BERRUGUETE ALONSO (1490-1561)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On a toujours considéré Alonso Berruguete comme le sculpteur le plus original et le plus important de la Renaissance espagnole. Artiste de formation maniériste, acquise directement en Italie, il était le fils de Pedro Berruguete, peintre espagnol qui travailla à la cour des Montefeltro à Urbin dans les Marches et qui introduisit en Castille la peinture du Quattrocento, sans oublier pour autant la filiation flamande de ses débuts. Alonso Berruguete, qui est encore très gothique et qui est le seul antécédent espagnol de Greco, a réussi à insuffler vie et esprit à tout un monde de formes et il a créé l'école des statuaires castillans. Par son art expressionniste, de facture parfois incorrecte, il donne à ses statues un mouvement et un paroxysme dont la tension dramatique est comparable à celle des héros de la littérature mystique de l'époque.

La biographie de Berruguete ne comporte aucun trait romanesque. Son existence est celle d'un artiste qui aspire avant tout à la hidalguía et au succès immédiat, dont la vie se partage entre un poste de fonctionnaire public et un atelier actif qui l'aide à s'enrichir et à s'élever dans l'échelle sociale. Il y réussira puisque François de Hollande le considérait de son vivant comme un des « aigles » de la Renaissance.

En 1504, il part pour l'Italie où il visite Florence et Rome. Vasari, dans les Vite, fait plusieurs allusions à son long séjour en Italie et le décrit en train de copier Michel-Ange et le Laocoon et terminant pour un couvent de Florence un retable laissé inachevé par Filippo Lippi. À son retour, en 1518, grandi par le prestige de son séjour italien, il est nommé par l'empereur Charles Quint peintre de la cour. Il occupe cette charge à Saragosse en même temps que le sculpteur bourguignon Bigarny. Mais Berruguete ne reçoit pas de commandes de l'empereur, qui l'envoie tr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BERRUGUETE ALONSO (1490-1561)  » est également traité dans :

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « La Péninsule »  : […] Le cas de l'Espagne est particulier : la Péninsule, placée tout entière – après 1580 avec le Portugal – sous la puissante et impérieuse autorité des grands Habsbourg : Charles Quint, plus flamand qu'allemand, et Philippe II qui semble incarner l'hégémonie espagnole sur le monde, demeure une juxtaposition de provinces, riche chacune de son propre pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_12279

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 282 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Influences italiennes en sculpture »  : […] Comme l'architecture, la sculpture espagnole connut, au xvi e  siècle, des réussites exceptionnelles, notamment en Castille, où se trouvaient les milieux dirigeants de la politique et de l'Église. C'est à Burgos, qui avait été le grand centre de la sculpture gothique, que la Renaissance trouva l'un de ses domaines d'élection. Le terrain fut prépar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_12279

Pour citer l’article

Antonio BONET-CORREA, « BERRUGUETE ALONSO - (1490-1561) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alonso-berruguete/