Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) La Grèce antique jusqu'à Constantin

La domination romaine

La conquête

Il a fallu à Rome plus d'un siècle pour conquérir et incorporer dans son empire le monde hellénique issu de la conquête d'Alexandre.

Les efforts des derniers rois de la Macédoine, Philippe V et son fils Persée, ceux d'Antiochos III de Syrie pour organiser la défense de l'hellénisme furent contrecarrés par Rome avec l'aide des cités et des États grecs eux-mêmes. Les victoires romaines contre Philippe V (Cynoscéphales, 197), contre Antiochos III (traité d'Apamée, 188), contre Persée (Pydna, 168) ont déjà fait du monde grec et hellénistique un protectorat romain, et, après l'écrasement de la dernière révolte de la Macédoine par Caecilius Metellus en 146, Rome commence à annexer, l'une après l'autre, les formations hellénistiques. Le royaume de Macédoine, auquel on joint les territoires illyriens pour le mettre en contact direct avec l'Adriatique et l'Italie, est réduit en province et paye tribut.

La résistance de la ligue achéenne et d'un grand nombre de cités à l'intervention romaine dans leurs affaires, peu brillantes par ailleurs, finit par la défaite complète, l'anéantissement de Corinthe et la soumission de la Grèce (146).

Le tour du royaume de Pergame viendra bientôt. Un soulèvement de la population conduit par Aristonicos, fils naturel d'Eumène II, contre l'exécution du testament d'Attale III qui léguait à Rome ses trésors et ses domaines, fut maté par l'armée romaine secondée par les cités grecques. La plus grande partie du royaume se transforme en province romaine, la province d'Asie (129).

L'empire des Séleucides, réduit à la Syrie après les échecs d'Antiochos III (273-197) et d'Antiochos IV Épiphane (175-163) pour le relever, restera indépendant encore un siècle. Miné par les luttes intestines entre princes séleucides, par les guerres contre les Lagides d'Égypte, par les mouvements séparatistes des princes vassaux, par les attaques des Parthes, progressivement envahi par les tribus arabes, il sera finalement annexé à l'Empire par Pompée en 64 avant J.-C. et formera la province de Syrie.

La guerre contre les pirates qui, à partir des côtes du sud-ouest de l'Asie Mineure et des îles, ravageaient la Méditerranée orientale (78-66), les campagnes contre Mithridate VI (132 env.-63), roi du Pont qui, ayant réussi à former un État gréco-asiatique puissant, manifestait sa volonté d'indépendance, permettent à Rome d'annexer la majeure partie de l'Asie Mineure et les grandes îles, puis d'organiser ces territoires en provinces romaines.

La situation de l'Égypte n'est pas meilleure que celle de la Syrie : révolutions de palais, intrigues du gynécée, rivalités entre favoris, luttes pour le pouvoir entre princes lagides, révoltes des indigènes contre l'élément grec, interventions des Séleucides marquent son histoire tout au long des iie et ier siècles, jusqu'au moment où Auguste, après avoir triomphé d'Antoine et de Cléopâtre à Actium, annexa le pays en le transformant en province romaine directement attachée au domaine du prince (30 av. J.-C.).

Ainsi, à la fin de la République, la presque totalité du monde hellénique se trouve soumise à Rome.

L'organisation politique

La conquête du monde grec et de l'Orient hellénistique, qui fut lente et qui ne paraît pas avoir obéi à un plan d'ensemble, à une politique réfléchie et cohérente, garda pendant la période de la République, et même au-delà, un caractère d'occupation militaire et d'exploitation directe par des moyens plus fiscaux qu'économiques. Ce caractère militaire de l'occupation détermine en premier lieu l'organisation des régions conquises. Longtemps le schéma en reste simple, voire rudimentaire. Les territoires annexés deviennent des « provinces » sur lesquelles un magistrat possédant[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur au Centre universitaire de Vincennes
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Pour citer cet article

Claude MOSSÉ et Nicolas SVORONOS. GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

-2000 à -1000. Les empires du Bronze - crédits : Encyclopædia Universalis France

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers - crédits : Encyclopædia Universalis France

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

Grèce antique, guerres médiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Grèce antique, guerres médiques

Autres références

  • BLASPHÈME

    • Écrit par Thomas HOCHMANN
    • 7 019 mots
    • 5 médias
    Dans la Grèce antique, le manque de respect envers les dieux pouvait conduire à la mort. Le procès de Socrate et sa condamnation à la peine capitale en sont l’illustration la plus connue. Si les Grecs ne parlaient pas à cet égard de « blasphème », mais d’« asébie » – άσέβεια, l’incrimination retenue...
  • L'ÂGE DES CASERNES (Michel Auvray) - Fiche de lecture

    • Écrit par Carole LABARRE
    • 953 mots

    « La conscription est bel et bien morte, prête à être rangée au musée militaire, aux côtés de l'arbalète, du sabre ou de l'ost féodal. » Par ces mots, Michel Auvray prend acte de la décision radicale annoncée par Jacques Chirac le 22 février 1996, programmant la suspension du ...

  • LES GRECS EN OCCIDENT (exposition)

    • Écrit par Claude ROLLEY
    • 1 364 mots

    Après Les Phéniciens en 1988 et Les Celtes en 1991, Les Grecs en Occident (du 23 mars au 8 décembre 1996) a constitué la troisième exposition archéologique du Palazzo Grassi – la fondation culturelle de Fiat à Venise. Le thème avait été choisi plusieurs années auparavant ; des aléas divers,...

  • RÖMER THOMAS (1955- )

    • Écrit par Christophe NIHAN
    • 1 061 mots
    • 1 média
    ...depuis 2010 d’explorer plusieurs thématiques anthropologiques, historiques et sociales de toute première importance (Les Vivants et leurs morts, 2012). La Grèce antique et le monde hellénistique représentent un autre versant majeur de cette approche comparatiste, ainsi qu'en témoignent les travaux réalisés...

Voir aussi