GRECO (1541-1614)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mécénat tolédan

Même si elle n'était plus « cité impériale », Tolède, peuplée de près de soixante mille habitants, était encore très vivante à la fin du xvie siècle : son économie reposait sur l'industrie textile de luxe et les armes. Son intense activité culturelle et spirituelle, centrée autour de la petite université Santa Catalina et surtout de la cathédrale primatiale, est animée en particulier par un groupe d'humanistes, chanoines le plus souvent : parmi eux, Pedro Salazar de Mendoza (1550 ?-1630), historien et administrateur de l'hôpital Tavera pour lequel il commanda en 1595 trois retables à Greco, ou Antonio de Covarrubias y Leíva (1524-1602), helléniste, ami du peintre qui le portraitura (avant 1600, musée du Louvre, Paris). Son ami Luis de Castilla lui fit obtenir en 1577 deux commandes, qui sont en fait ses premières œuvres monumentales : le chapitre de la cathédrale lui confie l'Expolio (le Christ dépouillé de ses vêtements) pour la sacristie de la cathédrale (in situ). Pour les cisterciennes de Santo Domingo el Antiguo, il exécuta les peintures de trois retables (1577-1579, dispersées entre le Prado, The Art Institute of Chicago, une collection particulière et des éléments restés in situ). Largement redevables aux modèles vénitiens ou inspirés de Michel-Ange, ces toiles montrent cependant une audace dans les contrastes de couleurs, une technique nerveuse et rapide donnant des formes amples et des fonds rapidement brossés qui vont devenir les caractéristiques de son art. Le succès de l'entreprise lui valut la reconnaissance du milieu religieux et humaniste déjà sensibilisé par Alonso Berruguete aux courants italianisants. Installé définitivement à Tolède et intégré à ce cercle d'érudits, Greco vécut dès lors de manière aisée ; un important atelier, dominé dès la fin du xvie siècle par la personnalité de son fils Jorge Manuel Theotocopuli (1578-1631) – qui allait devenir un architecte de talent –, l'aidait dans les nombreuses répétitions de ses thèmes à succès. À côté d'un grand nombre de portraits, l'essentiel de son œuvre fut consacré aux tableaux de dévotion et à quelques grandes toiles pour des retables conçus par les meilleurs architectes tolédans. Ses nombreuses peintures de saints en prière – Les Larmes de saint Pierre (vers 1580-1585, Bowes Museum, Barnard Castle, Grande-Bretagne) et Saint Dominique en prière (vers 1580-1585, collection particulière, Madrid) ou Saint André et saint François (vers 1590-1595, le Prado) – sont le reflet du déroulement serein de la Réforme catholique en Espagne ; elles montrent déjà, derrière un volume nettement défini, une certaine géométrisation des formes, une rapide suggestion de l'espace, tandis que l'unité du tableau est fondée sur le coloris, souvent dominé par les tons acides – bleu, jaune ou vert –, et sur l'intensité du sentiment exprimé par le regard des personnages. L'Enterrement du comte d'Orgaz (1586-1588, in situ) symbolise parfaitement les choix stylistiques du peintre, qui a vécu dix ans dans la péninsule. Commandée par le curé de Santo-Tomé de Tolède pour célébrer la reconnaissance officielle d'un miracle survenu lors des obsèques du seigneur d'Orgaz en 1323, l'œuvre suit fidèlement les prescriptions du contrat : la procession funéraire (dans la partie inférieure de la composition) et la gloire céleste sont unies dans une composition très élaborée, légèrement concave ; les coloris acides, presque transparents, du monde des cieux s'opposent aux noirs et blancs éclatants de la galerie de portraits qui font ressortir les couleurs chaudes des vêtements liturgiques de saint Étienne et de saint Augustin. La touche peut être précise et minutieuse – les détails des chasubles – ou rapide et géométrique, comme pour les nuages. L'élongation des corps – typiquement maniériste – demeure un principe. Au-delà de cette perfection technique, Greco traduit avec force et retenue, grâce à quelques gestes et à l'expression donnée aux regards, le mystère du passage de l'âme de la terre au ciel. Dix ans plus tard, Greco conçut l'un de ses plus remarquables ensembles décoratifs, aujourd'hui démantelé, la chapelle San-José de Tolède : au centre du retable principal (in situ), la figure de saint Joseph guidant les pas de l'Enfant Jésus se détache sur la première vision que donne le peintre de la ville de Tolède, sous un ciel lumineux. La même monumentalité, fondée sur la position très ba [...]

L'Adoration des bergers, Greco

Photographie : L'Adoration des bergers, Greco

Domenikos Theotokopoulos, dit Greco (1541-1614), L'Adoration des bergers, partie supérieure d'un retable du monastère de Santo Domingo el Antiguo, à Tolède. Musée du Prado, Madrid. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Sainte Famille avec sainte Anne et saint Jean-Baptiste enfant, Greco

Photographie : La Sainte Famille avec sainte Anne et saint Jean-Baptiste enfant, Greco

Domenikos Theotokopoulos, dit Greco, La Sainte Famille avec sainte Anne et saint Jean-Baptiste enfant, vers 1595-1600. Huile sur toile, 53,2 × 34,4 cm. National Gallery of Art, Washington. 

Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

Afficher

Sainte Véronique, Greco

Photographie : Sainte Véronique, Greco

Greco: «Sainte Véronique», vers 1579. Huile sur toile. Santa Cruz Museum, Tolède. 

Crédits : AKG

Afficher

L'Enterrement du comte d'Orgaz, Greco

Photographie : L'Enterrement du comte d'Orgaz, Greco

Domenikos Theotokopoulos, dit Greco (1541-1614), L'Enterrement du comte d'Orgaz,1586-1588. Église Santo Tomé, Tolède, Espagne. 

Crédits : Index/ Bridgeman Images

Afficher

Saint Augustin, Greco

Photographie : Saint Augustin, Greco

Greco, «Saint Augustin», vers 1590. Huile sur toile, 140 cm × 56 cm. Musée de Santa Cruz, Tolède. 

Crédits : AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Le Christ chassant les marchands du temple, Greco

Le Christ chassant les marchands du temple, Greco
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Adoration des bergers, Greco

L'Adoration des bergers, Greco
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Sainte Famille avec sainte Anne et saint Jean-Baptiste enfant, Greco

La Sainte Famille avec sainte Anne et saint Jean-Baptiste enfant, Greco
Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

Sainte Véronique, Greco

Sainte Véronique, Greco
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRECO (1541-1614)  » est également traité dans :

GRECO (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

Les galeries nationales du Grand Palais ont accueilli, du 16 octobre 2019 au 10 février 2020, la première rétrospective jamais consacrée en France à Domenikos Théotokopoulos, dit Greco, né en Crète en 1541, mort à Tolède en 1614. Le commissariat de cette belle exposition, présent […] Lire la suite

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 841 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La Péninsule »  : […] Le cas de l'Espagne est particulier : la Péninsule, placée tout entière – après 1580 avec le Portugal – sous la puissante et impérieuse autorité des grands Habsbourg : Charles Quint, plus flamand qu'allemand, et Philippe II qui semble incarner l'hégémonie espagnole sur le monde, demeure une juxtaposition de provinces, riche chacune de son propre passé. La Renaissance y rencontre donc de fortes tra […] Lire la suite

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 288 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Retard de la peinture »  : […] Le parallélisme observé dans le développement de l'architecture et de la sculpture ne se poursuit pas dans le domaine de la peinture. Un très bel ensemble de fresques, réalisé dans la salle capitulaire de Tolède par Juan de Borgoña dans le style du Quattrocento finissant, aurait pu constituer au début du siècle l'heureux départ de la Renaissance. En fait, il demeura pratiquement sans suite jusqu' […] Lire la suite

CÉZANNE ET LES MAÎTRES. RÊVE D'ITALIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 178 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dialogue avec les maîtres »  : […] Il y a chez cet artiste singulier, parfois mal compris, que les mouvements fondateurs de l’art moderne revendiqueront comme un précurseur de la déconstruction de la forme, une relation profonde avec la tradition occidentale, de l’Antiquité à Poussin, qui se cristallise en effet dans un « rêve d’Italie » hanté par Titien, Greco et Tintoret, Ribera et le caravagisme napolitain, Nicolas Poussin enfin […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 038 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la libération de l'ornement à la crise de rigorisme »  : […] Le mariage de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle de Castille en 1469 ouvrit pour l'Espagne une ère nouvelle d'unité, de puissance et de grandes aventures. À peine la prise de Grenade a-t-elle mis fin à la Reconquête que commence la conquête de l'Amérique. Celle-ci assurera des ressources considérables au bénéfice exclusif de la Castille et de l'Andalousie. Dans ces mêmes années, l'Espagne s'insère d […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 235 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Triomphe de l'humanisme, maniérisme et théâtralité et  »  : […] Pendant la Renaissance, la tradition du Christ-icône a tendance à être supplantée par une représentation d'un Christ-tableau religieux. On revient à l'idéal de la beauté antique en opposition à la prétendue obscurité du Moyen Âge. Le Christ est plus proche d'un philosophe du Banquet de Platon dans La Cène de Léonard de Vinci que du Jésus de l'Évangile. La Tête du Christ de Michel-Ange est cell […] Lire la suite

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 205 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Espagne »  : […] Longhi a mis en évidence le rôle joué pour l'Espagne par Alonso Berruguete (il séjourne en Italie entre 1504 et 1517) qui devait devenir un des artistes majeurs du xvi e  siècle espagnol avant Greco. Il a également insisté sur d'autres artistes remarquables, comme Pedro de Campana (Kempeneer) et l'étrange Pedro Machuca. Par leur liberté et leur audace, ils ont sans doute marqué de jeunes artistes […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

31 mai - 2 juin 2019 Vatican – Roumanie. Visite du pape François à Bucarest.

Défendant l’« héritage commun » des religions chrétiennes, il visite les minorités catholiques de Moldavie roumaine et de Transylvanie, béatifiant sept évêques de l’Église gréco-catholique morts en détention sous le régime communiste. Enfin, François rencontre des représentants de la communauté rom à laquelle il demande pardon pour la responsabilité de l’Église dans les discriminations dont celle-ci a été et est encore victime. […] Lire la suite

20-30 mai 2015 Syrie. Conquête de Palmyre par l'État islamique.

La ville majoritairement sunnite abrite un riche site gréco-romain ainsi qu’une prison où des centaines d’islamistes ont été exécutés dans les années 1980. La prise de Palmyre par l’E.I. intervient trois jours après celle de Ramadi, en Irak. Les deux villes sont séparées par l’immense steppe désertique de la Badiya. Le 30, l’E.I. détruit la prison de Palmyre. […] Lire la suite

3-14 octobre 1995 Macédoine. Attentat contre le président Kiro Gligorov et levée de l'embargo grec

Le 5, le Parlement adopte le projet de loi modifiant le drapeau national, en application de l'accord gréco-macédonien de septembre. Le 14, la Grèce lève, comme prévu, l'embargo commercial imposé à la Macédoine en février 1994.  […] Lire la suite

3 juin - 2 juillet 1995 Vatican – Belgique – Slovaquie. Visite du pape Jean-Paul II à Bruxelles et en Slovaquie

À Prešov, il rend hommage à l'Église gréco-catholique, persécutée et rattachée au patriarcat orthodoxe de Moscou par le régime communiste. Ces deux gestes lui attirent les critiques des Églises protestante et orthodoxe, auxquelles il réitère son appel à la réconciliation lancé dans son encyclique sur l'œcuménisme publiée en mai.  […] Lire la suite

10-19 avril 1994 Balkans. Tension entre la Grèce et l'Albanie et poursuite du différend gréco-macédonien

Le 10, un commando armé attaque une base militaire située dans le sud de l'Albanie, près de la frontière grecque, causant la mort de deux soldats. Tirana met en cause l'action de « forces spéciales grecques », tandis qu'Athènes nie toute responsabilité. L'opération est revendiquée par un mouvement ultranationaliste grec, le Front de libération de l'Épire du Nord. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique GERARD-POWELL, « GRECO (1541-1614) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/greco/