GILBERT ET GEORGE GILBERT PROESCH (1943- ) et GEORGE PASSMORE (1942- ), dits

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art pour tous

Violemment opposés aux idéologies formalistes et conceptuelles de « l'art pour l'art » (Art's-Sake), Gilbert & George considèrent que leur activité relève de la morale. À l'utopie d'un art qui serait fait « par tous », ils substituent l'idée d'un « art pour tous » (art for all). Ils ont en effet conscience qu'ils sont, en tant qu'artistes, en position de manipuler le public. Ils ne font pas mine à cet égard de masquer leur position privilégiée. Leur attitude, sur ce point, se distingue du messianisme militant d'un Joseph Beuys et se situe davantage dans la filiation d'Andy Warhol. Très vite, ils utilisent des moyens qui rompent avec le vocabulaire traditionnel de l'art : livres, cartes postales, films, performances... Mais ils ne rechignent pas non plus à exploiter, à une grande échelle il est vrai, les ressources du dessin au fusain (The Nature of our Looking, 1970 ; The Bar, 1972) ou de la peinture la plus traditionnelle (The Paintings, 1971).

Il y a dès le départ chez Gilbert & George une détermination à se situer dans une forme d'art populaire contemporain. Leurs débuts sont d'ailleurs marqués par les valeurs et les comportements issus de la scène rock britannique : un certain goût de la provocation allié à une volonté de faire image et non plus seulement de produire des images. Leurs gestes et leurs déclarations sont dans cet esprit symptomatiques d'une conception éthique et esthétique préfigurant ce qui, à partir de 1977, se cristallisera autour du mouvement punk. « Nous sommes malsains, entre deux âges, scabreux, déprimés, cyniques, vides, las, minables, pourris, rêveurs, grossiers, insolents, arrogants, intellectuels, auto-compatissants, honnêtes, victorieux, travailleurs, réfléchis, artistiques, religieux, fascistes, sanguinaires, taquins, destructifs, ambitieux, pittoresques, damnés, obstinés, pervertis et bons. Nous sommes artistes. » Cette attitude, qui se joue des clivages politiques, moraux et esthétiques, relève précisément de la morale la plus lucide.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : critique d'art, professeur d'esthétique à l'École nationale d'arts de Cergy-Pontoise

Classification

Autres références

«  GILBERT ET GEORGE GILBERT PROESCH (1943- ) et GEORGE PASSMORE (1942- ), dits  » est également traité dans :

GILBERT & GEORGE (exposition)

  • Écrit par 
  • Françoise NYFFENEGGER-NINGHETTO
  •  • 1 390 mots

« Il est bien que nous soyons présents dans les œuvres pour rappeler au spectateur qu'il ne s'agit pas de simples œuvres d'art aussi ennuyeuses que les autres, d'expériences esthétiques. C'est nous qui nous adressons à eux. » Cette nécessité d'être dans les œuvres – leur manière de faire un art qui parle de la vie et non un art qui parle de l'art –, Gilbert & George l'ont affirmée impérieusement, […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Provocation, ironie, subversion : Gilbert et George, Bill Woodrow, Damien Hirst »  : […] Au sein de l'avant-garde britannique des années 1960, Gilbert (né en 1943) et George (né en 1942) incarnent avec humour une position radicale qu'ils inaugurent avec la performance Our New Sculpture , en janvier 1969. Revêtus de stricts costumes gris, les visages et les mains recouverts de bronze en poudre et de peinture métallique, ils chantent, debout sur une table, une chanson retransmise par u […] Lire la suite

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'espace de l'intime, le corps comme langage »  : […] Dès la fin des années 1960, un certain nombre d'artistes conçoivent leur performance pour un public restreint, convoqué pour la circonstance dans un appartement ou une galerie. Le sentiment de se rendre à la réunion d'une société secrète a probablement exacerbé l'idée que le corps était devenu le révélateur de pratiques subversives. La Messe pour un corps (1969), célébrée par Michel Journiac, es […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sculptures à entendre »  : […] La sculpture qui était jusque-là une exploration centrée sur l’espace s’est aussi révélée comme un des lieux d’expérimentation d’un monde sonore en pleine évolution. Dès 1961, Robert Morris a recours à un dispositif sonore pour réaliser sa Box with the Sound of its Own Making (1961), simple boîte en bois contenant un magnétophone passant en boucle la bande sonore du bruit de la scie, du marte […] Lire la suite

SONNABEND ILEANA (1914-2007)

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 959 mots

Ileana Schapiro est née le 28 octobre 1914 à Bucarest dans une famille roumaine très aisée. Le parcours de celle dont le nom fut étroitement lié à la diffusion du pop art croise celui d'un des plus grands galeristes new-yorkais, le Triestin Leo Castelli, alors employé des assurances en mission en Roumanie. Elle est âgée de dix-sept ans et l'épouse l'année suivante en 1932 et, en guise d'alliance, […] Lire la suite

UN SIÈCLE DE SCULPTURE ANGLAISE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 458 mots

Daniel Abadie, le commissaire de l'exposition présentée à la Galerie nationale du Jeu de Paume en 1996, a opéré une sélection radicale des artistes et des œuvres pour mener à bien un projet ambitieux : montrer au public français un siècle de sculpture anglaise. Dix-neuf artistes furent ainsi retenus, et quatre vingt-six œuvres, dont sept grandes sculptures placées dans le jardin des Tuileries, po […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard MARCADÉ, « GILBERT ET GEORGE GILBERT PROESCH (1943- ) et GEORGE PASSMORE (1942- ), dits », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gilbert-et-george-gilbert-proesch-et-george-passmore-dits/