eaux agitées, ou même peu abritées.

La mobilité du milieu est donc le premier facteur sélectif : dans les eaux rapides d'une grande partie de l'Eurasie, les longues chevelures vertes du Ranunculus fluitans et de ses associés (divers potamots, Œnanthe fluviatilis) protègent et nourrissent toute une faune avide d'oxygène. Si ces plantes possèdent des formes et des structures typiquement convergentes, elles n'atteignent pas la surprenante originalité des Podostémonacées : l'appareil végétatif de ces Phanérogames tropicales, localisées aux rapides et cascades, ressemble de façon frappante à celui des Hépatiques à thalle, comme elles plaquées ici sur les rochers battus par les eaux.

Le peuplement des eaux calmes dépend surtout de la température, de la lumière et des caractères chimiques du milieu. La température localise aux tropiques certains groupements ou certains types biologiques, à larges feuilles en [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Parc national de Wapusk, Canada

Parc national de Wapusk, Canada
Crédits : N. Rosing/ National Geographic/ Getty

photographie

Groupements alpins

Groupements alpins
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Aires ombrothermiques

Aires ombrothermiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Variation de la végétation nord-américaine en fonction du sol

Variation de la végétation nord-américaine en fonction du sol
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HERBACÉS GROUPEMENTS  » est également traité dans :

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 223 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Évolution régressive »  : […] Dans toutes les régions du globe à climats en principe favorables à la forêt, on observe des formations végétales où les arbres sont dispersés ou absents et où prédominent les herbes (prairies, savanes...) ou les buissons (maquis...). L'origine de ces formations peut être indépendante de toute destruction forestière ; c'est le cas de certaines savanes sur inselbergs au milieu de la forêt tropical […] Lire la suite

HALOPHYTES

  • Écrit par 
  • Paul BINET
  •  • 2 675 mots

Dans le chapitre « Les associations d'halophytes »  : […] Les halophytes sont représentées par de très nombreuses algues et par quelques espèces appartenant aux autres groupes végétaux. Dans les milieux salés, en dehors des Algues (cf. algues , océan et mers ), seules les Phanérogames appartenant à quelques familles (Chénopodiacées, Plombaginacées, Graminées, Composées, Crucifères) forment des ensembles importants et caractéristiques dont on étudiera qu […] Lire la suite

HÊTRAIES

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 2 509 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Hêtraies de plaine »  : […] Les grands massifs de hêtres du nord et de l'ouest du Bassin parisien ont au premier abord un aspect uniforme. Sous la futaie régulière, due en réalité à l'action du forestier, les arbustes sont rares ou absents, à l'exception parfois de quelques houx ou même de l'if, sempervirents. La strate herbacée, rare ou dispersée dans les hêtraies sèches (parfois presque nues), dense quand elle dispose de […] Lire la suite

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 779 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Diversité structurale des plantes »  : […] Les plantes, quoique de morphologies très variées, ont en commun (à l’exception de quelques rares groupes) de posséder des organes différenciés : une tige portant elle-même des feuilles et des bourgeons, ainsi que, pour la plupart d’entre elles, des racines . Ces organes sont eux-mêmes constitués de tissus, ensembles organisés de cellules spécialisées. Parmi les plus petites plantes se trouvent le […] Lire la suite

PORT, botanique

  • Écrit par 
  • Christian BOCK
  •  • 1 190 mots

On désigne sous le nom de port l'aspect général d'une plante. La diversité du monde végétal se manifeste notamment par la diversité du port des différentes espèces contribuant, en participant à des formations végétales différentes, à caractériser les paysages naturels et ceux qu'a créés l'homme. Vis-à-vis du fonctionnement de la biosphère, le port des végétaux intervient dans l'efficacité de capt […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel BOURNÉRIAS, « HERBACÉS GROUPEMENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/groupements-herbaces/