GIBRALTAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le différend anglo-espagnol

À travers le conflit ouvert ou larvé qui ne cesse d'opposer Londres à Madrid s'affrontent deux mythes : celui de l'intégralité du territoire national, celui de l'esprit de l'empire. Salvador de Madariaga le constatait en 1918 : « Gibraltar, le Gibraltar que l'Espagne désire et veut, est corps du corps de l'Espagne. Gibraltar, le Gibraltar que l'Angleterre aime et possède, est l'âme de l'âme de l'Angleterre. »

Les efforts de conciliation et de conversations bilatérales tentés à plusieurs reprises par le gouvernement espagnol, en 1914, en 1919, en 1940, en 1950, en 1954, et en 1956, ayant échoué, l'affaire fut portée devant les Nations unies. Elle fut examinée par le Comité des 24, commission de l'O.N.U. traitant des affaires coloniales, le 10 septembre 1963. La résolution définitive du Comité demanda que la Grande-Bretagne et l'Espagne « nouent des conversations urgentes sur Gibraltar » (16 oct. 1964).

Pour accélérer les conversations, les Espagnols, persuadés que Gibraltar « démographiquement et économiquement ne peut vivre sans l'Espagne », entreprirent de rendre plus difficiles les rapports entre le Rocher et les territoires voisins. Un référendum décidé par Londres eut lieu le 10 septembre ; l'écrasante majorité de la population se prononça pour le « maintien volontaire des liens avec le Royaume-Uni ». L'Espagne riposta par une première fermeture (mai 1968) de la frontière terrestre entre le Rocher et les territoires espagnols, fermeture renforcée en 1969 par l'interdiction faite à ses ressortissants travaillant à Gibraltar d'y poursuivre leur activité. La mesure créa, dans l'opinion britannique, un climat d'union sacrée. Le secrétaire du Commonwealth prit, devant la Chambre des communes, l'engagement que « la Grande-Bretagne ne renoncerait en aucune circonstance à sa souveraineté sur Gibraltar contre le vœu des habitants du Rocher ». La décision britannique maintenait Gilbraltar dans le Commonwealth avec une autonomie de gestion largement accordée par la nouvelle Constitution de 1969, qui accentuait la démocratisation du régime interne. Madrid protesta, y voyant « un acte gratuitement inamical envers l'Espagne, un défi à l'O.N.U., un obstacle à l'avenir de Gibraltar » ainsi qu'une violation du traité d'Utrecht. Le 6 août 1973, l'Espagne fit plus étanche encore le blocus. La Grande-Bretagne réaffirma son attitude. Les élections à l'Assemblée de Gibraltar, le 28 septembre 1976, marquèrent le succès du parti anglais (dirigé par sir Joshua Hassan, ministre principal de la Colonie) sur les partisans du dialogue avec Madrid, dont aucun des candidats ne fut élu.

La démocratisation du régime espagnol amorce une détente. Après les pourparlers de Paris (mars 1978) et de Londres (juill. 1978), l'accord, finalement non appliqué, de Lisbonne (10 avr. 1980), les négociations de 1981 et 1982 amenèrent l'Espagne à relâcher progressivement le blocus de la place, partiellement en 1982 et totalement en 1984. L'attitude du gouvernement britannique n'en fut pas modifiée sur le fond.

Un seul accord technique a pu être conclu, le 2 décembre 1987, sur l'aéroport. Lié à la mise en œuvre de la décision de la Communauté européenne sur la liberté du trafic aérien, il permet « l'extension de son utilisation à des fins civiles » aux compagnies espagnoles et prévoit de dédoubler l'aérogare avec des installations établies en Espagne. Il comporte une clause de sauvegarde concernant l'isthme sur lequel est construit l'aéroport, qui laisse en suspens la légitimité de la souveraineté britannique sur une zone que l'Espagne a toujours considérée comme étant usurpée. L'accord ne règle donc en rien la question de fond du statut de Gibraltar. Les élections législatives du 24 mars 1988 marquent l'échec personnel du chef du gouvernement, Joshua Hassan, dénoncé comme porté aux accommodements, et le raz-de-marée du Parti socialiste et travailliste de Joe Bossano (58,2 p. 100 des voix), fermé à toute conversation avec Madrid. Le différend s'enlise. Il n'a pas empêché le voyage historique d'Élisabeth II en Espagne en 1989 ni celui du roi Juan Carlos en Grande-Bretagne l'année suivante. La position de Madrid est moins forte que jamais. La longue fermeture, la verja (la grille), a stimulé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GIBRALTAR  » est également traité dans :

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 638 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Atlantique dans l'Antiquité »  : […] Il est certain que les populations préhistoriques campèrent sur les rivages de l'Atlantique. Se risquèrent-elles sur leurs eaux à bord de frêles esquifs ? C'est possible, rien dans l'état actuel de nos connaissances ne permet de l'affirmer. L'Atlantique, en effet, n'entre pas dans l'histoire avant l'an 600 avant J.-C. Hérodote raconte qu'à cette époque le pharaon d'Égypte Néchao II aurait accompl […] Lire la suite

IBÉRIQUE PÉNINSULE

  • Écrit par 
  • Michel DURAND-DELGA
  •  • 4 155 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cordillères bétiques »  : […] Orogène large de 150 kilomètres, long de 600 (sans compter le prolongement baléare), les cordillères bétiques se relient par la courbure de Gibraltar à la chaîne alpine littorale de Berbérie, les Maghrébides. Ce système englobe l'essentiel de l'Andalousie, de la province de Murcie et du Levant. La chaîne Bétique montre des resserrements, avec nappes de charriage de plusieurs centaines de kilomèt […] Lire la suite

MÉDITERRANÉE MER

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • François DOUMENGE, 
  • Michel DURAND-DELGA, 
  • Universalis
  •  • 4 812 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Biologie »  : […] Particulièrement pauvre en éléments nutritifs (notamment le phosphore), la Méditerranée a une productivité plus basse que celle des eaux océaniques. La croissance des organismes y est souvent ralentie et le cycle reproducteur moins actif. De plus, la biosphère y est menacée par des pollutions diverses, en progression constante depuis la dernière guerre mondiale. Le peuplement est formé en majorité […] Lire la suite

MÉDITERRANÉENNE AIRE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Henri GAUSSEN, 
  • Hervé HARANT
  • , Universalis
  •  • 8 279 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les courbures »  : […] L'un des traits les plus remarquables des chaînes alpines périméditerranéennes sont leurs courbures, par exemple celle des Alpes occidentales et celle des Carpates. Certaines, comme la courbure égéenne, sont celles d' arcs insulaires encore actifs ; en fait, il s'agit de la combinaison d'un coulissage longitudinal senestre au sud-est, créant un chevauchement – avec subduction – au sud-ouest. Il y […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-18 août 2019 Iran. Poursuite de la tension dans le Golfe.

Le 18, les autorités de Gibraltar autorisent le pétrolier iranien Adrian Darya, arraisonné en juillet, à reprendre la mer en dépit des pressions de Washington. […] Lire la suite

1er-28 juillet 2019 Iran. Tension dans le détroit d'Ormuz.

Le 4, les autorités britanniques de Gibraltar arraisonnent le tanker iranien Adrian Darya soupçonné de transporter du pétrole vers la Syrie, en violation des sanctions imposées à Damas par l’Union européenne. Téhéran dénonce un acte de « piraterie ». Le 7, Téhéran confirme son intention de reprendre ses activités d’enrichissement de l’uranium, en violation de l’accord sur le nucléaire de 2015. […] Lire la suite

5-30 septembre 2018 Libye. Le rôle de Tripoli dans l'accueil des migrants en question.

Ce dernier avait été privé en août de son précédent pavillon accordé par Gibraltar. Le 23, l’Aquarius manque de créer un incident avec les garde-côtes libyens en secourant quarante-sept migrants au large de la Libye. Le 25, la France, l’Allemagne, l’Espagne et le Portugal acceptent de se répartir les cinquante-huit migrants secourus par l’Aquarius. […] Lire la suite

16-30 juin 2016 Royaume-Uni – Union européenne. Référendum britannique en faveur de la sortie de l'UE.

Le vote en faveur du maintien dans l’UE est majoritaire en Écosse, en Irlande du Nord, à Gibraltar, ainsi que dans une seule région anglaise, celle du Grand Londres. Le Royaume-Uni est le premier pays à décider de quitter l’UE, dont il était membre depuis janvier 1973. Le 24, David Cameron annonce son départ à l’issue du congrès des tories en octobre. […] Lire la suite

7-19 août 2013 Espagne – Royaume-Uni. Regain de tension au sujet de Gibraltar

L'Espagne demandera le 19 que l'enquête de la Commission porte sur l'ensemble des activités, notamment financières, exercées à Gibraltar. Le 18, une flottille de bateaux de pêche espagnols se rassemble devant les côtes de Gibraltar afin de protester contre la privation de leur zone de pêche. Le 19, une frégate britannique, qui participe à des manœuvres navales en Méditerranée prévues de longue date, fait escale à Gibraltar. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis MIÈGE, « GIBRALTAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gibraltar/