PHILIPPE V (238-179 av. J.-C.) roi de Macédoine (221-179 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roi de Macédoine (221-179), né en 238 av. J.-C., mort en 179 av. J.-C. à Amphipolis (Macédoine).

Fils de Démétrios II (v. 275-229 av. J.-C.) et de Phthia, le jeune prince Philippe V de Macédoine est adopté, à la mort de son père, par son cousin Antigonos Doson, qui s'empare du trône. Lorsque ce dernier meurt à son tour en été de 221, Philippe V lui succède et se fait bientôt connaître pour le soutien qu'il apporte à la ligue des Hellènes dans sa guerre contre Sparte, l'Étolie et Élis (220-217). Allié au Carthaginois Hannibal qui a envahi l'Italie au début de la deuxième guerre punique, il attaque les États clients de Rome en Illyrie en 215. Ainsi débute la première guerre de Macédoine. Les Romains s'allient en retour aux cités grecques de la Ligue étolienne, mais Philippe apporte un soutien efficace à ses alliés. Lorsque les Romains se retirent en 207, il impose une paix séparée à l'Étolie en 206 et, au terme de dix années de conflit non décisives, obtient de Rome des conditions favorables à la paix de Phoinikè, en 205.

Philippe porte alors ses ambitions vers l'Est. Il intrigue contre Rhodes et, en 203-202, conspire avec Antiochos III de Syrie pour piller les possessions du pharaon Ptolémée V. Mais les habitants de Rhodes et de Pergame battent Philippe au large de Chios en 201 et exagèrent tant le récit de son agression que Rome décide de déclarer la deuxième guerre de Macédoine (200-196). Les campagnes romaines menées en Macédoine en 199 puis en Thessalie en 198 ébranlent la position de Philippe en Grèce. Les troupes romaines, conduites par le consul Titus Quinctius Flamininus, lui infligent ainsi une défaite décisive à Cynoscéphales en Thessalie en 197.

Les termes de l'accord de paix confinent Philippe à la Macédoine. Ce dernier doit par ailleurs verser une indemnité de 1 000 talents et livrer à Rome la majeure partie de sa flotte ainsi que des otages, dont son je [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  PHILIPPE V (238-179 av. J.-C.) roi de Macédoine (221-179 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CONQUÊTE DE LA GRÈCE PAR ROME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 464 mots

— 229-— 228 Première guerre d'Illyrie : première intervention de Rome en Grèce. Arguant de l'existence de la piraterie illyrienne dans l'Adriatique, Rome, après quelques opérations militaires, intègre cette région à sa zone d'influence. — 219 Deuxième guerre d'Illyrie : Rome réduit les velléités d'indépendance de Démétrios de Pharos, qui se réfugie en Macédoine. — 215-— 205 Première guerre de M […] Lire la suite

MACÉDOINE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 10 527 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un nouveau danger : Rome »  : […] Philippe V est le dernier des grands souverains macédoniens. À son avènement, il a dix-sept ans et Doson a pris soin d'organiser autour de lui un conseil de régence. Mais Philippe ne tarde pas à se débarrasser de ce conseil qui lui pèse : il renforce l'absolutisme monarchique, tournant délibérément le dos à la voie suivie par son prédécesseur. En revanche, plus encore que Doson, il a compris que […] Lire la suite

Les derniers événements

Belgique. Conclusion d’un accord de gouvernement par la coalition Vivaldi. 4-30 septembre 2020

Le 4, le roi Philippe nomme Egbert Lachaert, président des Libéraux et démocrates flamands (Open VLD), et Conner Rousseau, chef du Parti socialiste flamand (Socialistische Partij Anders, SP.A), comme préformateurs. Le premier avait auparavant rendu compte au roi de ses discussions avec les partis […] Lire la suite

Belgique. Poursuite des tentatives de formation d’un gouvernement. 8-18 août 2020

Le 8, le roi Philippe prolonge la mission des préformateurs Paul Magnette (Parti socialiste, PS) et Bart De Wever (Alliance néo-flamande, N-VA), chargés fin juillet de mener des consultations en vue de la formation d’un gouvernement majoritaire. Le PS, la N-VA, le Parti socialiste flamand […] Lire la suite

Belgique. Nouvelle mission de formation du gouvernement. 20 juillet 2020

Le roi Philippe confie à Bart De Wever (Alliance néo-flamande, N-VA) et à Paul Magnette (Parti socialiste, PS) la mission de prendre « toutes les initiatives pour la mise en œuvre d’un gouvernement ». La N-VA et le PS avaient exprimé la volonté d’entamer des négociations. Les trois partis […] Lire la suite

Belgique. Fin de la mission de Koen Geens. 14-19 février 2020

Le 14, le vice-Premier ministre Koen Geens (Chrétiens-démocrates et flamands, CD&V) demande au roi Philippe d’être déchargé de sa mission visant à mettre en place un gouvernement, qui lui avait été confiée fin janvier. Il estime que le refus du Parti socialiste de former une coalition […] Lire la suite

Belgique. Nomination de nouveaux informateurs. 9-10 décembre 2019

Le 9, le président du Parti socialiste Paul Magnette, nommé informateur en novembre, en vue de la constitution d’un gouvernement, remet son rapport au roi Philippe et demande à être déchargé de sa mission. Le 10, le roi Philippe charge le président du Mouvement réformateur Georges-Louis Bouchez et celui des Chrétiens-démocrates et flamands (CD&V) Joachim Coens d’une mission d’information. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« PHILIPPE V (238-179 av. J.-C.) roi de Macédoine (221-179 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-v/