GILBERT ET GEORGE GILBERT PROESCH (1943- ) et GEORGE PASSMORE (1942- ), dits

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une héraldique contemporaine

En assumant, pour eux-mêmes, les rôles les plus contradictoires, en les renvoyant dos à dos, Gilbert & George désamorcent du même coup les hiérarchies et les valeurs qui s'organisent sur des systèmes antinomiques. Les œuvres de Gilbert & George s'opposent ainsi, dès le début des années 1970, à un art globalement voué au culte du progrès et de la transparence. Au terrorisme de la forme et des idées qui sévit alors, ils opposent une prise en compte systématique des éléments refoulés par cette idéologie. Les séries Human Bondage, Dark Shadow, Cherry Blossom (1974), Bloody Life, Dusty Corners, Bad Thoughts (1975), Dirty Words (1977) font toutes références à la face obscure et refoulée d'un monde que nous ne voulons pas voir. Comme un témoignage des difficultés qui naissent de la confrontation de l'humanité à la ville, à la foule et à la politique, ces œuvres photographiques mettent en scène l'alcool, la servitude, la misère psychologique, la violence, la guerre... Désordre, ivresse, agressivité, fragmentation, déséquilibre y sont les états et les sentiments dominants, contrastant avec le caractère symétrique et quasi hiératique de chacune des compositions.

L'art de Gilbert & George appartient à l'héraldique. La photographie qui, depuis 1977, s'est totalement substituée pour eux à la pratique de la sculpture vivante, est utilisée davantage pour sa qualité de « figement » que comme mémoire du réel. À partir des années 1980, clochards, flics, jeunes délinquants, Pakistanais, prostitution, patriotisme, communisme, émeutes, pauvreté, homosexualité deviennent les sujets de compositions de plus en plus monumentales. Tous ces éléments constitutifs de la tragi-comédie sociale que traverse alors la Grande-Bretagne se voient ainsi haussés, au même titre que les monuments aux morts, les graffiti ou les couchers de soleil, au statut d'emblèmes. Bien que s'appuyant sur une réalité sociale et politique précise (la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher comme celle de Tony Blair), l'univers mis en scène par Gilbert & George est aux antipodes du réalisme. Tout, chez eux, tend à devenir allégorique, et souvent jusqu'à l'outrance. Très colorée à partir des années 1980, leur imagerie s'exprime au niveau symbolique : le désir sexuel (Lickers, 1982 ; Hunger, 1982), la honte (Shame, 1980 ; Naked Eye, 1994), la mort et le destin (Doom, 1986 ; A.D., 1987, Dead Head, 1989). Les séries des années 1990 (The Naked Shit Pictures, 1994, et The Fundamental Pictures, 1996) radicalisent le regard porté vingt ans plus tôt sur la part maudite de la société occidentale. Ces œuvres, qui font explicitement référence aux humeurs et aux excrétions (sang, urine, sperme, salive, excrément), constituent les blasons du corps et de la sexualité à l'époque du sida. Dans la série 20 London E1 pictures (2004), ils proposent un regard décalé sur le quotidien, en mettant en scène le nom des rues de leur quartier, l'East End de Londres, avec la présence de leur image dans une théâtralité exacerbée. En dépit des sujets abordés, il n'y a pas trace chez Gilbert & George de la moindre complaisance. Il faudrait plutôt voir dans leur œuvre une tentative de constitution d'une nouvelle morale visuelle, au-delà de toute pudibonderie et de tout moralisme. Ainsi en 2005, à travers la série Sonofagod, qui rapproche le Christ et la sexualité, ils transgressent les règles de la bienséance sociale. La Tate Modern à Londres accueille, en 2007, une rétrospective organisée par les deux artistes, qui célèbrent ainsi leur quarante ans de collaboration.

Burning Souls, Gilbert & George

Photographie : Burning Souls, Gilbert & George

Gilbert & George, Burning Souls, 1980, panneau photographique, seize épreuves gélatino-argentiques et encre colorée, 242 cm x 202 cm. F.R.A.C.-Collection Aquitaine, Bordeaux. Le duo d'artistes provocateurs se représente, en frise ludique ou double autoportrait fumant: si leurs âmes... 

Crédits : A. Danvers/ Frac-collection Aquitaine

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : critique d'art, professeur d'esthétique à l'École nationale d'arts de Cergy-Pontoise

Classification

Autres références

«  GILBERT ET GEORGE GILBERT PROESCH (1943- ) et GEORGE PASSMORE (1942- ), dits  » est également traité dans :

GILBERT & GEORGE (exposition)

  • Écrit par 
  • Françoise NYFFENEGGER-NINGHETTO
  •  • 1 390 mots

« Il est bien que nous soyons présents dans les œuvres pour rappeler au spectateur qu'il ne s'agit pas de simples œuvres d'art aussi ennuyeuses que les autres, d'expériences esthétiques. C'est nous qui nous adressons à eux. » Cette nécessité d'être dans les œuvres – leur manière de faire un art qui parle de la vie et non un art qui parle de l'art –, Gilbert & George l'ont affirmée impérieusement, […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Provocation, ironie, subversion : Gilbert et George, Bill Woodrow, Damien Hirst »  : […] Au sein de l'avant-garde britannique des années 1960, Gilbert (né en 1943) et George (né en 1942) incarnent avec humour une position radicale qu'ils inaugurent avec la performance Our New Sculpture , en janvier 1969. Revêtus de stricts costumes gris, les visages et les mains recouverts de bronze en poudre et de peinture métallique, ils chantent, debout sur une table, une chanson retransmise par u […] Lire la suite

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'espace de l'intime, le corps comme langage »  : […] Dès la fin des années 1960, un certain nombre d'artistes conçoivent leur performance pour un public restreint, convoqué pour la circonstance dans un appartement ou une galerie. Le sentiment de se rendre à la réunion d'une société secrète a probablement exacerbé l'idée que le corps était devenu le révélateur de pratiques subversives. La Messe pour un corps (1969), célébrée par Michel Journiac, es […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sculptures à entendre »  : […] La sculpture qui était jusque-là une exploration centrée sur l’espace s’est aussi révélée comme un des lieux d’expérimentation d’un monde sonore en pleine évolution. Dès 1961, Robert Morris a recours à un dispositif sonore pour réaliser sa Box with the Sound of its Own Making (1961), simple boîte en bois contenant un magnétophone passant en boucle la bande sonore du bruit de la scie, du marte […] Lire la suite

SONNABEND ILEANA (1914-2007)

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 959 mots

Ileana Schapiro est née le 28 octobre 1914 à Bucarest dans une famille roumaine très aisée. Le parcours de celle dont le nom fut étroitement lié à la diffusion du pop art croise celui d'un des plus grands galeristes new-yorkais, le Triestin Leo Castelli, alors employé des assurances en mission en Roumanie. Elle est âgée de dix-sept ans et l'épouse l'année suivante en 1932 et, en guise d'alliance, […] Lire la suite

UN SIÈCLE DE SCULPTURE ANGLAISE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 458 mots

Daniel Abadie, le commissaire de l'exposition présentée à la Galerie nationale du Jeu de Paume en 1996, a opéré une sélection radicale des artistes et des œuvres pour mener à bien un projet ambitieux : montrer au public français un siècle de sculpture anglaise. Dix-neuf artistes furent ainsi retenus, et quatre vingt-six œuvres, dont sept grandes sculptures placées dans le jardin des Tuileries, po […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard MARCADÉ, « GILBERT ET GEORGE GILBERT PROESCH (1943- ) et GEORGE PASSMORE (1942- ), dits », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gilbert-et-george-gilbert-proesch-et-george-passmore-dits/